INFOS ET ACTUALITES

616 796 infirmier(e)s en exercice ?

par .

    Précédent Suivant

Chaque année, à la même époque, la Drees publie, dans sa série "Statistiques", un document qui actualise les données concernant le nombre de professionnels de santé en exercice au 1er janvier... Une fois encore, annonçant pour les infirmiers le chiffre de 616 796 (France métropolitaine et DOM), la Drees reconnaît que ses statistiques "doivent être considérées avec précaution"... Ce qui ne tarde pas à faire réagir l'Ordre national des infirmiers...

tenues blouses infirmiers

Les professions de santé au 1er janvier 2014 : 616 796 infirmiers (France métropolitaine et DOM)en exercice... oui mais...

Rappelons que les statistiques publiées dans ce document de la Drees le 23 juin dernier portent sur les pharmaciens, chirurgiens-dentistes, sages-femmes et  professionnels paramédicaux (audioprothésiste, opticien-lunetier, infirmier, masseur-kinésithérapeute, pédicure-podologue, orthophoniste, orthoptiste, ergothérapeute, psychomotricien, manipulateur d’électroradiologie médicale, diététicien) inscrits dans le répertoire Adeli ou dans le Répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS) comme étant actifs occupés au 1er janvier 2014. Le champ de ces statistiques est constitué par l’ensemble des professionnels de santé ayant déclaré une activité. Il exclut les bénévoles et les personnes en recherche d’emploi. Une précision : dans le répertoire Adeli, lorsqu’un professionnel déclare plusieurs activités, c’est l'activité principale qui est retenue pour l’élaboration de ces statistiques1.

  • Densité d'infirmiers par région au 1er janvier 2014 IGN-Dree 2014 .Sources : Drees - Répertoire Adeli, Insee - Estimations de population.

    Densité : nombre de professionnels en activité pour 100 000 habitants.

    densité d'infirmiers en France en 2014
  • Densité d'infirmiers libéraux par départements au 1er janvier 2014  IGN-Dree 2014. Sources : Drees - Répertoire Adeli, Insee - Estimations de population.

    Densité : nombre de professionnels en activité pour 100 000 habitants.

    densité d'infirmiers libéraux en France en 2014

Une nécessité impérieuse de disposer de statistiques fiables pour une offre de soins optimisée...

Des données sous-estimées pour certains, surestimées pour d'autres...

Le document de 94 pages l'indique clairement : Malgré les différentes opérations qualité mises en oeuvre au fil des années et l’obligation légale d’inscription, le répertoire Adeli présente des fragilités qui justifient que l’on considère avec précaution les statistiques présentées ici. Tout d’abord, les professionnels ne sont pas réellement incités à se désinscrire du répertoire (l’inscription étant gratuite) lorsqu’ils cessent leur(s) activité(s) temporairement ou définitivement. Par ailleurs, les professionnels ne signalent pas systématiquement les changements de situations professionnels (mode d’exercice, département d’exercice par exemple). Enfin, certains professionnels (c’est notamment le cas pour les infirmiers) semblent tarder à faire enregistrer leur diplôme au répertoire. Ainsi, le répertoire Adeli sous estime potentiellement les jeunes professionnels en activité et sur représente les plus âgés.

501 921 IDE salariés, 98 249 IDEL, pour un total de 600 170 IDE en exercice en France métropolitaine au 1er janvier 2014 et 16 626 dans les départements d'outre-mer

Les rapporteurs indiquent la nécessité d'une opération qualité sur les infirmiers. L’évolution entre 2012 et 2013 des effectifs d’infirmiers est sensiblement supérieure au taux d’accroissement annuel observé au cours des années précédentes. Le nombre d’infirmiers actifs recensés au répertoire Adeli est ainsi passé de 567 564 à 595 594, soit un accroissement de 4,9 % (contre 3,5 % entre 2011 et 2012). Si le dynamisme des effectifs annuels de diplômés d’Ifsi explique une partie de ces hausses importantes, une certaine surestimation du nombre d’infirmiers en activité répertoriés dans Adeli n’est pas à écarter, compte-tenu de certaines lacunes évoquées ci-dessus. On notera cependant que le taux d’accroissement 2013-2014 est revenu à son niveau d’avant 2012-2013, soit environ 3,5 %.

Les infirmiers au 1er janvier 2014 - Spécialités

Les infirmiers / spécialité en 2014

L'ONI plaide pour des statistiques actualisées et fiables...

L'Ordre national des infirmiers réagit par communiqué en date du 8 juillet 2014, pointant la nécessité impérieuse de disposer de statistiques fiables pour une offre de soins optimisée. Didier Borniche, président de l'ONI, le souligne : Une des principales priorités de la future loi de santé est d'organiser sur chaque territoire une offre de santé accessible à tous. Comment peut-on viser un tel objectif à partir de statistiques que le ministère de la santé reconnaît lui-même comme étant erronées et surévaluées ? Cet aveu prouve que l'administration ne peut tout faire et qu'elle doit s'appuyer sur les acteurs de la santé. L'inscription obligatoire au tableau de l'ordre avec une cotisation modique constitue, comme le reconnaît le ministère, un mécanisme assurant la production de statistiques actualisées et fiables. J'appelle donc le ministère de la santé, les agences régionales de santé et les établissements employeurs à travailler en partenariat avec l'Ordre et à promouvoir l'inscription au tableau. Une réaction en toute cohérence avec sa récente prise de position en mai dernier consistant à proposer que les ARS se déchargent de la tâche inutile et coûteuse de gestion du répertoire Adeli et que l'ONI s'en charge. Un Ordre qui compte aujourd'hui plus de 155 000 inscrits au tableau selon le communiqué. Reste à savoir ce qu'en dira Marisol Touraine et surtout ce qu'elle décidera de faire... ou pas...

Note

  1. À l’exception toutefois de la situation professionnelle (libéral ou salarié), qui tient compte de l’ensemble des activités : un professionnel  est ici considéré comme libéral (ou plus exactement, « libéral ou mixte ») dès lors qu’il a une activité libérale, même s’il ne s’agit pas de son activité principale.

Les chiffres à retenir

  • En France
    • IDE salariés : 440 324 femmes/61 597 hommes
    • IDE libéraux : 82 262 femmes/15 987 hommes

    soit un total de 600 170 IDE en exercice

  • Départements outre-mer
    • IDE salariés : 9411 femmes/2071hommes
    • IDE libéraux : 4051 libéraux femmes/1093 hommes

    soit un total de 16 626 IDE en exercice

  • Densité régions et départements
    • La plus forte densité d'infirmières par région s'observe en Provence - Côte d'Azur, Rhônes-Alpes et Midi-Pyrénéees
    • La plus forte densité d'infirmières par département s'observe par exemple à Paris (1488), dans les Hautes-Alpes (1473), en Lozère (1314), dans l'Aveyron (1316) , en Haute-Vienne (1312) ou en Martinique (1019).
    • Plus de 50 % des infirmières travaillent en établissement public de santé.
  • Tranches d'âge
    • La profession demeure largement féminine (87%).
    • La moyenne d’âge de la profession est de 43,3 ans.
    • Les plus jeunes travaillent en intérim (36,3 ans en moyenne), les plus âgées (51,7 ans) sont les infirmières du travail.
    • Fait étonnant : 19 318 infirmières ont 65 ans et plus !
  • Spécialité
    • Infirmier(e)s de bloc opératoire diplômé(e)s d'Etat : 6 892
    • Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d'Etat : 9 187
    • Infirmières puéricultrices diplômé(e)s d'Etat : 17 978
    • Cadres de santé : plus de 14 000 (le distinguo proposé n'est pas très clair...)

Source : Drees, répertoire ADELI, juin 2014.

• « Les professions de santé au 1er janvier 2014 - Document de travail, Série statistiques, n° 189, juin 2014 »

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier AMP

Publicité

Commentaires (17)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#17

Bonjour,

Pour des noms de conseillers ordinaux je n'ai pas à vous les transmettre via un forum mais je vous fait confiance pour vous rendre compte que le les faits sont là. Vous êtes capable de trouver des doublons ou des noms soit disant fictifs dans les tableaux ordinaux.
Vous êtes donc maitre dans les analyses croisées.

Pour les affabulations, je pense pourvoir vous retourner le compliment.

L'ONI n'a rien fait pour la profession, c'est juste un manque d'intérêt de votre part mais je ne vais pas refaire une liste que vous aurez le plaisir de détricoter dans une logorhée bien connue.
Je doit exercer dans le seul département ou l'ONI travail "bien".

Les condition de travail se dégradent et en effet l'ordre n'a pas cette mission qui est du ressort quasi exclusif des syndicats qui devrait s'appuyer sur l'ONI pour avancer ...

Mais les syndicats ne font rien depuis des décennies à part peut être protéger leurs prés carrés (leur cotisation, ...) menacé depuis 7 ans par l'ONI ... et vous voulez n'être représenté que par eux mais votre logique semble hallucinante.
Soyez logiques les syndicats ne font rien pour les infirmiers et vous les défendez "Bec et Ongles" ... (en tous cas vous reprenez en tous point leurs argumentaires)

Je vous retourne la question: qu'ont faits les syndicats pour la profession depuis 20 ans (Surtout les syndicats pluri-catégorielles) ?

Cordialement

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#16

Déni

Sancho dit : « 

que faut il vraiment retenir?
 que pendant que notre profession se déchire les autres en profitent, que ça fait l'affaire de tous car si nous étions unis et bien représenté ont les écrasent… »

Je crois que là au moins il y a un consensus général.

Seulement voilà, l’ordre ne représente pas (bien) la profession et les infirmier(ère)s.

Personne n’en voulait en dehors des 92 % fantômes issus d’un sondage nébuleux mis en ligne sur ce site… et de quelques illuminés en mal d’existence.

Les années qui ont suivi ont largement prouvé que l’ordre a été imposé par une loi sur la base de cet énorme mensonge…

Le 1er renouvellement du cnoi est dû à un décret ministériel du fait de sa déroute historique tant financière qu’organisationnelle.

Ont suivi les toutes aussi 1ères élections à l’envers… dans un déni total de démocratie.

Quand ils faisaient quelque chose et cela reste à prouver, la moitié des conseillers cdoi ont sévi sans mandat…

Lors des dernières élections, le renouvellement des cdoi n’a pu se faire et la grande majorité des cdoi n’ont pas obtenu de quorum faute de candidats à cette mission quasi divine et faute d’électeurs (95 % d’abstention profession entière et 78 % parmi les inscrits au truc de gré et surtout de force).

De l’aveu de mme sniil et conseillère ordinale, les affaires courantes seraient gérées par les anciens élus… Rectification : Pseudo élus !

Et c’est là qu’intervient D. l’Embrouille…

De ce fait, les élections des croi sont repoussées à 2015…

Mais en attendant, de nouvelles élections cdoi doivent être organisées.

Mais en attendant d’attendre, il est créé des cidoi…

Sancho dit : « conditions de travail qui se dégradent, salaires misérables et chômage ».



Oui mais ce n’est pas une mission ordinale et tant mieux vu que l’ordre ne remplit AUCUNE mission depuis bientôt 8 ans !

loulic

Avatar de l'utilisateur

255 commentaires

#15

diffamation ?

"Je tiens tout de même à remercier les syndicats hospitaliers pour le mal qu'ils ont fait à la profession en ayant peur pour leurs petites places de salariés privilégiés... ils ont diabolisé l'ordre et se sont fait élires dans les ordres dép et rég pour ne rien faire..., "


Des noms.

Donne nous des noms, a moins que ce ne soit qu'une nouvelle affabulation.



"mais même si vous ne l'aimez pas l'ordre était la seule représentation unique qui pouvait faire qqchose puisque depuis 30 ans les syndicats,pourtant bien structurés, eux, se battent..ou font semblant. "

L'ordre est en place depuis sept ans maintenant et a dépensé entre 80 et 100 millions d'euros.

Qu'a t'il fait pour les infirmiers ?

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#14

Bonjour

Je retransmet un commentaire qui me semble intéressant car il reflète bien la réalité :

" que faut il vraiment retenir?
que pendant que notre profession se déchire les autres en profitent, que ça fait l'affaire de tous car si nous étions unis et bien représenté ont les écrasent…je vous rappellent qu'ont est nombreux (se)!!!

que le gouvernement et vos directeurs sont bien content de nos gueguerres, de notre division interne (ordre, multi-syndicats), c'est bien pour ça que personne ne s'est "mouillé "pour les cotisations de l'ordre!

que la réalité est là! conditions de travail qui se dégradent, salaires misérables et chômage.

Qu'on est quand même une profession qui aime se "victimiser" et à voir les commentaires "anti tout" c'est pas prêt de s'arranger…résultat= démotivation, démissions, maltraitante, changements de secteurs…on cherche mieux ailleurs... pas de remise en question de nos compétences, les infirmiers ne se forment pas, individualisme et concurrence en libéral, compérage=la subordination continue...

Je tiens tout de même à remercier les syndicats hospitaliers pour le mal qu'ils ont fait à la profession en ayant peur pour leurs petites places de salariés privilégiés... ils ont diabolisé l'ordre et se sont fait élires dans les ordres dép et rég pour ne rien faire..., mais même si vous ne l'aimez pas l'ordre était la seule représentation unique qui pouvait faire qqchose puisque depuis 30 ans les syndicats,pourtant bien structurés, eux, se battent..ou font semblant.
Le mal est fait, les infirmier(e) français(e) ne peuvent que s'en prendre à eux pour l'avenir sombre qui approche…en tout cas j'aurai investi de ma personne pour que ça n'arrive pas,et je ne suis pas la seule, c'est certainement peine perdu aujourd'hui et je fais comme certain, je pense au reclassement au bout de 17 ans. Notre profession est très malade. en lisant MF collière "promouvoir la vie"avec notre histoire prof j'ai compris pourquoi on en est là…on est mal barré."

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#13

Rengaine

La rengaine ordinale est de comparer leur cher joujou aux syndicats.
Alors rappelons que l'adhésion à un syndicat n'est pas obligatoire, que donc, le paiement de la cotisation est consentie dès lors qu'on se syndique, et que celle-ci est déclarée dans les charges donnant droit à une baisse d'impôt (2/3 des sommes payées).
Au final, même quand on n'aime pas les syndicats, on les finance dans une bonne proportion par l'intermédiaire de ses impôts : elle est pas belle la vie ?

Volvulus

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#12

Mais bien sûr...

Heureusement que résilience est là pour nous représenter, n'est ce pas! Et au fait, les syndicats, puisqu'a vous entendre ils sont les ardents défenseurs de la profession, ils auraient pas des chiffres eux aussi?
Et puisque vous abordez la question de l'argent, c'est combien la cotisation à un syndicat? Plus cher ou moins cher qu'à l'ordre?

marinelp44

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#11

Mauvaises statistiques

Ces chiffres sont incompréhensibles:combien d'entre eux sont à temps plein ,partiel,travail très temporaire...
J'habite une ville de 15000 habitants,l'hôpital local n' a embauché aucun (e) infirmier (e)pour les remplacements d'été (auto remplacement du personnel) ....et pourtant l'I.F.S.I. sort chaque année 50 nouvelles infirmières (contre 20 il y a 15 ans!).Et oui,dans le 44,beaucoup d'infirmières sont au chômage !
Concernant les "spécialités" des infirmières, il aurait été intéressant de ne pas oublier les infirmières scolaires,en entreprise,en laboratoire,en recherche clinique,à l'E.F.S. ...

vesunna24

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#10

De guerre lasse

Mon pauvre Fab.infirmier, tu peux en croire mon expérience, laisse tomber! Regarde sous les logos et tu dois voir le nombre de commentaires de chacun. Tu vas vite comprendre que tu as affaire à des professionnels de l'embrouille, réfugiés derrière leur écran, convaincus de mener une bataille divine contre le grand satan!
Ils ne répondent jamais quand ça les dérange ou nient bêtement les évidences avec des arguties qui sont à l'image du vide sidéral de leur pensée.
Il m'arrive de douter que certains soient infirmiers.

loulic

Avatar de l'utilisateur

255 commentaires

#8

bilan :

"bilan financier très positif" : vous vous foutez de qui ? Avec le national qui met sa dette dans ses actifs et qui mélange allègrement les données ?

Où est le bilan de 2013 ?


"l'accompagnement et la mise en place de protocole de coopération," : grosse bouffonnerie, ces protocoles sont une farce qui n'amène aucune reconnaissance. Ces protocoles ne sont aucunement pérenne et c'est bien le problème. Là encore vous vous félicitez d'une dégradation des conditions d'exercice et au lieu de batailler pour faire évoluer la profession, vous avalisez un expédient qui nous ne nous sert en rien.


"la conciliation de nombreux infirmiers afin de ne pas en arriver à une action en justice" : oui, les infirmiers que vous trainez devant les tribunaux apprécieront. Par ailleurs parle nous des multiples recours d'infirmiers qui justement ont subi la justice ordinale ?


"la défense des spécialités comme IBODE IADE" quelle blague ! A quel moment ? Je ne vous ai jamais vu défendre les IADE. Surtout pas devant les CRS.


"la mise en place d'un listing clair des infirmiers inscrits" : mais bien sûr ! de qui tu te moque ? Avec des doublons, des morts, des omissions, … Dans la même page d'un document de l'ordre on trouve trois chiffres différents quant au nombre d'inscrit.


"la défense des masters infirmiers" : concrètement ? A part dire que vous êtes pour des masters vous faites quoi ?


"je vous confirme et avec certitude que les infirmiers qui ont été poursuivi en justice l'ont été par le biais du tribunal et non de l'ordre" : sur dénonciation de qui ? Même pas le cran d'assumer vos (mé)faits.


"Vous pouvez croire que mon discours est faux".

Non ton discours est creux et mille fois entendu. Après 7 ans d'existence l'ordre n'a servi à rien et a cumulé une dette énorme.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#7

Jugement de valeur.

Vous êtes dans le jugement de valeur : voyez-vous, cher "élu" je travaille pour la profession et pour les professionnels dans mon activité quotidienne et cela est reconnu, mais ce n'est pas le lieu pour que je m'en justifie.
Par ailleurs, il me serait difficile de rencontrer la seule élue de mon département car son temps doit être précieux, elle doit se sentir bien seule la pauvrette... Alors les échanges constructifs, on reporte ça en 2059, si tout va bien.
Par contre, je suis triste que vous deviez payer vos allées et venues vers vos réunions où vous refaites le monde (infirmier), et vos cafés, votre ordre, en excédent financier pourrait bien faire un effort.
Quant à la popularité de votre organisme, les seuls résultats aux dernières élections suffisent à la montrer : envoyer un signe fort aux pouvoirs publics, qu'il disait le calife : message reçu !

Fab.infirmier

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#6

c'est votre discours qui est lassant

le bilan financier est très positif avec des remboursements anticipés par rapport aux contrats passés avec les banques. Les actions de l'ordre ont été l'accompagnement et la mise en place de protocole de coopération, la conciliation de nombreux infirmiers afin de ne pas en arriver à une action en justice, la défense des spécialités comme IBODE IADE..., la mise en place d'un listing clair des infirmiers inscrits, la défense des masters infirmiers... et encore beaucoup d'autres missions.
Afin de vous éclairer, je vous confirme et avec certitude que les infirmiers qui ont été poursuivi en justice l'ont été par le biais du tribunal et non de l'ordre. Encore une méconnaissance de votre part.
Vous pouvez croire que mon discours est faux mais dans ce cas je vous invite à rencontrer les élus de votre département pour répondre à vos interrogations. Je ne doute pas des échanges constructifs qui pourront aboutir.
Malencontreusement je sais bien que vous déclinerais cette invitation car vous n'êtes en capacité que de "ressasser vos jérémiades".
Cependant, je ne perçois pas dans vos écritures ce que vous avez fait pour la profession et surtout ce que vous proposez pour accompagner les infirmiers de demain?

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#5

C'est toujours non !

Ce discours est trop connu pour être sincère : la seule ambition de l'ordre est de faire payer ses dettes par les professionnels.
Apportez-nous plutôt votre bilan financier et en termes d'actions en faveur de la profession au lieu de nous ressasser vos jérémiades.
Votre ordre a été imposé sans concertation, et c'est toujours par la menace, la force et la contrainte que vous insistez lourdement pour le faire survivre.
Encore une fois, c'est toujours non !

Fab.infirmier

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#4

Bonjour

Je suis toujours aussi surpris par les commentaires peu constructif que les gens peuvent faire. Je suis élu ordinal donc je vais pouvoir vous répondre sur certaines interrogations que vous avez.
Effectivement l'ensemble des conseillers départementaux et autres sont tous bénévoles. Pour être honnête avec vous, nous payons nos titre de transport pour nous rendre aux réunions de l'ordre, le café également... donc nous ne retirons aucun bénéfice financier de cet engagement et même plutôt l'inverse. Le temps de présence aux différentes réunion sont sur mon temps libre pour ma part. Le bénéfice que nous avons, c'est de croire en notre profession et d'essayer d'avancer à petit pas. Je peux comprendre votre mécontentement par rapport à l'ordre mais arrêtons les discours stériles qui ne font que nous desservir. Concrètement vous faites quoi vous pour la profession?
Avant c'était les syndicats qui nous représentait au conseil d'état, c'était pas un infirmier qui parlait pour notre profession, c'était un personnel administratif qui ne connaissait rien à nos textes. Aujourd'hui nous avons au moins un infirmier qui parle pour nous.
Concernant la représentativité de l'ordre, 155000 dont 120000 environ qui renouvellent leur cotisation. C'est sur que nous sommes loin d'avoir l'adhésion de tous les infirmiers mais avant c'était les syndicats qui nous représentaient avec une représentativité de moins de 1% de la profession et ça ne vous posiez aucun problème!
Tous les pays qui ont un ordre fort ont aujourd'hui une profession infirmière qui sait se faire entendre.
Vous parlez de "courage de la part de la ministre", qui il y a 4 mois a souhaité supprimer les masters infirmiers! Par contre c'est cette ministre qui a sorti au mois de juin deux décrets qui renforcent l'ordre! Je pense qu'il est temps que vous ouvriez les yeux, fédérons nous et pensons aux patients.
En vous souhaitant une bonne journée!

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#3

Pourquoi faire ?

Avec ses 155000 prétendus inscrits, combien le sont de manière librement consentie ? Les infirmiers ayant cessé leur activité (retraite, décès, etc...) sont-ils régulièrement retirés du fichier ?

Et que feraient les fins limiers ordinaux, une fois le fichier ADELI entre leurs mains ? Inviteraient-ils les distraits non-inscrits à un pot de bienvenue au club ?

Une question reste cependant sans réponse : le travail dans les comités départementaux pour l'intérêt supérieur de la profession est, parait-il bénévole, n'y a-t-il pas toutefois quelques bénéfices secondaires à être ainsi actifs dans les ordres ? La philanthropie des personnes gravitant dans la mouvance ordinale est-elle le seul moteur qui pousse celles-ci à être si insistantes et tenaces à faire perdurer cet organisme toujours plus contesté ?

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#2

Et qui lui reproche d'être noirci

Il est vrai qu’au contraire de la DREES et en terme de statistiques, l’ordre se positionne avec la certitude qu’il ne devrait pourtant pas afficher du fait du peu de nombre d’IDE inscrit(e)s en presque 8 ans de laborieuse existence.

Au nom de quel principe devrions nous croire que les chiffres affichés par l’ordre sont plus fiables que ceux de la DREES ?

Parce qu’entre le moment où l’IDE s’est possiblement fait piégé en 2009 et aujourd’hui, il a pu se passer plein de choses dans sa vie professionnelle dont l’ordre n’a pas eu connaissance.

L’oni plaide donc dans le vide comme d’habitude pour des statistiques actualisées et fiables qu’il est bien incapable de fournir.

Par contre l’oni plaide pour sa paroisse car mécaniquement plus le nombre d’IDE est faible plus le % d’inscrits au truc est haut.

A ce jour donc, 75 % des IDE ne sont pas inscrit(e)s au truc inutile et encore plus ont décidé de ne pas/plus se faire racketter.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#1

La poêle qui se fout du chaudron.

C'est Borniche avec ses chiffres invérifiés et invérifiables qui veut donner des leçons de fiabilité des données et des statistiques.
De qui se moque-t-on ?
Il nous amuse avec sa cotisation modique alors qu'il n'arrive même pas à faire adhérer les infirmiers à sa petite entreprise et surtout à les faire payer.
Il ferait mieux de publier ses comptes ou d'en demander un audit, afin que chacun puisse réellement savoir à qui ils ont à faire. Il suffit déjà de rappeler le lamentable gaufrage des élections départementales pour prouver à quel point l'organisation ordinale est au bout du rouleau...
Encore un petit effort, Madame le Ministre, et les infirmiers auront, enfin une raison de se réjouir un peu.