INFOS ET ACTUALITES

Accord de 3 syndicats infirmiers libéraux pour les élections aux bureaux des URPS

La FNI, l'Onsil et Convergence infirmière se sont entendus sur "cinq sujets essentiels pour la pérennité du statut libéral des infirmières".

La Fédération nationale des infirmiers (FNI), l'Organisation nationale des syndicats d'infirmiers libéraux (Onsil) et Convergence infirmière ont signé un accord cadre national pour préparer les élections des bureaux des unions régionales des professionnels de santé (URPS), a annoncé la FNI (communiqué su 14 janvier 2010).

Les résultats définitifs des élections pour les UPRS publiés en décembre 2010 donnaient la FNI et le Syndicat national des infirmières et infirmiers (Sniil) au coude-à-coude. Le Sniil s'était déclaré par la suite "officiellement" en tête des syndicats infirmiers libéraux.

Dans un accord de trois pages signé jeudi, dont APM a eu copie, la FNI, l'Onsil et Convergence infirmière se sont accordés pour se répartir région par région les différents sièges des bureaux (présidence, vice-présidence, secrétaire général, trésorier, secrétaire adjoint et trésorier adjoint).

Selon le tableau présenté dans cet accord et si les syndicats respectent leurs engagements, le Sniil ne pourrait obtenir la présidence que dans trois régions : Pays-de-la-Loire, Martinique et Guyane (seules deux listes, FNI et Sniil, ont obtenu des voix dans ces régions, ndlr). Convergence infirmière obtiendrait la présidence dans quatre régions (Haute-Normandie, Ile-de-France, Paca et Rhônes-Alpes), l'Onsil dans trois régions (Aquitaine, Corse et La Réunion) et la FNI dans les 16 régions restantes.

Les syndicats précisent dans l'accord qu'il ne s'agit pas "d'une alliance électorale opportune mais d'un partage de vue sur cinq sujets essentiels pour la pérennité du statut libéral des infirmières": le projet Azalé [expérimentation de transferts de tâches], le décret de compétence, la proposition de loi sur le statut libéral de l'aide-soignante, la convention nationale des infirmiers et la mission Vallancien sur les maisons de santé

Dans le communiqué publié vendredi, la FNI rappelle que les trois syndicats ont adopté le même positionnement sur ces cinq grands thèmes, contrairement au Sniil qui aurait parfois été le seul syndicat à défendre certaines expérimentations ou textes menaçant la profession.

Jointe par APM, la présidente du Sniil, Annick Touba, a estimé qu'il était "un peu triste" d'en arriver là. "C'est dommage pour la profession (...) d'arriver à une telle lutte de pouvoirs", a-t-elle renchéri. Il y a pourtant beaucoup de travail en région, a-t-elle déploré. Elle a indiqué qu'elle allait oeuvrer pour mettre en place l'article 51 de la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST) sur les coopérations entre professionnels de santé, dispositif qu'elle a défendu.

Elle a assuré qu'avant de prendre connaissance de cet accord, elle aurait voulu des bureaux où toutes les forces syndicales auraient pu avoir leur place. Annick Touba a en outre fait remarquer que cette alliance lui permettrait d'avoir une "réelle indépendance" et une "très grande liberté".

Les cinq sujets d'accord (communiqué de presse de la FNI) Le projet ASALEEParmi les expérimentations de transfert de tâches d’Yvon Berland, le projet ASALEE est la seule expérimentation se rapportant aux soins de ville. Elle consistait à salarier des infirmières au sein des cabinets de médecins généralistes afin que ces derniers disposent de plus de « temps médical utile ». Seul le Sniil a cautionné avec le syndicat de médecins MG France cette expérimentation qui préfigurait la...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)