INFOS ET ACTUALITES

Un antiviral potentiellement efficace contre le nouveau coronavirus

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Un antiviral à large spectre pourrait être efficace contre les coronavirus notamment contre le Sars-Cov-2 qui est à l’origine de la pandémie actuelle. Selon une étude parue dans une revue scientifique reconnue, cette molécule serait capable d’inhiber la réplication du virus et donc d’améliorer les fonctions pulmonaires.

Un antiviral potentiellement efficace contre le nouveau coronavirus

Alors que la crise sanitaire continue, les chercheurs poursuivent leurs efforts afin de trouver des traitements efficaces contre cette nouvelle pathologie.

EIDD-2801 est un antiviral à large spectre qui d’après des expérimentations récentes pourrait être un traitement efficace contre le nouveau coronavirus d’après une étude publiée dans Science Translational Medicine. Ces travaux comprennent des expérimentations sur des cellules pulmonaires humaines cultivées infectées par le Sars-Cov-2, ainsi que des souris contaminées par les coronavirus apparentés le SRAS et le MERS-Cov. Au vu des résultats encourageants, des essais cliniques sur l’Homme devraient suivre prochainement.

Non pas "le" mais "les" coronavirus

Trois nouveaux coronavirus sont apparus ces 20 dernières années causant potentiellement des infections respiratoires sévères chez l’Homme. D’abord le SRAS en 2002, puis le MERS-Cov en 2012 et dernièrement le SARS-Cov-2. Tous étaient initialement des zoonoses (maladies émergentes provenant des animaux), les coronavirus circulant dans de nombreuses espèces de mammifères et d’oiseaux.

Plus alarmant, de nombreux coronavirus de type du SRAS et du MERS circulent dans des espèces réservoirs qui pourraient se répliquer efficacement dans les cellules pulmonaires humaines primaires sans adaptation. La présence de ces souches pré-épidémiques dans la faune laisse présager l'émergence probable de nouveaux virus de la même famille à l'avenir. Force de ce constat, Forts de ce constat, nous pouvons avancer que des antiviraux largement actifs sont clairement nécessaires pour une réponse rapide aux nouvelles flambées possibles de coronavirus chez l'Homme et les animaux domestiques.

C’est pourquoi les chercheurs s‘activent afin de développer des médicaments pour parer ces nouveaux pathogènes dont le dernier en date est à l’origine d’une pandémie. Une équipe américaine s’est penchée sur cet antiviral qui, en entrainant des erreurs dans la réplication de l’ARN viral, nuit à la prolifération du virus lui-même dans l’organisme.

Un traitement efficace contre la menace de ces nouveaux agents infectieux

Ainsi, le médicament a été testé sur des cellules des voies respiratoires humaines cultivées en laboratoire. Les données sont claires : il est parvenu à inhiber la réplication virale des trois coronavirus que ce soit le Sars-Cov-2, le MERS-COV ou le SARS-Cov-1 (SRAS) sans nuire aux cellules. Administré à des souris entre 12 et 48 heures après avoir été infectée, EIDD-2801 peut réduire le degré de lésions pulmonaires et la perte de poids chez la souris. De même, utilisé à titre prophylactique, cette molécule peut prévenir les lésions pulmonaires graves chez les rongeurs infectés a posteriori (2 heures après).

Autre point positif, si on le compare à d'autres traitements testés contre le Covid-19 qui doivent être injectés par voie intraveineuse, l’antiviral en question peut également être pris par voie orale sous forme de pilule. En plus de la facilité de traitement, cela offre un avantage pour soigner des patients aux symptômes moins sévères. De plus, il pourrait aussi être employé comme prophylaxie. Par exemple, dans une maison de soins infirmiers où de nombreuses personnes ont été exposées mais ne sont pas encore malades, expliquent les auteurs.

En outre, les virus susceptibles d’être résistants au redemsivir (antiviral également évalué actuellement pour connaître son efficacité contre le Covid-19) s’avèrent, au contraire, davantage sensible à EIDD-2801 ce qui suggère que les deux médicaments pourraient être combinés pour une plus grande efficacité et pour empêcher l'émergence d'une résistance, souligne George Painter, un des chercheurs.

Ainsi, des essais cliniques sur ce médicament chez l’Homme devraient débuter ce printemps. S'ils réussissent, la molécule pourrait non seulement être utilisée pour limiter la propagation du Sras-Cov-2, mais pourrait également contrôler les futures éclosions d'autres coronavirus émergents. En effet, ce nouveau médicament a non seulement un potentiel élevé pour traiter les patients atteints du Covid-19, mais il semble également efficace pour le traitement d'autres infections graves à coronavirus, conclut l'auteur principal Ralph Baric.

Avec l'apparition de trois nouveaux coronavirus humains au cours des 20 dernières années, il est probable que nous continuerons d'en voir plus, estime Timothy Sheahan, professeur adjoint d'épidémiologie à Gillings, également auteur de l’étude. L'EIDD-2801 est prometteur non seulement pour traiter les patients touchés par le Sars-Cov-2 aujourd'hui, mais aussi pour traiter les nouveaux coronavirus qui pourraient émerger à l'avenir.

Creative Commons License

Journaliste infirmiers.com roxane.curtet@infirmiers.com  @roxane0706

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)