INFOS ET ACTUALITES

"L'avenir de la profession infirmière en danger..."

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Sous l'égide de l'Anfiide, l'une des premières associations professionnelles infirmière, et soutenue par une quinzaine d'autres, une "lettre ouverte" va être adressée aux utilisateurs et décideurs du système de santé français1. Le but : faire savoir que "supprimer l’Ordre infirmier, c’est prendre un risque considérable pour la santé de nos concitoyens, pour l’avenir de la profession infirmière"… Voici la lettre en question en toute exhaustivité.

Lettre ouverte aux utilisateurs et aux décideurs du système de santé français...

Pour l'Anfiide, supprimer l’Ordre infirmier, c’est prendre un risque considérable pour la santé de nos concitoyens, pour l’avenir de la profession infirmière…

Au coeur des débats d'opinions relayés par les réseaux sociaux et la presse où tout et son contraire se lit indifféremment sur les attributs comme sur la légitimité de l'Ordre National des Infirmiers (ONI), cette lettre ouverte écrite par un collectif d'infirmier(e)s2 a pour vocation de faire connaître la colère ressentie face à la menace de disparition pesant sur l’Ordre infirmier aujourd’hui et les conséquences que cela entraînerait, tant sur le devenir de la profession et sur la représentation des infirmières françaises au sein de l’Europe que sur l’image renvoyée au monde d’un pays où un ordre professionnel pourrait être abrogé.

Rappelons qu’un Ordre a pour mission d’investir le champ politique pour défendre une profession, en préserver et en garantir  l’autonomie de ses membres dans l’exercice de leurs activités, dans le respect de la définition de son travail, de la déontologie, de son territoire professionnel et du périmètre de ses activités.

Les infirmier(e)s français(e)s prennent peu la parole au sein du débat politique mais savent combien la santé est un enjeu politique majeur. Engagées auprès des personnes soignées au quotidien, elles remplissent leur mandat social sous autant de formes d'exercice qu'il existe de besoins à satisfaire, ceci tant dans le champ de la promotion, la prévention, le maintien et/ou la restauration de la santé jusque dans l'accompagnement des derniers moments de vie. C’est pourquoi, comme les autres acteurs de la santé, les infirmières doivent être associées aux grandes décisions du système de santé français et de son évolution. Depuis sa création, la profession infirmière a su relever les défis de la multiplicité des problématiques de santé, s’organisant notamment dans le cadre associatif pour renforcer sa professionnalisation au coeur du contexte sanitaire et social en mutation. Entre avancées scientifiques et technologiques, les infirmières ont produit des travaux reflétant le service rendu à la population et la créativité de leurs exercices complémentaires tant libéral, hospitalier, public ou privé.

Pour autant, rassembler les quelques 500 000 infirmières françaises relève d’un réel challenge auquel la création de l’Ordre a répondu en 2006, grâce à une mobilisation forte et soutenue de plus de 43 associations et syndicats professionnels. Après 30 ans de travail acharné, cette fédération, respectueuse des différences comme des domaines d’expertise de chacun, a su porter l’argumentaire et convaincre les parlementaires de la nécessité de créer une telle instance de régulation pour la profession infirmière, à l’instar de nombreux autres pays qui en disposent de longue date. Depuis cette date historique pour notre profession, l’Ordre national des Infirmiers n’a cessé d’être l’objet de détractions variées comme de tentatives pour opposer infirmières libérales et infirmières salariées, syndicats et ordre, remettant en cause le bien fondé de la loi constituante.

Mettre en place une telle structure ordinale départementale, régionale et nationale nécessite du temps, d'autant que les craintes des uns sont venues se rajouter à l'absence de moyens financiers dédiés pour réaliser les opérations de communication permettant d'informer objectivement chaque infirmière et/ou étudiant infirmier français. Merci de laisser à l’Ordre infirmier le temps de solidifier ses fondements afin qu'il puisse remplir ses missions. Les infirmières qui prennent soin de la population française méritent cette reconnaissance sociétale, encouragée et maintenue pour d'autres professions médicales ou paramédicales.

C’est enfin l'attention portée aux usagers de la santé qui nous encourage à rédiger cette requête. En la matière, les associations européennes comme nord-américaines de patients dont les pays disposent de longue date d’un Ordre infirmier sauront témoigner de la plus-value constatée en termes de qualité et de sécurité des soins comme d'impacts sur la précarité des populations les plus fragiles. Pour exemples, les publications informatives réalisées chaque année le 12 mai pour saluer la journée mondiale de l'infirmière en sont l'un des reflets à disposition pour se forger un avis éclairé.

L’Anfiide, association reconnue d'utilité publique et au regard des mandats qui sont les siens, soutient activement le maintien de l’Ordre infirmier français. Collectivement nous demandons :

  • de laisser le temps à l’Ordre infirmier de se construire pour qu'il puisse remplir toutes ses missions ;
  • que soit pris en considération et reconnu l’ensemble des actions accomplies par l’Ordre aussi bien dans ses missions régaliennes que de santé publique depuis 2008 grâce à l’engagement infirmier et au considérable travail des assistants administratifs et juridiques, nationaux et régionaux, menacés à tout moment de perdre leur emploi.

Supprimer l’Ordre infirmier, c’est prendre un risque considérable pour la santé de nos concitoyens, pour l’avenir de la profession infirmière…

Note

  1. Parlementaires, instances françaises représentatives, CII, EFN, associations de patients, ordres professionnels.
  2. Ce sont tous les adhérents de l'ANFIIDE rassemblant des infirmières hospitalières, libérales, de l'éducation nationale, des cadres de proximité ou supérieur, des cadres enseignants, des retraités, des étudiants infirmiers, des experts en soins, soit des collègues de la filière IDE qui ont différents niveaux d'expériences pratiques, managériales, cliniques, d'enseignement et/ou de recherche. En voici la liste :ANFIIDE, ASI, CEFIEC, AEEIBO, ANPDE, GIFE, CEEIADE ,CEEPAME, AFET , SIDERAL SANTEGERACFAS, UNASIIF, UNAIBODEGIT, AIL de l'Uzège, GIC UNIC 43 (Groupement des infirmières cliniciennes), GIC-REPASI, AILBA

http://www.anfiide.com/

Retour au sommaire du dossier ONI

envie de changer de poste

Publicité

Commentaires (23)

propanolol

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#23

bilan ordinal ??

Pour vésunna24, je reprends mots pour mots le message très intéressant de Maripasoula: "pour convaincre tout le monde qu'il est indispensable, l'ONI n'a qu'à faire ce que l'on demande, de façon basique, à tout étudiant : un BILAN. Et le publier largement !

Bilan des actions engagées, menées à leur terme ou abandonnées, bilan de la réalisation des objectifs de départ, bilan de l'évolution de sa représentativité, bilan financier bien sûr... Bilan des choses acquises, non acquises, à améliorer.

Au lieu de se débattre à coup de sondage qui ne fait que prouver un peu plus leur incompétence, et de "lettre ouverte" qui les ridiculise...
Publiez votre bilan : s'il est bon, pas besoin de lettre ouverte".
Je crois que tout est dit. Depuis votre naissance en 2006, vos premiers balbutiements en 2008, que s'est-il passé depuis pour la profession infirmière?

Cela fait maintenant des années que vos discours pro-ordre sont toujours les mêmes, sans argumentation si ce n'est appliquer à la lettre la méthode Coué, nous attendions pourtant autre chose de votre part.

D'un côté, vous parlez d'un petit syndicat (Résilience), sans légitimité selon vous, malgré cela, vous passez votre temps à essayer de le dénigrer. Encore une fois, nous attendions peut être des arguments donnant l'envie de s'inscrire à l'ordre et puis non.

Selon les derniers remous ministériels, on peut dire que ça commence à sentir le sapin ??

Au moins vous vous êtes rendu compte que grâce à internet, il n'était plus nécessaire de descendre dans la rue par milliers pour faire entendre sa voix. Les soit disant quelques dizaines de butés vous ont fait "beaucoup" de tort sur les différents sites internet dédiés à la profession.

Bonne journée.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#22

Ça ne vous rappelle rien ?

http://rue89.nouvelobs.com/2013/01/14/lump-bientot-la-rue-les-banques-lorgnent-sur-son-siege-238505

L’UMP bientôt à la rue ? Les banques lorgnent son siège

Ça vous rappelle rien ?

Si elle veut garder son QG, l’UMP a donc un peu plus de quatre ans pour rembourser 55 millions d’euros, sans compter les intérêts. Si elle n’y parvient pas, les quatre banques concernées se partageront l’immeuble, à proportion de leurs prêts respectifs :
•Société générale : 24 millions d’euros ;
•BNP Paribas : 15 millions ;
•Bred Banque populaire : 11 millions ;
•Crédit coopératif : 5 millions.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#21

Les questions et les réponses.

Un infirmier non-inscrit est forcément un mauvais, voire un faux infirmier, sinon il ferait allégeance avec plaisir à ses élites élues (ou pas).

Par ailleurs, il n'est pas très déontologique, quand on est vice-président d'un conseil départemental, de nommer les personnes sur un forum en utilisant soi-même un pseudo : cela ne vaut pas quelques coups de fouets en chambre disciplinaire cette faute là ?

Quant à l'insuffisance professionnelle gérée par ton truc, c'est la grosse bouffonnerie du début d'été : si c'est comme toutes les missions régaliennes sensées être remplies, on peut dormir tranquilles...

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#20

Et si

en plus vos cdoi sont incapables de fonctionner faute de candidats…. ☺ Mais comme dit mme sniil, les affaires courantes sont gérées par les anciens zélus (sans mandat) ;)

Quant aux érections de vos croi, elles sont remises au mieux à l’année prochaine…

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#19

Non concernée

Publics concernés : médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et pédicures-podologues relevant de leurs ordres respectifs.

=> Que pour les malheureux inscrits...

=> La double peine...

vesunna24

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#18

Quand on a rien à dire!

Moutarde, eusèbe et Cie, ou l'art de ne pas répondre! Il faut en avoir déjà les moyens, mais passons.
Question: que pensez vous du décret sur l'insuffisance professionnelle?
Avez-vous peur que ça vous concerne?

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#17

L'avenir du métier...

L'avenir du métier, c'est pour les jeunes, pas pour des sexagénaires grincheux et nombrilistes.

Quant aux considérations d'un autre âge, c'est un défenseur d'une organisation corporatiste et repliée sur elle-même qui veut nous faire la leçon : effectivement, il n'a rien compris !

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#16

Eructations...

Quand tu comprendras tu nous feras signe !

vesunna24

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#15

rabâchage

Toujours les mêmes, et toujours les mêmes antiennes! Je vais finir par avoir du mal à comprendre pourquoi B. Fabregas ne bloque pas les forums sur l'Ordre au vu du niveau auquel vous vous obstinez à l'abaisser. Quelques dizaines de butés, accompagnés par un Dechilly sous divers pseudos...c'est plutôt pitoyable!
Sur Actusoins (La voix de son maître), il n'y a pas d'ambiguité, la ligne éditoriale tenue par une journaliste pigiste, qui se contente de reprendre les éructations de résilience; on sait où on est. En tous cas pas sur un site d'infirmiers, c'est du journalisme bas de gamme purement commercial. Je me suis d'ailleurs fait viré ce qui donne une bonne idée de l'ouverture d'esprit et de l'objectivité de l'éditorialiste.
Mais Infirmiers.com, quand même!
Au passage, je rappelle à tout ceux qui, récemment sautaient de joie avec force youpi, bravo et mort à l'Ordre, que l'annonce de MST sur la disparition de l'Ordre est restée lettre morte! et qu'un décret n°0123 du 28 mai 2014 ! vient de confier à l'Ordre Infirmier le contrôle de l'insuffisance professionnelle, étonnant, non?
Allez cessez d'être comme le dirait Manuel Vals de cette France" entravée,coincée,tétanisée", aidez nous à construire l'avenir d'un métier particulièrement menacé par des considérations d'un autre âge.

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#14

Finissons-en !

...il me semble que la question de l'euthanasie est dans l'air du temps. En ce qui concerne les humains, le sujet est effectivement polémique, mais appliqué à l'ONI il n'y a pas à hésiter ; achevons la bête sans tarder ! La comédie dure depuis trop longtemps.

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#13

Non, non et non !

Obligatoire, c'est non.
Et même gratuit, c'est toujours non.

Dop@mine

Avatar de l'utilisateur

61 commentaires

#12

Titre

C'est bien pour cela qu'il y a des guillemets puisque c'est une citation et non un titre ridfa. Cela s'appelle une accroche.

Et il semble qu'il n'y ait pas de rédactionnel, c'est la lettre de l'anfiide qui a l'air d'être reproduite.

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#11

quichou13

gratuit ou pas l'ordre on n'en veut pas, un groupe d ide en mal de pouvoir c'est dangereux
sinon niveau journalisme infirmier.com c'est pas ca, entre le titre et la realité y'a 1 monde
a ce que je sache l'avenir des infirmiers et de l'ordre c'est pas la meme chose

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#10

NON !

Avec ou sans cotisation, l'ordre infirmier, c'est NON !

quichou13

Avatar de l'utilisateur

72 commentaires

#9

vraie question

Question pour toutes les personnes qui commentent cet article et qui sont pour la disparition de l'ordre : si l'ordre existait et était gratuit pour les ide ? Obligatoire mais gratuit. Auriez vous les mêmes réactions ? Et je précise que ce n est pas un piège mais une vraie question...‼

Maripasoula

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#7

Bilan de l'ONI ?

Pour convaincre tout le monde qu'il est indispensable, l'ONI n'a qu'à faire ce que l'on demande, de façon basique, à tout étudiant : un BILAN. Et le publier largement !

Bilan des actions engagées, menées à leur terme ou abandonnées, bilan de la réalisation des objectifs de départ, bilan de l'évolution de sa représentativité, bilan financier bien sûr... Bilan des choses acquises, non acquises, à améliorer^^.

Au lieu de se débattre à coup de sondage qui ne fait que prouver un peu plus leur incompétence, et de "lettre ouverte" qui les ridiculise...
Publiez votre bilan : s'il est bon, pas besoin de lettre ouverte !

elhombredelamancha

Avatar de l'utilisateur

64 commentaires

#6

propaganda...

pourquoi ne pas estampiller ce "communiqué" de propagande pour ce qu il est : à savoir une pathétique tentative de l oni de se créer aux yeux du public une légitimité par le support fictif du monde associatif...
un procédé aussi énorme que le sondage récent avec lequel nos amis de l ordre s étaient déjà couverts de ridicule...
enfin...comme qui dirait :
Les illusions ordinales ont vécues, et tant mieux pour notre profession!
Que pèsent quelques dizaines d'ayatollahs contre le plus élémentaire des bons sens?

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#5

Le cynisme ordinal.

Voilà donc comment s'affiche sans détour le cynisme ordinal de ceux qui prétendent œuvrer pour l'intérêt supérieur de la profession (quelle prétention !).
Rappelons que le président actuel, assis sur le trône à la faveur d'une double démission et de la collaboration miraculeuse d'un parti politique champion de l'éthique, laisse un bilan, presque 3 ans plus tard, consternant : en vrac, il y a des licenciements, des attaques anti-syndicales, des dénonciations aux procureurs, des menaces d’injonctions à payer, des bizarreries diverses et variées (élections à l'envers et dates de scrutins repoussées, durées de cotisations fluctuantes, ...), des déconventionnements d'IDEL par des CPAM complices, des chantages à l'emploi, des plaintes contre les opposants ou de prétendus faux-infirmiers, des prises de positions sans concertation, des résultats électoraux affligeants (plus de la moitié des CDOI incapables de fonctionner), de la victimisation incessante, des pleurnicheries constantes, etc... Et en prime, la honte et le ridicule pour toute la profession !

La profession a su se préserver de ces quelques frustrés de pouvoir et de reconnaissance, qu'on nous en débarrasse une bonne fois pour toutes !

vesunna

Avatar de l'utilisateur

52 commentaires

#4

illusions

Les illusions anti-ordinales ont vécues, et tant mieux pour notre profession!
Que pèsent quelques dizaines d'ayatollahs contre le plus élémentaire des bons sens?
L'Ordre est le meilleur investissement pour ce métier qui n'a jamais été autant menacé!

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#3

Les illusions ordinales ont vécu.

Comment être étonné de la tristesse de l'ANFIIDE, fleuron du groupe Sainte-Anne, à l'origine de cet ordre qui se meurt ?
http://ailles.fr/index.php/2007/11/20/73-qu-est-ce-que-le-groupe-sainte-anne

Le feuilleton commence à être usant, et il serait bon que que l'on y mette enfin un terme ; le 8 juillet prochain, on fêtera le 3ème anniversaire du départ fracassant de Madame Le Bœuf vers de nouvelles aventures soignantes ; monsieur Borniche serait bien inspiré d'en faire autant, cela lui éviterait de chercher désespérément la calculette qu'il a sans doute perdue et qui aurait pu lui faciliter la publication des comptes de sa petite entreprise.

Encore un effort Madame le Ministre, débarrassez-nous de ce truc inutile, et vous verrez, les français continueront à être bien soignés.

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#2

L'ordre ne représente pas les IDE.

Voilà.

On ne tombe pas dans le catastrophisme avec un titre tapageur en confondant profession infirmière et ordre infirmier même si on est une fan de la 1 ère heure... et pas que.

La présidente de l'ANFIIDE est présidente cdoi/croi ordinale et d'ailleurs donne un très mauvais exemple avec la publicité outrancière de son cabinet libéral

jadorlepic

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

nuance

Entre l'avenir de l'ONI et l'avenir de la profession infirmière il me semble qu'il y a une différence... Ne pas confondre merci