INFOS ET ACTUALITES

A la télé - Invalides, la maison des blessés

par .

La couronne dorée des Invalides se voit de loin, elle scintille majestueusement dans le ciel de Paris depuis plus de 300 ans et abrite le musée des Invalides. Mais peu de gens connaissent l'Institution nationale des Invalides, l'INI... Ce documentaire diffusé ce soir sur France 3 Ile-de-France nous y plonge. Une rencontre avec ceux qui y séjournent de façon permanente ou temporaire, une immersion sensible et humaniste au coeur de cette institution placée au carrefour de toutes les histoires de guerre de hier et d’aujourd’hui...

Blessés institut national des invalides

Le centre médico-chirurgical de l'INI est orienté vers la prise en charge des patients blessés médullaires, ou cérébrolésés, des patients porteurs de lésions de membres voire amputés. Il dispose d’un plateau technique de rééducation fonctionnelle, d’une piscine thérapeutique et d’un laboratoire spécialisé dans l’adaptation personnalisée de prothèses. photo - FR3

Les Invalides sont un repère pour les Parisiens, un incontournable pour les touristes. A l'ombre de ce monument historique, on trouve l'INI, l’Institution Nationale des Invalides composée de trois centres complémentaires : le centre des pensionnaires, le centre médico-chirurgical et le centre d'études et de recherche sur l'appareillage des handicapés (CERAH).

On s’y retrouve tous, ici c’est familial ! À l’ombre du dôme et des touristes, une centaine de pensionnaires vit en effet ici : anciens combattants, vétérans de la guerre d’Indochine ou d’Algérie, résistants... Ils ont entre 28 et 104 ans. Juste à côté, c’est l’hôpital qui accueille les militaires comme les civils, dans un centre médico-chirurgical de pointe. Des grands blessés militaires, mais aussi des civils et plus particulièrement des victimes d'attentats. A l’INI, tout est fait pour accompagner la reconstruction des grands blessés : soutien psychologique et social, rééducation et appareillages...

A l’âge de 20 ans, Geoffrey s’est engagé « fier de son drapeau » dans l’armée française. Il y a deux ans, en mission au Mali, son véhicule blindé a sauté sur une mine anti char. Le jeune soldat, très grièvement blessé, multifracturé, paralysé de la colonne vertébrale, a été rapatrié en France par l’armée avec ce qu’il appelle "une jambe morte". Il a d’abord passé un an et demi en rééducation à...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)