ESI

Bienvenue aux nouveaux infirmiers de 2013 !

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Petit tour d’horizon, en quelques chapitres, de ce qui caractérise cette sortie d’infirmiers diplômés d’Etat 2013 : chiffres, témoignages, états d’âme, festivités, rituels de passage, premier poste...

étudiants diplômés ifsi Saverne

La promotion 2013 de l'Ifsi de Saverne

La promotion d’étudiants en soins infirmiers 2010-2013 est donc la deuxième à acquérir son diplôme d’Etat reconnu au grade de Licence universitaire (modèle LMD), soit 10 à 12 000 nouveaux infirmiers...

Les résultats du Diplôme d’Etat sont tombés ces derniers jours et selon ce que nous en savons, ils ont l’air tout à fait honorables. Bien sûr, nous ne disposons pas de l’ensemble des résultats des quelques 350 Ifsi de l’hexagone et des Dom-Tom et il nous faudra attendre une annonce ministérielle pour être précis sur le sujet. 89 % de réussite semble cependant être la moyenne nationale de réussite. Les étudiants recalés attendront novembre ou décembre prochain pour les sessions de rattrapage.

Pour les nouveaux diplômés, après le moment de joie qui valide leur belle mutation ESI/IDE, l’heure est à la prise de poste, avec plus ou moins de bonheur et de choix selon les régions. On connaît aujourd’hui l’hétérogénéité du marché de l’emploi dans l’hexagone qui suppose mobilité des professionnels de santé et angoisse quand rien de concret ne se manifeste à l’horizon. Il est à espérer que le nouvel acronyme ISPF Infirmière Sans Poste Fixe sera peu employé par les jeunes DE de 2013...

Quelques résultats...

Ifsi Robert Debré, Amboise – Château Renault : 100% de réussite pour les candidats présentés.

Ifsi de Blois : 87 DE sur 90 diplômables.

Ifsi Tulles : 45 étudiants diplômés sur 51 (les 6 étudiants recalés passeront les épreuves de rattrapage le 5 décembre 2013).

Ifsi de Rochefort : 45 admis sur 47 présentés.

Ifsi de Maubeuge : 61 diplômés sur 79 (plus 10 étudiants de 2012 qui ont rejoint les diplômés de 2013).

Ifsi du CH de Cambrai : 56 diplômés sur 60.

Ifsi CH Troyes : 72 reçus, soit 93 % de taux de réussite, le meilleur taux depuis 2005.

Ifsi de Thouars : 40 étudiants présentés à l'examen et ... 40 diplômés.

89 % de réussite, la moyenne nationale de la réussite au DE

Ce qu’en disent les enseignants en Ifsi...

96 % de réussite cette année, c'est le meilleur taux de réussite depuis 2005 que je collecte les chiffres, s'est réjouie Dominique Barthélémy, directrice de l'Ifsi du CH de Troyes. L'an passé, seuls 91 % de la promotion 2012 étaient sortis diplômés de l'école.

Le directeur de l’établissement de l’Ifsi du CH de Cambrai, Bernard Goffart, reconnaît une bonne promotion 2010-2013 et souhaite à tous de s’épanouir au mieux dans leur vie professionnelle.

Jacqueline Chabut, directrice de l’Ifsi du CH de Tulle l’explique : les étudiants viendront chercher plus tard leur diplôme et leur dossier scolaire au gré de leur disponibilité (certains travaillent déjà dés le surlendemain des résultats et ne sont pas présents de fait sur la photo de promo car partis dans leur région d’affectation). C’est l’occasion pour nous de les revoir quelques temps après leur prise de fonction, d’échanger sur leur première impression... Une étape importante pour tous !

Dominique Gosnet, directeur de l’IFSI Robert Debré HIC Amboise/Château-Renault, le souligne : Au-delà du travail fourni par les étudiants, je salue particulièrement celui de mes équipes de formateurs et administrative qui ont à cœur de former - ou de rendre les conditions de formation favorables à l’apprentissage - du mieux qu’elles peuvent les professionnels de santé de demain, en adaptant leurs enseignements aux exigences actuelles du  système de santé et en prônant des valeurs humaines, mais aussi de qualité et de sécurité des soins dans le cadre de la prise en charge des personnes soignées.

Les étudiants viendront chercher plus tard leur diplôme et leur dossier scolaire au gré de leur disponibilité...

Ce qu’en disent les nouveaux diplômés...

Sophie témoigne de son nouveau statut : ça y est me voilà enfin infirmière diplômée d'état depuis le 19 juillet 2013 ! C'est beaucoup, beaucoup de bonheur, et je suis fière de n'avoir rien lâché en 3 ans. Parce que croyez moi, faire la formation IDE c'est un peu comme les montagnes russes, des hauts, des bas, des gens qui vous encouragent, d'autres qui vous tirent vers le bas. Les étudiants infirmiers connaissent ça mieux que personne je crois...

Gérald, 39 ans, nouveau diplômé à l’Institut de Formation du Centre Hospitalier de Cambrai en témoigne : Je travaillais dans la chimie puis je me suis reconverti. Maintenant je prendrai ma fonction là où il y a de place. Ce sont des opportunités qui s’ouvrent. Je veux remercier les formateurs et souligner la qualité de la formation.

Sur le forum d’Infirmiers.com, une jeune infirmière qui vient d’être diplômée nous livre ses premières impressions : j'ai fait ma première nuit comme infirmière... et je vous avoue que ça fait bizarre de dire « bonsoir je suis l'infirmière de la nuit ». Quand j'ai fait mes médocs j'ai vérifié un million de fois ce que je faisais tellement ça me stressait... et finalement je suis arrivée au bout, sans boulettes, enfin pas à ma connaissance !

C’est Jonathan Catinaud, diplômé de l’Ifsi de Montluçon qui nous l’explique : Diplomé depuis le 18 Juillet 2013,  j’ai attaqué dans le service de pédiatrie générale du centre hospitalier Jacques Coeur, à Bourges, 12 heures après l’obtention du DE. La transition entre le statut d’ESi et celui d’IDE est assez brutale. Il faut arriver à ne plus voir le service de soins avec des yeux de stagiaire (en plus de l’équipe soignante) mais comme faisant partie de l’effectif soignant... C’est plus facile à dire qu’à faire ! Le premier jour a été assez épuisant et stressant. Des réflexes d’étudiant sont encore grandement présents (faire vérifier chaque injection à l’infirmière par exemple). Des « aléas » que je n’avais jamais eu en tant qu’étudiant apparaissent également : répondre au téléphone, prise de rendez-vous pour des soins, différentes commandes... ce qui bouleverse un peu l’organisation acquise lors de la formation initiale. Mais cette première journée fut magique : j’ai la chance de pouvoir exercer un métier qui me plaît et dans le service que je désirais. Je n’en changerai pour rien au monde !

Il est à espérer que le nouvel acronyme ISPF « Infirmière Sans Poste Fixe » sera peu employé par les jeunes DE de 2013

A propos du marché du travail...

Le chômage infirmier existe et toute la promotion 2013 n’aura pas un travail. Pour certains ça commence bien : à 14 heures, les résultats, à 14 h 01, le premier contrat signé, souligne Sébastien Gonzalez, président de l’association des étudiants de l’Ifsi de Rochefort.

L’insertion professionnelle est progressive et moins flagrante que les années précédentes. Cela est lié aux départs à la retraite retardés et aux restructurations hospitalières. La majorité des diplômés de l’Ifsi au centre hospitalier Sambre-Avesnois, dans le Nord, seront employés et resteront dans leur bassin de vie et de formation.

Cette réussite à 100 % à l'Ifsi de Thouars est assez exceptionnelle puisque le taux moyen habituel est de l'ordre de 96 % depuis plusieurs années, coïncide avec un taux d'employabilité assez proche de 100 % dans notre région, confirme le Dr El Khourge, président de la commission médiale du centre hospitalier nord Deux-Sèvres.

Selon Dominique Gosnet, directeur de l’IFSI Robert Debré HIC Amboise/Château-Renault, le marché du travail est peu favorable en ce moment car on assiste à une stagnation de la pénurie, et, plus particulièrement au niveau des infirmiers. Il sont 87 %  à avoir trouvé un emploi, dont 23 % ont un CDI et 77 % qui ont un CDD  dont la durée varie de 3 semaines à 8 mois.

Isabelle Bayle, enseignante à l’Ifsi de Saverne argumente à son tour : notre rentrée décalée en février a fait que nos étudiants ont obtenu leur DE en avril 2013. L'Alsace, comme les autres régions de France, est touchée par le manque de poste proposé au regard du nombre d'étudiants formés. Nous avons la chance d'être un des seuls Ifsi de la région où les étudiants n'ont pas eu de problèmes pour trouver un poste. Le jour des résultats tout le monde (sauf deux étudiants qui n'avaient pas cherché) avaient un poste dans le secteur de leur choix. C'est vrai que nous avons la chance que les employeurs aient une préférence pour nos étudiants. L’Ifsi de Saverne étant une bonne carte de visite pour eux. Soulignons également que quand les employeurs consultent le portfolio ainsi que le travail de recherche de l'étudiant, nous nous démarquons par rapport aux autres approches pédagogiques. C'est une plus-value pour eux jumelée avec les jeunes professionnels des années antérieures....

En France, dans certaines régions,  le taux moyen des infirmiers-infirmières sans emploi se situe à 25 %

A propos des rituels de passage...

Des toges d’un bleu électrique vite enfilées par-dessus les jeans et robes d’été... Si auparavant, les étudiants recevaient leur diplôme dans un bureau de l’administration, cette année, Sébastien Gonzalez, président de l’association des étudiants de l’Ifsi de Rochefort, a tenu à formaliser ce rite de passage. Les enseignants remettent le papier officiel et s’attachent à passer le pompon de la coiffe à gauche pour signifier le changement d’état...

Lors de la remise des diplômes à l’Ifsi du centre hospitalier Sambre-Avesnois, dans le Nord, les chapeaux carrés sur la tête des étudiants marquent la réussite au DE...

Les 13 hommes et les 59 femmes de la promotion 2013 de l’Ifsi du CH de Troyes sont passés un par un sur l'estrade de la salle des fêtes de la mairie, chapeaux sur la tête, pour récupérer leur diplôme et une petite horloge offerte par le conseil régional.

Jacqueline Chabut, directrice de l’Ifsi du Ch de Tulle, le souligne : depuis deux ans les étudiants organisent une soirée de promotion quelques jours avant les résultats de DE... une soirée de gala avec tenue de soirée obligatoire. Cette soirée n’a plus la même connotation : les étudiants ne fêtent plus un succès mais plutôt le parcours de vie d’une promo. Nous n’organisons plus de cérémonie de remise des diplômes... en plein mois de juillet c’est difficile. Par contre l’équipe a  organisé « un pot » devant l’institut - à la bonne franquette - pour partager ce moment avec eux. Des amis ou de la famille étaient présents… et chacun s’est vu remettre son chapeau de diplômé.

Ce matin, ils étaient dans la joie et l’émotion de leur succès… En fin de matinée, ils avaient bien du mal à quitter l’IFSI. C’est une formation courte au regard des responsabilités qui sont les leurs maintenant mais c’est une formation dense qui permet une transformation de l’apprenant en terme de gain en humanité, en maturité et en positionnement… Et c’est ce qui fait toute la richesse du travail du formateur, de l’adjoint administratif et aussi… du Directeur souligne avec émotion Dominique Gosnet, directeur de l’IFSI Robert Debré HIC Amboise/Château-Renault.

De plus en plus les chapeaux fleurissent sur les têtes des nouveaux diplômés

A propos de l’accueil dans les services...

Les nouveaux diplômés se sentent prêts à affronter le marché du travail même s’ils savent que la marche va être haute entre le statut d’étudiant et le statut de professionnel responsable de toutes ou d’une partie des personnes soignées d’un secteur de prise en charge avec les notions d’encadrement et de travail en collaboration avec les autres membres de l’équipe. Il va leur falloir, comme tout novice, jouer de prudence et d’humilité et ne pas hésiter à se faire aider par les infirmières expérimentées. Leur Diplôme d’Etat est un permis de conduire et ils n’ont pas encore l’expérience de la conduite. C’est en conduisant, dans toutes les situations de trafic, par n’importe quel temps, avec tout type de véhicule, que l’on devient performant en conduite... nous confie Dominique Gosnet, directeur de l’IFSI Robert Debré HIC Amboise/Château-Renault.

Il est encore difficile de pouvoir dire que ces nouveaux diplômés sont mieux ou bien moins armés pour entrer dans le métier. Nous avons eu de bons retours pour la promotion précédente, sur leur capacité d’adaptation. Nous avons également veillé, cette année encore à ce que chaque étudiant qui sorte de notre IFSI ait réalisé au moins une fois chaque activité de soins décrite dans le Port folio et ce, soit au cours des stages, soit en laboratoire de simulation. Je dirais qu’ils sont mieux préparés de ce point de vue là... selon Jacqueline Chabut, directrice de l’Ifsi du CH de Tulle.

Isabelle Bayle, enseignante à l’Ifsi de Saverne, apporte l’expérience des jeunes diplômes en avril 2013. Les retours que nous avons des jeunes professionnels en poste depuis trois à quatre mois maintenant sont les suivants. Leur adaptation a été rapide dans les équipes et leur encadrement très limité pour certains (quelques heures seulement) alors que pour d’autres, un mois a été effectif notamment pour les services de réanimation ou d’urgences. Heureusement que les aides-soignantes sont là pour les aider dans le décodage des habitudes du service ont-ils souligné. Ils ont relevé des emplois du temps à rallonge, avec pas mal d’heures sup mais surtout des équipes fatiguées, voire épuisées, qui attendent du sang neuf. La plupart des jeunes diplômés souhaiteraient changer certaines organisations pour être plus proche du patient. Ils disent que certains jours l’essentiel du temps est dédié aux taches administratifs. Certains ont fait des propositions aux cadres de leur unité pour réorganiser le travail et permettre à l'infirmière de passer plus de temps avec les patients. Beaucoup relèvent également le fait d’être « utilisé » pour encadrer les étudiants mais également les évaluer avec le rapport de stage. Enfin, certains jeunes professionnels ont fait preuve d’une grande exigence dans les valeurs de soins attendues et défendues : trois d’entre eux, dès leur première semaine de prise de poste, dénoncés certaines pratiques et ont demandé une nouvelle affectation qu'ils ont obtenue dans les trois cas.

Leur Diplôme d’Etat est un permis de conduire et ils n’ont pas encore l’expérience de la conduite...

étudiants diplômés Ifsi Tulle

Les nouveaux diplômés de L’Ifsi de Tulle

Infirmiers.com félicite les nouveaux diplômés et leur souhaite un beau parcours professionnel ! N’hésitez pas à venir témoigner à votre tour et enrichir ainsi les échanges de cette belle communauté soignante toujours renouvelée et en devenir perpétuel !

Creative Commons License

Rédactrice en chef Infirmiers.com bernadette.fabregas@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (8)

tif2n

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#8

oh my goD...

La cérémonie des chapeaux se retrouve dans plusieurs ifsi, lors de la remise du diplôme officiel.

Pourquoi autant de fiel craché dès qu'il y a influence américaine ? où est le mal (à part que les chapeaux ne sont pas toujours très seyants...) ?

binoute1

Avatar de l'utilisateur

638 commentaires

#7

oh my got !

c'est quoi ces "chapeau" genre étudiants américains ???

pour faire genre ?

faut vraiment arrêter de lorgner de l'autre côté de l'atlantique.

Boudiou

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

Nuance

Pas d'épreuves théoriques????

"Loulic", vous êtes fort mal renseigné(e) sur la formation du métier que vous exercez...

Et attendez... Nous avons même eu des épreuves pratiques (sorte de MSP que vous semblez tant affectionner) sur des activités et soins techniques comme le calcul de dose, les poses d'aiguille de Huber sur chambre implantable, ou encore la transfusion sanguine! Incroyable non?

Kenavo

loulic

Avatar de l'utilisateur

271 commentaires

#5

Taux de réussite

Ce qu'aucun IFSI ne présente c'est surtout son taux d'échec entre les reçus au concours et les diplomés trois ans plus tard.

"100 % de réussite" ça veut dire quoi aujourd'hui alors qu'il n'y a plus ni MSP ni épreuve théorique ?

De ce que j'entends de droite et de gauche, on est toujours à 30 % d'abandon en cours de formation. Ce qui est énorme pour une formation qui recrute après un concours.

Mais bon tout va toujours très bien mme la marquise ...

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

501 commentaires

#4

Permis de travailler.

Ne pas oublier de payer son permis de travailler : 30 € pour commencer, renouvelables en janvier !!

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#3

Bravo quand même mais le plus dure c'est maintenant !

Dommage ! Dans la ville du président qui change rien et d'une conseillère ordinale directrice d'IFSI (vu leur pb de trésorerie), ça semblait pourtant NORMAL ;)

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

265 commentaires

#2

Corrigé...

51, of course, coquille corrigée, merci de votre vigilance... :)

tif2n

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Bravo Tulles !

"Ifsi Tulles : 45 étudiants diplômés sur 21"

Chapeau pour la performance.... LOL
Personne n'égalera !