INFOS ET ACTUALITES

4 février 2015 : Journée mondiale de lutte contre le cancer

par .

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

C'est sous le thème "Combattre le cancer - à notre portée" que la Journée mondiale contre le cancer 2015, le 4 février, adoptera une approche positive et proactive de lutte contre le cancer, en mettant en lumière le fait que des solutions existent au sein du parcours de soins et qu'elles sont à notre portée. Explications et initiatives pour y parvenir

malade atteinte du cancer

Répondre pleinement à l'impact du cancer sur le bien-être émotionnel, mental et physique maximisera la qualité de vie des patients, de leurs familles et de leurs soignants.

Rappelons-le, chaque année le 4 février, pour la Journée mondiale contre le cancer, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) soutiennent l’Union internationale contre le cancer (UICC) pour promouvoir les moyens de faire reculer la charge de morbidité imputable à cette maladie.

Le slogan 2015 de la Journée mondiale contre le cancer, le 4 février de chaque année,  est "A notre portée" ; un slogan décliné sous la forme de 4 items :

  • Choix de vie sains : n'est pas hors de notre portée ;
  • Détection précoce :  n'est pas hors de notre portée ;
  • Traitement pour tous : n'est pas hors de notre portée :
  • Qualité de vie : n'est pas hors de notre portée

On estime que le nombre de cas de cancer par an devrait augmenter de 14 millions en 2012 à 22 millions au cours des deux prochaines décennies.

Journée mondiale du cancer 2015L'idée est de montrer comment ces quatre défis peuvent être relevés à l'échelle mondiale d'ici à 2025 alors que le nombre de cas de cancer par an devrait augmenter très sensiblement au cours des deux prochaines décennies (estimation de l'OMS de 14 millions en 2012 à 22 millions). De fait, il est donc essentiel de donner aux gens les moyens de faire des choix sains et notamment de diminuer les facteurs de risque sociaux et environnementaux du cancer pour pouvoir atteindre le but mondial de réduction des décès prématurés dus aux maladies non transmissibles (MNT) de 25 % d'ici 2025. De la même façon, il est nécessaire d'assurer la disponibilité et l'accès des programmes de détection précoce du cancer afin de réduire  de façon significative le fardeau du cancer pour tous les pays. parallèlement, il faut rappeler que tout le monde a le droit d'accéder à un traitement et à des services efficaces et de qualité, sur un pied d'égalité, quelle que soit sa situation géographique et sans souffrir de difficultés économiques par la suite. Enfin, il est essentiel de comprendre que répondre pleinement à l'impact du cancer sur le bien-être émotionnel, mental et physique maximisera la qualité de vie des patients, de leurs familles et de leurs soignants.

L'OMS estime que le cancer aura fait 84 millions de morts entre 2005 et 2015...

10 faits sur le cancer

  • Il existe plus d'une centaine de cancers pouvant affecter n'importe quelle partie de l'organisme.
  • En 2012 le cancer a été à l’origine de 8,2 millions de décès
  • Près de 70% des décès par cancer sont survenus en Afrique, Asie, Amérique centrale et latine.
  • Les cinq cancers les plus fréquents chez les hommes dans le monde sont (par ordre de fréquence): le cancer du poumon, du foie, de l'estomac, le cancer colorectal et de l'oesophage.
  • Chez les femmes les cancers les plus fréquents (par ordre de fréquence) sont: cancer du sein, du poumon, de de l’estomac, cancer colorectal et du col de l'utérus. Dans de nombreux pays, le cancer du col de l'utérus est le fréquent.
  • Le tabagisme est le facteur de risque le plus important, entraînant dans le monde 22% de la mortalité par cancer.
  • Un cinquième des cancers enregistrés dans le monde sont causés par un infection chronique comme par exemple, le papillomavirus humain (HPV) à l'origine du cancer du col de l'utérus et le virus de l'hépatite B (HBV) qui provoque le cancer du foie.
  • Les cancers considérés comme des causes majeures de santé publique tels le cancer du sein ou le cancer colorectal peuvent être soignés s'ils sont dépistés précocement et traités de façon adéquate.
  • Tous les patients souffrant pourraient être soulagés s'ils bénéficiaient des connaissances en matière de soins palliatifs et de lutte contre la douleur.
  • Plus de 30 % des décès par cancer pourraient être évités, en ne fumant pas, en ayant une alimentation saine, en ayant une activité physique et en modérant sa consommation d'alcool. Dans les pays développés jusqu'20% des décès par cancer pourraient être prévenus grâce à la vaccination contre le HBV et le HPV.

Source - OMS

Lire aussi l'enquête qualitative PACE (Patient Acess and Cancer Care Excellence) menée par les laboratoires Lilly auprès de patients atteints de cancer et de leurs proches dans 6 pays, Allemagne, Italie, Royaume-uni, Japon, Etats-Unis et France. Les principaux résultats de cette étude révèlent un manque d'information et une méconnaissance des patients et de leurs aidants sur les essais cliniques.

Le cancer à travers le monde

L'Organisation mondiale de la santé le rappelle à l'occasion de cette journée, il existe plus d'une centaine de cancers pouvant affecter n'importe quelle partie de l'organisme. Près de 70 % des décès par cancer sont survenus en Afrique, Asie, Amérique centrale et latine. Le tabagisme est le facteur de risque le plus important, entraînant dans le monde 22 % de la mortalité par cancer. Les cinq cancers les plus fréquents chez les hommes dans le monde sont (par ordre de fréquence) : le cancer du poumon, du foie, de l'estomac, le cancer colorectal et de l'oesophage. Chez les femmes les cancers les plus fréquents (par ordre de fréquence) sont : cancer du sein, du poumon, de de l’estomac, cancer colorectal et du col de l'utérus. Dans de nombreux pays, le cancer du col de l'utérus est le fréquent. Les cancers considérés comme des causes majeures de santé publique tels le cancer du sein ou le cancer colorectal peuvent être soignés s'ils sont dépistés précocement et traités de façon adéquate. Plus de 30 % des décès par cancer pourraient être évités, en ne fumant pas, en ayant une alimentation saine, en ayant une activité physique et en modérant sa consommation d'alcool. Dans les pays développés jusqu' à 20 % des décès par cancer pourraient être prévenus grâce à la vaccination contre le HBV et le HPV (papillomavirus humain).

8,2 millions de décès ont été causés par le cancer en 2012. Le tabagisme est le facteur de risque le plus important, entraînant dans le monde 22% de la mortalité par cancer. 30% de l'ensemble des cancers sont évitables.

Le cancer en France

Afin de lutter contre l'épidémie mondiale de cancer et les maladies non transmissibles, il est impératif de créer une base de référence pour suivre les tendances et évaluer les progrès des pays en la matière. L'OMS vient de rendre public les données concernant l’épidémiologie du cancer dans chacun de ses États Membres ainsi que les facteurs de risque et les mesures de lutte mises en œuvre. Chaque profil comprend des données sur la mortalité et l'incidence du cancer ; les facteurs de risque; l’existence de plans nationaux du cancer; des données en matière de contrôle, de surveillance, de politiques de prévention primaire, dépistage, traitement et soins palliatifs. Les données françaises sont accessibles ici.

Le cancer est responsable de très nombreux décès en 2014 : 97 800 décès chez les hommes et 72 700 décès chez les femmes.

  • Taux de décès cancer chez les hommes
  • Taux de décès cancer chez les femmes

Profil de mortalité par cancer en France pour les hommes et pour les femmes  - Source OMS Cancer : profils des pays en 2014

Les Français face au cancer...

L'enquête de la Fondation ARC

Réalisé par Ipsos du 8 au 19 janvier 2015, le sondage « Les Français face au cancer »1 de la Fondation ARC met en lumière la crainte que continue de susciter le cancer dans l’opinion publique ainsi qu’une importante distorsion entre la perception et la réalité de la recherche et des traitements aujourd’hui.

• Plus de 7 Français sur 10 pensent qu’ils auront un jour un cancer.
• 91 % des Français savent que l’on guérit aujourd’hui davantage de cancers qu’il y a 20 ans.
• Mais 55 % pensent que l’on n’en guérit que 1 sur 3.
• Seulement 27 % des Français savent que l’on guérit 1 cancer sur 2.
• 70 % des Français s’estiment mal informés des nouveaux traitements.
• 46 % remettent en cause l’égalité d’accès aux nouveaux traitements.
• 70 % des français pensent que la recherche serait beaucoup plus efficace avec plus de moyens.
• Pour les Français, la France est en tête en matière de recherche et de traitements.

La Fondation ARC formule 8 propositions pour accélérer l'accès aux innovations thérapeutiques et lance une campagne de mobilisation pour sauver 40 000 vies de plus chaque année.

Le rapport de l'Institut national du cancer 2014

Ce rapport présente l’essentiel des faits et chiffres sur les cancers et la cancérologie en France. Au-delà des données générales sur les cancers, la synthèse présente également un focus sur le cancer du sein, cancer le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme et sur le tabac, le facteur de risque de cancer le plus important en France. Parmi les principaux faits à remarquer :

  • un taux d'incidence qui baisse ou qui tend à se stabiliser depuis 2005 ;
  • le nombre de personnes de 15 ans et plus en vie en 2008 et ayant eu un cancer au cours de leur vie est de l'ordre de 3 millions : 1 570 000 hommes et 1 412 000 femmes ;
  • chez la femme, les départements présentant le taux de mortalité les plus importants sont situés au Nord et à l'Est de la France, en Ile-de-France et en Bourgogne ; chez l'homme : le Nord, le Nord-Est, le Nord-Ouest, la Bretagne et le centre de la France ;
  • 1/3 du nombre de séjours hospitaliers est lié à la prise en charge des personnes atteintes de cancer ;
  • entre 2010 et 2013, le nombre d'hospitalisations en ambulatoire a augmenté de 28% ;
  • 194 326 personnes atteintes de cancer sont traitées par radiothérapie ;
  • la prise en charge des cancers représente près de 5.133 milliards d'euros ;
  • 3 personnes sur 5 déclarent avoir conservé des séquelles deux ans après un diagnostic de cancer ;
  • 9% des personnes interrogées disent être l'objet d'attitudes de rejet ;
  • 1 femme sur 10 est touchée par le cancer du sein au cours de sa vie ;
  • le tabac est la principale cause évitable de mortalité par cancer en France : il est responsable de 44 000 décès.

Télécharger la synthèse du rapport "Les cancers en France en 2014" et le rapport intégral

Note

  1. Enquête réalisée du 8 au 19 janvier 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 1 004 Français âgés de 16 ans et plus (méthode des quotas INSEE : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération).

Un plan quinquénal...

Rappelons que c'est lors des Rencontres de l’Institut national du cancer, (INC), le 4 février 2014, que François Hollande, Président de la République a choisi d’annoncer le 3ème plan cancer. Ce plan cancer 2014-2019 met l’accent sur la prévention et le dépistage, deux leviers majeurs pour prévenir et faire reculer la maladie en insistant sur la lutte contre les inégalités de santé. Il prévoit également d’adapter notre système de santé pour permettre à chacun de bénéficier de la même qualité de soins et des progrès de la recherche. C’est pourquoi le Plan cancer s’inscrit pleinement dans la stratégie nationale de santé. En effet, malgré les progrès médicaux, les pathologies cancéreuses restent la première cause de mortalité en France. L’ambition première du Plan est de guérir plus de personnes malades, en favorisant des diagostics précoces et en garantissant l’accès de tous à une médecine de qualité et aux innovations. Au-delà de l’amélioration des soins et des pratiques médicales, le Plan cancer propose une prise en charge globale de la personne, tenant compte de l’ensemble de ses besoins pour préserver la continuité et la qualité de vie pendant et après la maladie. L’ensemble des informations relatives au Plan cancer, à son avancement et ses réalisations, est régulièrement mis à jour sur le site internet de l’Institut national du cancer (INCa).

3 000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus chaque année en France

Une campagne contre le cancer de l'utérus...

En cohérence avec le Plan Cancer 2014-2019, lors de la semaine européenne de prévention et de dépistage du cancer du col de l'utérus, fin janvier dernier, l'INCa a lancé une campagne à destination des femmes, rappelant que 3 000 d'entre elles sont touchées chaque année en France par un cancer de l'utérus. En outre, plus de 1 100 femmes en meurent chaque année, l’un des seuls cancers pour lequel le pronostic se dégrade en France, avec un taux de survie à 5 ans après le diagnostic en diminution. L'INCa rappelle que 90 % de ces cancers pourraient être évités par un dépistage régulier par frottis mais que 40 % des femmes en France ne font pas de frottis régulièrement. Cette campagne met donc l’accent sur les « bonnes pratiques » en matière de dépistage et rappelle que le frottis doit être réalisé tous les 3 ans de 25 à 65 ans et vers quels professionnels de santé les femmes peuvent se tourner pour le réaliser. Un dossier d’information dédié aux professionnels de santé et des outils d’aide à la pratique sont disponibles sur le site de l'INCa.

Des questions sur les cancers ? Pour vous répondre, l'Institut national du cancer lance le premier #parlonscancers le 4 février 2015, de 11h à 12h30 via le compte twitter et la page Facebook de l'INCa.

Une campagne parallèle #SmearForSmear ("étaler" pour encourager le frottis...), à l'initiative de l'association anglaise Jo'sCervical Cancer Trust, circule sur les réseaux sociaux. L'idée : poster un selfi montrant un débordement de son rouge à lèvres et de nommer la ou les personnes que l'on souhaite voir faire la même chose.

Rose Magazine lance son nouveau site Internet conçu au plus près des attentes de ses lectrices

Rose MagazineA l’occasion du 4 février, Journée mondiale contre le cancer, Rose Magazine dévoilera son nouveau site Internet ! Entièrement repensé, ce nouveau site a été conçu pour répondre aux milliers de questions tout domaine confondu que se posent les personnes atteintes de cancer et leur entourage. Une approche plus personnalisée et communautaire, pédagogique et informative, plus réactive mettant en avant l’actualité chaude tout en gardant l’ADN de Rose, du glamour, de l’humour et de la vie avant tout ! Rendez-vous le 04 février sur www.rosemagazine.fr !

Du côté de la Ligue contre le cancer...

De son côté, à l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer, la Ligue contre le cancer mobilise toute la francophonie contre ce fléau sanitaire. Le cancer ne connaît en effet pas de frontières. Pour une lutte pérenne et efficace, sans inégalités géographiques et sociales, la Ligue rassemble toutes les associations francophones afin de faciliter l'accès aux soins et au dépistage, de sensibiliser les populations aux messages de prévention et soutenir la formation. Particulièrement en Afrique, où le manque de ressources et d'infrastructures et où certaines croyances et tabous empêchent des millions de personnes d'avoir accès à l'information, au diagnostic précoce, aux dépistages, aux traitements et aux soins palliatifs. Pour impulser des synergies, des échanges et une mutualisation d'actions, la Ligue a contribué à la création, en 2009, de l'Alliance des Ligues francophones africaines et méditerranéennes contre le cancer (ALIAM) rassemblant plus de 82 associations issues de 28 pays francophones. La Ligue en est le porte-parole.

En 2015, France Télévisions mobilise ses chaînes et ses écrans autour de la Journée mondiale contre le cancer du lundi 2 au dimanche 8 février.

Un nouveau partenaire : France Télévisions

De plus, parce qu'une seule journée ne suffit pas, la Ligue contre le cancer entend cette année faire de la semaine du 2 au 8 février une mobilisation exceptionnelle autour du cancer, première cause de mortalité en France. En plus de sa présence permanente sur le terrain grâce à ses 13 800 bénévoles et sur internet, la Ligue étoffe donc son dispositif d'information et de mobilisation contre le cancer avec le soutien d'un média de grande envergure France Télévisions. Rassembler les Français, écouter leurs inquiétudes, susciter la participation de ceux qui n'osent s'exprimer d'habitude, apporter un soutien concret et des réponses sur la maladie... Tels sont les objectifs de ce partenariat inédit. Mobilisation des journalistes, des chaînes, des programmes et des émissions du groupe, tous ont souhaité faire bouger les mentalités et aider concrètement la lutte contre le cancer. 

Le film "La guerre est déclarée", de et avec Valérie Donzelli et Jérémie Elkaim, sera diffusé sur France 2 le dimanche 8 février en première partie de soirée.

Voir la bande annonce

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)