INFOS ET ACTUALITES

Attentats : la réponse médicale de l'AP-HP via The Lancet

La réponse médicale aux attaques terroristes du 13 novembre dernier à Paris est relatée en détail dans The Lancet le 24 novembre, à travers le vécu de l'urgentiste, l'anesthésiste et le chirurgien traumatologique, au sein de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP).

Hôpital Saint Louis

Les blessés ont été transférés par les équipes de réanimation mobiles vers les centres de prise en charge des traumatismes ou les hôpitaux les plus proches -notamment Saint-Louis et Saint-Antoine.

L'article, publié sous forme de "Viewpoint", est signé notamment par Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, et les Prs Pierre Carli (médecin-chef du Samu de Paris, chef du service d'anesthésie-réanimation de l'hôpital Necker-Enfants malades), Rémy Nizard (chef du service de Chirurgie orthopédique et traumatologique de l'hôpital Lariboisière), Bruno Riou (chef du service des urgences de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière), au nom des professionnels de santé de l'AP-HP.

Une vague de six attentats simultanés, revendiquée par l'organisation Etat islamique, a frappé Paris et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 13 novembre. Le dernier bilan officiel fait état de 130 morts et plus de 350 blessés. Parmi eux, 161 étaient toujours hospitalisés lundi soir, dont 26 en réanimation, a annoncé mardi 25 novembre la ministre en charge de la santé lors de la nouvelle lecture du projet de loi de santé à l'Assemblée nationale. Les auteurs de l'article soulignent à quel point la rapidité de mobilisation des équipes, leur spontanéité et leur professionnalisme ont été des éléments-clés dans la réponse médicale apportée. A aucun moment pendant l'urgence, il n'y a eu de pénurie de personnel, malgré l'afflux croissant de victimes. Nous pensons que malgré le nombre sans précédent de blessés, les services disponibles étaient loin d'être saturés.

Dans les minutes qui ont suivi les attentats suicides au Stade de France, l'équipe de régulation de crise du Samu de Paris a commencé à envoyer sur place du personnel médical de ses huit unités et de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Dans le cadre du plan blanc, activé à 22h34 - environ une heure après que l'AP-HP a été alertée des premières explosions au Stade de France -, 45 équipes du Samu et des pompiers ont été réparties sur les différents sites, et 15...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)