INFOS ET ACTUALITES

Billet d’humeur : Des-Ordre politique

© Serge CannassePour Nicolas Le Verge, l’Ordre infirmier a perdu une occasion de faire reconnaître sa crédibilité aux infirmières en ne prenant pas position pendant la mobilisation des IBODE et des IADE, alors même que son rapport de juin 2010 allait dans le bon sens.

Les promesses en matière de politique sont rarement tenues, passe encore sur cet euphémisme. Durant ces derniers mois d'agitation, de doutes, de grèves des infirmières spécialisées, la position de l'Ordre infirmier a posé question !

Qu'a-t-il dit, qu'a-t’il fait pour représenter, défendre, influencer, convaincre les décideurs ? Rien ! L'Ordre ne s'est pas positionné ! Faut-il saluer la belle prestation des Iade en ordre de marche - si tant est que l'on puisse se satisfaire d'un tel désordre dans les avenues de la capitale !

L'Ordre avait pourtant un rôle principal à jouer pour s'affirmer et valider un crédit que la profession avait et a encore du mal à lui accorder ! Son moment était venu de s'imposer ! Son quart d'heure de célébrité s'est écoulé. Le train est passé ! Un Paris Brest sans escale !

Pourtant on y a cru : sur son site internet1, on trouve bien en date du mois de juin 2010 un rapport de synthèse de 16 pages sur “Les enjeux et perspectives pour l'évolution de la pratique et de la formation d'infirmier de bloc opératoire diplômé d'État “. Le rapport est pertinent, mais peu savent à qui il est destiné et pourquoi il n'est pas suivi d'effets ! C'est sans doute le ministère qui décide. Entre deux valses ... Il entend bien.

Courant novembre a circulé une pétition2 très importante à en-tête de l'unaibode et de l'aeeibo, via les réseaux sociaux notamment, visant à s'opposer à l'éventuelle disparition de la profession, elle même organisée par les pouvoirs publics... L'heure est grave. On suppose que l'Ordre a signé : difficile de faire la sourde oreille.

Il semble donc que l'Ordre ne joue pas pleinement son rôle dans la défense de la profession, contrairement aux missions qu'il s'est données ! L'Ordre n'est-il donc qu'un instrument coercitif au service des patients ? Un machin dont le but est de garantir la qualité des soins contre d'éventuelles brebis galeuses dans le troupeaux d'infirmières ?

L'organisme est déjà déficitaire ; avant qu'il ne soit sous perfusion, on réclame un nouvel effort financier aux professionnels pour s'acquitter de leur cotisation ! La pilule a du mal à passer, d'autant que ce premier vrai contact avec l'Ordre est une lettre de rappel. Les grèves ont beau avoir grevé le budget de certains collègues, ils le promettent : si l'Ordre nous défend, ils sont encore prêts à payer, pour se faire entendre.

Notes

1 Site de l'Ordre Infirmiers
2 La pénurie des Ibodes, un vrai problème de santé publique - AEEIBO

Creative Commons License Nicolas LE VERGE
Rédacteur Infirmiers.com
lvergeni@numericable.fr

Publicité

Commentaires (9)

zeb24

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#9

Mobilisation IADE ?

Les IADE se sont mobilisés.

Les IBODE n'ont rien fait. Il serait d'ailleurs temps qu'ils se bougent.

aqrv

Avatar de l'utilisateur

94 commentaires

#8

Si l'ordre

est incapable de se positionner, de se mouiller et surtout de nous defendre, alors a quoi sert il....seulement à une activite financiere de prelevement de cotisation?.......helas oui. porurrions nous etre representer par des infirmiers et pas par des pseudo technocrates du soins et vrais obscessionnels de la COTISATION

niconline

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#7

réactions

Merci pour ces post et mails divers...

@ JEJE: je suis ibode ,auteur et rédacteur infirmiers.com notamment , libre surtout et porte-parole d'aucune instance, aucune. Il est logique pour des professionnels de se tourner vers ce qui est a priori son instance représentative, l'ordre infirmier, pour espérer être défendus. J'ai donc soulevé cette interrogation espérant justement susciter des réactions.

En parcourant le site et les missions de l'ordre (http://www.ordre-infirmiers.fr/lordre-et-les-conseils-ordinaux/role-et-mission.html) nous pouvions avoir un réel espoir que l'ordre pouvait, contrairement à ce que tu dis , prendre position ( cf article 8 de ses missions) je n'invente rien jusqu'à preuve du contraire, je dis ici tout haut ce que certains(j'ai bien conscience de ne pas écrire au nom de tous!) pensent tout bas.

Nos spécialités sont en grand danger on le sait , exprimons nous, restons vigilents et mobilisés
nicolas le verge"

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

78 commentaires

#6

Qui est qui

bonjour ! merci pour vos appréciations générales du site. Nicolas Le Verge est rédacteur d'Infirmiers.com, mais il ne le serait pas que son article aurait été publié quand même, parce qu'il exprime une opinion largement répandue, même si je n'ai aucun moyen de vérifier à quel point. Cela ne veut pas dire qu'elle reflète celle d'Infirmiers.com. Je pense que toute opinion argumentée a le droit de trouver une place sur ce site, avec une grosse limite : le manque de place ! qui nous oblige effectivement à choisir de façon qui peut paraître très subjective. Il me semble également qu'il n'y a pas besoin d'être mandaté par une organisation quelle qu'elle soit pour cela.

jéjé

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#5

Est-ce le rôle de l'Ordre ?

Bonsoir,

Je lis avec intérêt vos actus et messages et suis étonné sur la forme de l'article commençant par "Pour Nicolas Le Verge, l’Ordre infirmier". Qui est Nicolas Le Verge, outre rédacteur d'infirmiers.com, est-il élu de l'Ordre, un syndicaliste, un spécialiste de la question ou une personnalité ? En commençant l'article comme tel, c'est apporté du crédit à une personne dont on ne connait pas la fonction... dommage...

Sur le fond, est-ce vraiment le rôle de l'Ordre de prendre position sur une mobilisation professionnelle ? Je ne le pense pas, c'est le rôle des syndicats. Le rôle de défense des professionnels se situe davantage - à mon sens - au niveau des tutelles et différentes instances...

JEROME
non élu ordinal et non syndicaliste... juste IADE :-)

ecureuils21

Avatar de l'utilisateur

93 commentaires

#4

MAIS ARRETER DE REVER

vous croyez sincerement que cet ordre constitué en majorite de cadres sup hospitaliers vont defendre les interets des infirmiers. Ils ont en ligne de mire leurs carrieres, leurs futurs indemnites de conseillers ordinales, la perspective de petits fours dans les salons feutrés de politique ou de representants de l'etat. Leut arrivisme les etouffent et ils sont incapables de sentiments de solidarite ou d'une quelconque empathie professionnel.

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#3

punition

L'ordre a pour but principal de punir les sois disant brebis galeuse sans veritable cadre, et pour but secondaire de develloper l'ego deja bien developpé de cadre infirmier et d'infirmier qui ne le sont plus depuis longtemps

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#2

sens du vent

(ou syndicalisme de droite)
on voit bien l'inutilité du machin, seulement consultatif légalement, qui donne juste son avis et ne va pas plus loin.
pire, cet ordre déjà bien souffrant se fait le roi de l'enfonçage de porte ouverte, sortant certaines banalités qui font plaisir à entendre (cf ses papiers sur les différentes spécialités d'exercice), mais n'ira jamais contre un gouvernement à qui il doit la vie (et qui peut lui retirer à tout instant avec la proposition Bur en attente et toutes les mises au point faites devant l'assemblée, la ministre...)

L'ordre ne sera effectivement jamais un syndicat, juste une machine efficiente d'enregistrement et de gestion administrative des infirmiers. C'est effectivement notre priorité.

EQUATEUR

Avatar de l'utilisateur

38 commentaires

#1

Ne pas confondre

Je dirais tout simplement qu'il ne faut pas confondre Syndicat et Ordre et il ne faut pas oublier que la majorité de la profession rejette cet ordre que l'on veut nous imposer.