INFOS ET ACTUALITES

Alléger le poids des maux avec une jolie plume

par .

Cet article fait partie du dossier :

Douleur

    Précédent Suivant

L'empathie et la bienveillance débordent de ses écrits. Denis Nougarède, professeur de Lettres Classiques, partage sur son blog son goût pour la poésie et son envie de jouer avec les mots, en pensant aux maux des enfants, des adolescents hospitalisés et de leurs familles. De véritables « étincelles » qui ont mis le feu aux poudres de l'écriture. Extraits choisis.

dessin d'enfant Noël hopital

Des poèmes pour ceux qui sont condamnés à arpenter les couloirs d’hôpitaux, notamment les enfants malades

Denis Nougarède écrit ce qu’il appelle une poésie de salle d’attente, sans autre prétention que celle d’apporter un ailleurs à ceux qui sont condamnés à arpenter les couloirs d’hôpitaux, notamment les enfants malades. Il a d'ailleurs « embarqué » ses élèves dans son aventure littéraire : écrire sur un blog intitulé cespoemessontpourvous des poésies pour les adolescents et les enfants hospitalisés.

Denis Nougarède a récemment réuni ses productions poétiques dans un ouvrage « Rêves imaginaires d'espoirs chimériques », kaléidoscope de mots à maux où se mêlent souffrance et joie, ombres et lumières, espérances et lassitudes ; un ouvrage dont la totalité des bénéfices est dédié à l'Association Laurette Fugain qui œuvre à faire avancer la recherche sur la leucémie.

Alors que les fêtes de Noël se profilent, Denis Nougarède n'oublie pas ceux qui ne souhaitent qu'un chose sous le sapin : la santé. Ce poème « Rêve singulier » en témoigne...

Rêve singulier

Partout, où que je passe, on prépare Noël,
Partout on illumine, on place des guirlandes,
Ici, à l’hôpital, on sort le matériel
Et des sapins surgissent au cœur des plates-bandes.

Décembre est arrivé, et les rêves d’enfants
Vont petit à petit s’écrire sur papier ;
Le Père-Noël est prêt, il attend patiemment
Que tous ces petits souhaits arrivent par milliers.

Mon enfant a écrit sa lettre au Père-Noël
Dans laquelle il demande un cadeau singulier :
Il ne veut pas de grue, rien de conventionnel,
Ce qu’il désire, lui, c’est « une autre santé »…

« Ben oui, Maman, tu sais ! Comm’  la mienne est cassée,
Il m’en faudrait une autre un peu plus résistante ! »
Je souris à le voir ainsi enthousiasmé
Et je me mets à croire à cette même attente…

De la même façon, il rend hommage à sa façon à celles qu'il appelle « Mes anges blancs », à savoir les infirmières...

Mes anges blancs

Ce matin, bienveillant,
Un rayon est entré
Sur mon visage éteint
Doucement s'est posé.

Encore tout endormi(e)
Je regarde, étonné(e)…
Sur les bords de mon lit
Mes yeux se sont posés.

J'ai reconnu alors
Cette chambre éclairée,
Cette chambre au décor
Si gentiment soigné.

J'ai souri quand mes yeux
Ont découvert, posés,
Sur mon chevet gris-bleu,
Un vase et son bouquet…

Je n'ai rien entendu
Mais elles sont passées…
Et les jours où, fourbues,
Elles seraient tentées
De tout abandonner,
Elles sont toujours là,
Infirmières dévouées,
A pas feutrés de chats
Sans se faire remarquer.

Dans l'ombre elles opèrent,
Doux anges si zélés,
Et se donnent entières
A leur si beau métier.

C'est vrai, je veux vous dire
A vous, secondes mères,
Combien par vos sourires
Vous nous êtes très chères…

Visitez le blog de Denis Nougarède qui engage également tous les enfants à venir partager leurs poèmes (il leur suffit de les écrire en commentaire...)

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Douleur

Publicité

Commentaires (0)