INFOS ET ACTUALITES

Accessibilité, clarté, réactivité, les maîtres-mots pour informer sur le médicament

par .

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

L'épisode Lévothyrox, à l'occasion de son changement de formule en 2017, a laissé des traces. Agnès Buzyn s’engage donc pour une information plus accessible, plus claire et plus réactive sur le médicament. Elle appelle à rénover les dispositifs d'information et préconise, suivant ainsi les recommandations de la Commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, de s'adresser plus directement aux patients tout en renforçant l'action des professionnels de santé en la matière. Le rapport qui lui est rendu ce 3 septembre 2018 en témoigne. Explications.

médicaments

Un rapport comme une série de recommandations tenant compte à la fois du contexte réglementaire, social et organisationnel et de la nécessité d’agir pour améliorer, durablement, l’information sur le médicament et mieux prévenir les situations de crise.

C'était le désir d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, que de rappeler que l'accès à l'information, notamment sur un sujet aussi important que le médicament, est un droit essentiel du patient. Souligner également que l'information des professionnels de santé est une nécessité de premier plan pour garantir la qualité des prises en charge et protéger la chaîne de confiance qui doit relier les acteurs du soin entre eux. C'est cet esprit qui a motivé, en novembre dernier, après l'épisode Lévothyrox et sa gestion de crise pour le moins déficiente, sa demande de mission sur l'amélioration de l'information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament ; mission présidée par le Dr Gérald Kierzek, praticien hospitalier et chroniqueur santé, et Magali Leo, responsable du plaidoyer de l'Association Renaloo.

Le rapport qui en découle vient d'être rendu à la ministre ce 3 septembre 2018.  Il décline les points essentiels de cet engagement pour une information plus accessible, plus claire et plus réactive sur le médicament, proposant une série de recommandations tenant compte à la fois du contexte réglementaire, social et organisationnel et de la nécessité d’agir pour améliorer, durablement, l’information sur le médicament et mieux prévenir les situations de crise.

Une nécessité de premier plan : garantir la qualité des prises en charge et protéger la chaîne de confiance qui doit relier les acteurs du soin entre eux Pour se comprendre, il faut parler la même langueLe rapport le souligne, les sources d’information sur le médicament sont prolifiques. Il est incroyablement difficile pour les patients et les professionnels de se repérer et d’identifier les sources d’information fiables. En particulier, l’information publique - fragmentée, difficile...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)