EN BREF

AS/AP : l'accès à la formation évolue

Le mois dernier, le Haut Conseil des Professions Paramédicales (HCPP) travaillait à la mise en place de dispositions visant à améliorer l'attractivité de la formation d'aide-soignant et d'auxiliaire de puériculture. C'est désormais chose faite sur le plan législatif : plusieurs articles ont été ajoutés à l'arrêté encadrant l'accès à la formation et publiés au Journal Officiel du 14 avril pour préciser les choses. Concernant les rentrées (au moins deux par an), leur nombre devra répondre aux besoins territoriaux et sera laissé à l'appréciation des Agences régionales de santé. La première devra être fixée chaque année au cours de la première semaine du mois de septembre ; la seconde entre le 2 janvier et le 31 mars, d'autres pouvant être envisagées tout au long de l'année. Ces mesures concerneront 60 % des instituts de formation à la rentrée 2021 et la totalité d'entre eux à compter de la rentrée 2022. Les candidats à la formation devront produire un certificat médical émanant d'un médecin agréé attestant de leur bonne santé psychologique et de leur statut vaccinal. Par ailleurs, ceux ayant déjà acquis un ou plusieurs blocs de compétences nécessaires pourront bénéficier d'un allègement de formation et d'une entrée en formation tout au long de l'année ; de même, l'accès à la formation sera facilité : l'établissement d'un contrat d'apprentissage permettra un accès direct et 20 % des places disponibles seront consacrés en priorité aux candidats relevant de la formation continue ; l'admission d'un candidat sera valable pendant une période allant jusqu'à deux ans dans certains cas précis (congé de maternité, demande de disponibilité, survenue d'un événement exceptionnel...) ; l'épreuve de sélection sera levée pour certains candidats (entre autres, ceux présentant une ancienneté minimale d'un an en établissement sanitaire, médico-social ou d'accompagnement à domicile, justifiant de 70 heures de formation continue en lien avec les missions d'aide-soignant). Enfin, les candidats classés en liste complémentaire et non admis à l'issue de la phase de sélection pourront être admis après épuisement de la liste complémentaire du groupement d'instituts concerné, à la rentrée suivante dans le même groupement ou dans un autre groupement, sous réserve des places disponibles autorisées par le conseil régional. Ces aménagements seront valables jusqu'à la fin de l'état d'urgence sanitaire.

Accès à l'arrêté du 12 avril 2021

Publicité

Commentaires (0)