INFOS ET ACTUALITES

7 mars 2017 - "Nous demandons juste de pouvoir faire correctement notre travail"

Dans la continuité des mobilisations infirmières des 8 novembre 2016 et 24 janvier 2017, les organisations associatives et syndicales1 ont appellé les étudiants en soins infirmiers, les infirmiers, les infirmiers spécialisés (infirmiers anesthésistes, infirmiers de blocs opératoires, infirmières puéricultrices) et les infirmiers cadres de santé à se mobiliser en nombre le 7 mars 2017 à Paris. Le rendez-vous, donné dès 12h30, place Denfert Rochereau à Paris pour converger ensuite vers le ministère des affaires sociales et de la santé puis vers l'Assemblée Nationale, a été honoré par de très nombreux soignants. Des actions avaient également lieu en région dans le même temps

En direct de la manifestation parisienne...

manifestation paris 7 mars 2017

Une nouvelle mobilisation infirmière a lieu le 7 mars 2017 avec une grande manifestation à Paris mais aussi des cortèges en province. Les préoccupations des soignants sont simples : travailler selon leurs missions et leurs valeurs !

Ils ont venus nombreux de tous les coins de France pour défendre le service public, le LEUR, celui pour lequel aujourd'hui ils défilent massivement à Paris mais aussi partout en province. L'hôpital est en souffrance, en danger, et son personnel exactement dans le même état. "Manque de personnel et de moyens", "épuisement professionnel", course "à la rentabilité", perte de sens : les griefs dénoncés par les hospitaliers et leurs collègues du secteur social sont nombreux et ne cessent de s'aggraver.

Coralie, infirmière à Alençon, diplômée depuis 2014, le souligne :nous aimerions exercer des soins humains et c'est de plus en plus difficile de le faire car la charge de travail laisse de moins en moins de temps au relationnel. Nous sommes sans cesse sollicités, interrompus dans nos tâches. Ces conditions sont de vraies sources d'erreurs et ce n'est pas sécuritaire pour le patient. Sa collègue Isabelle, infirmière à Saint-Nazaire, diplômée depuis 2014, exprime elle aussi son désarroi : j'ai...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (4)

iade united

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#4

Comment mettre sous silence la mobilisation des soignants

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10212024404429158&set=pcb.749983851841634&type=3&theater

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#3

Rectification faite !

Merci Coralie de cette précision. Nous l'avons corrigé dans le texte. Dans le feu de l'action, quelquefois l'écriture peut aller trop vite. Merci à vous de votre compréhension

C 19

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Rectification!

Je suis citée dans cet article et je tiens a apporté une précision! Je n'ai pas dit que "nous n'arrivons pas à assurer des soins qui respectent la dignité du patient" (tous soignant que nous sommes assurons au mieux la dignité de nos patients). Ce que j'ai voulu dire et que nous aimerions exercer des soins humains et qu'il est de plus en plus difficile de le faire car la charge de travail laisse de moins en moins de temps au relationnel (alors que celui ci est primordial...). Petite rectification qui me semble essentiel :)
Coralie, infirmière.

manola67

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Grèves muettes

Bonjour,

Suite à différentes lectures d'articles et de commentaires sur votre site je me demande si vos actions ne sont pas mal orientées!
Vous allez à nouveau faire grève afin de faire entendre la souffrance qui vous ronge et dénoncer une fois de plus vos conditions et le manque de moyen. Comme il a été dit, chaque journée de grève va imposer des heures à vos collègues voir d'être appeler pour venir travailler un jour de repos tant mérité afin de combler le manque de personnels et de pouvoir assumer le service public.
Vous essayez de faire entendre d'une voix muette à un gouvernement de sourds votre mal être, vous voulez atteindre la pointe de la pyramide alors que vous vous trouvez au pied de celle-ci. Ne vous vous sentez pas un peu seul, c'est pourquoi je réagi à votre action. Il serait peut-être intéressant de faire prendre conscience à tous ces gens "patients, famille , amis et entourage des patients" qui se trouvent au pied de la pyramide et de vous soutenir à défendre votre cause car elle est indirectement la leurs.
Imaginez la grève maintenant avec le soutient de tous les citoyens à vos cotés, l'impact qu'elle aurait et surtout qu'elle ne dure pas qu'un jour mais jusqu'à obtenir simplement le droit d'exercer votre métier dans le respect de la personne et des conditions acceptable.
Je réagi si tard c'est qu'avant de rencontrer mon amie, infirmière, je n'avais pas pleinement conscience de la réalité de vos conditions que je trouve plus que déplorables.
Faites de votre cause un cas de conscience général et alors à ce moment vous toucherez le gouvernement parce que vous ne serez plus seuls.