INFOS ET ACTUALITES

A la télé - "Prématurés, le combat pour la vie"


Arte diffuse le vendredi 8 mars 2013, à 9h45, un documentaire intitulé "Prématurés, le combat pour la vie" ; un sujet sensible et souvent douloureux...

credit photo arteLe film réalisé par Antje Christ, réalisateur allemand, souligne la dure réalité de ces bébés qui naissent pour la plupart dans un état de grande fragilité avec des risques de handicaps neurologiques lourds, de troubles de la vue ou de l'ouïe.

Le terme théorique d'une grossesse est de 41 semaines d'aménorrhée. Lina, qui a vu le jour à 23 semaines à la clinique universitaire de Cologne, pèse 480 grammes. La loi allemande oblige les médecins d'outre-Rhin à prendre en charge les prématurés de plus de 24 semaines et les laisse décider de l'opportunité de réanimer des bébés nés plus tôt. Or la réglementation varie d'un pays d'Europe à l'autre.

Aux Pays-Bas et en Suisse, on ne cherche pas à maintenir en vie les prématurés de moins de 25 semaines, alors qu'en France, la décision d'intervenir ou non pour une naissance à 24 ou 25 semaines appartient à l'équipe médicale. Motif de ces hésitations ? Nombre de ces grands prématurés présentent des handicaps neurologiques lourds, des troubles de la vue ou de l'ouïe. Il incombe donc aux parents et aux médecins de déterminer quelles conséquences ils sont prêts à accepter.

C’est à voir, à revoir (première diffusion le 19 février 2013), en replay car le sujet est sensible, souvent douloureux et fort bien traité.

Regarder un extrait du documentaire

  • Prématurés, le combat pour la vie, vendredi, 8 mars 2013 à 09:45 Pas de rediffusion (Allemagne, 2012, 30mn), ZDF

Creative Commons License
Rédactrice en chef Infirmiers.com
bernadette.fabregas@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (2)

Katseyes49

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Garder espoir

Mon préma né à 33 semaines il y a 13 ans se porte comme un charme, il n'est quasiment jamais malade. Et pourtant, en visionnant ces images, l'émotion est toujours présente et je n'oublierai jamais la grande détresse que nous avons ressentie, son papa et moi. Pendant 15 jours, nous ne savions pas s'il allait survivre. Il faut garder confiance, ces petits bouts de chou qui doivent se battre à peine nés ont une grande force de caractère. Aujourd'hui je me réoriente vers le métier d'infirmière et j'espère pouvoir intégrer le service de néonatalogie qui l'a sauvé à Angers !

florie91

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Comment revisionner ce reportage ?!

J'ai loupé cette émission qui m'intéresse beaucoup... Sauriez-vous où l'on pourrait la visionner ? Elle n'est déjà plus disponible en replay car la première date de diffusion est trop lointaine...