INFOS ET ACTUALITES

Marisol m'a tuée

Cet article fait partie du dossier :

Blogs infirmiers

    Précédent Suivant

Ce billet d'humeur fort à propos d'Aurélien, infirmier et blogueur actif, ne pouvait nous échapper. S'adressant à Marisol Touraine, il lui expose vertement ce que la communauté infirmière a exprimé sur les réseaux sociaux depuis une semaine. A partager sans modération et en toute solidarité car maintenant, nous en sommes sûrs : il n'y a rien à attendre du côté de l'avenue de Ségur...

La colère monte dans les rangs des soignants...

Madame la ministre des Affaires sociales, pardon je recommence. Madame la ministre des Affaires sociales et de la Santé qu’on a ajouté après parce qu’il paraît qu’on l'avait oublié lors de votre nomination,

Vous êtes actuellement en tournée aux Antilles et votre silence depuis une semaine nous fait penser que vous êtes surement en vacances plutôt qu’en voyage officiel. Après tout, vous avez bien raison de profiter du beau soleil de nos îles. Comme vous l’avez dit lors de votre départ le 2 juillet pour un bilan sur une épidémie de chikungunya, la mobilisation de l’État est totale ! On est le 28 juillet vous savez…

Vous avez réagi face aux problèmes de la Palestine, votre dernier message sur twitter fait l’éloge des plages de France, notre gouvernement a réagi lorsqu’une prof s’est fait tuer, affaire à la une des journaux qui vous alors fait dire qu’il fallait peut-être lui décerner une légion d’honneur... Quant à notre président préféré, il s'implique personnellement face à ces effroyables accidents d’avion de ces derniers jours. Les journalistes ont l’air de vous suivre, vous et le gouvernement, quand des policiers se font prendre à partie, quand un homme tue sa femme et se donne la mort, quand un train en percute un autre… Alors que nous côtoyons nous aussi la mort, que nous soutenons des familles chaque jour, que nous soignons le quotidien des Français, que nous réconfortons la tristesse de la population, nous nous joignons à vous pour soutenir les familles endeuillées.

Mais depuis le temps que nous exerçons notre métier avec passion, nous nous sommes toujours demandé quelle personne viendrait nous soutenir lorsqu’un drame toucherait notre profession ? On parle par-ci par là d’agressions envers les infirmiers mais la presse reste muette. Maintenant, grâce à vous et à votre silence, on a la réponse : personne. Dernièrement, une infirmière se fait agresser et rouer de coups par cinq individus à Toulouse et on en parle en 5 lignes dans le quotidien régional. Mais saviez-vous que notre profession est aussi endeuillée par la perte d’une de nos collègues il y a quelques jours ? Elle avait 63 ans (oui, vous aurez remarqué qu’elle travaillait encore) et elle fut assassinée par un de ses patients pour qui elle venait faire des soins à domicile. Mais à vrai dire, vu que cela n’est pas passé au JT de 20h, vous ne le saviez pas. A la limite, la seule chose que vous pouvez entendre, c’est l’histoire de cette infirmière qui détourne de l’argent… C’est surement plus racoleur.

Pourquoi vous ne réagissez pas ? Pourquoi nos autorités de tutelle ne bougent-elles pas ? Pourquoi le monde infirmier ne se sent pas et ne s’est jamais senti soutenu ?

Cela fait quelques jours que la colère monte dans les rangs des soignants. En France, on brosse les profs, les cheminots et j’en passe mais la santé n’est plus une des priorités de notre pays. Et pourtant, on pouvait en être fier de notre système de santé… Mais là vous avez touché la corde sensible de notre âme en ne daignant pas apporter un message de soutien à notre profession mais surtout à la famille de cette femme de 63 ans qui toute sa vie a apporté du réconfort aux autres et qui ne pensait peut-être pas se reposer de cette façon.

Elle n’était pas une star et n’aura donc pas de légion d’honneur à titre posthume, mais l’ensemble de la profession infirmière n’oublie pas qu’une nouvelle étoile vient de s’allumer dans le ciel sans qu’on la remarque.

Veuillez agréer tout de même, Madame, l’expression de ma déception distinguée.

Hashtag utilisé sur Twitter par les infirmières : #MarisolMaTuée

PS : Pardon, je me rappelle d’une fois où vous nous avez écoutés, nous et les usagers. C’était pour une histoire de blouse de pyjama portée à l’hôpital

Merci à @geekanatomy pour le partage de cet article.

http://www.seringue.net

Retour au sommaire du dossier Blogs infirmiers

Publicité

Commentaires (9)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

492 commentaires

#9

Mais on peut...

Mais on peut démissionner de l'ordre (pour ceux qui y sont), c'est même une excellente idée !

moutarde

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#8

Silence, on crève...

L'ordre n'est pas notre patron...

Les Français sont sous syndiqués et les IDE aussi.

Biket

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#7

Quelle honte !

La honte de la France, c'est son gouverne-(ment) !

De belles et de beaux politiques qui s'intéressent d'abord à leur bien être, leur portefeuille et s'il leur reste du temps et de l'argent, ce qui n'est jamais le cas, il pense au peuple. Mais oui le peuple, vous savez les gens qui travaillent et qui paient plein d'impôts pour que les politiques aient les transports gratuits, le resto pas cher, le coiffeur demi-tarif, l'hôtel gratos (cf. frais de fonctionnement de l'assemblée nationale), entrent autres...

Je ne commente pas souvent les articles mais il faut souligner cet article qui est tellement la réalité !

Envoyons en masse nos démissions à l'Ordre comme cela avait été fait dans un pays scandinave, je ne sais plus lequel ! Y aurait-il assez de monde pour le faire ? Et avons nous un ordre qui nous soutient ? Des syndicats puissants ? ... pas sûr...

passurlatete

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

Tombé dans l'oublie

Un journal découpé en morceaux, ça n'intéresse pas les infirmières, alors que l'inverse, si !

Ha bha non en fait...

Le simple fait d'aller au travail est dangereux maintenant, et dans certains services c'est le personnel qui doit subir la colère quotidienne des usagers.

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#5

Soutien mutuel...

...merci Virginie, moi aussi je vais faire court ; je ne suis pas prof mais ma fille est institutrice. J'ai donc quelques échos en provenance de la planète enseignante. Bref, aucun métier n'est facile. Je ne suis pas non plus ministre de l’Éducation nationale, mais que pouvons-nous attendre de ces gens-là finalement ? Votre message spontané vaut bien mieux que tous les discours et toutes les larmes de crocodile que nos élites dirigeantes peuvent verser au journal de 20 h lorsque se produit un drame.

virginie5677

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

soutien

Je vais faire court. Je ne suis pas profession médicale mais prof d'histoire géo. Deux de mes amis sont infirmiers, je connais donc votre quotidien. N'étant pas ministre je ne pourrai pas changer grand chose mais je tenais à vous dire ceci: merci d'avoir été là lorsque, jeune maman, je ne savais pas comment m'occuper d'un bébé pendant les premières heures de vie, merci d'avoir été là pour mon fils qui, né avec cinq semaines d'avance, s'est étranglé avec du zyma D avant de reprendre des couleurs et merci d'être là lorsque, au soir de ma vie, les infirmiers s'occuperons de mes derniers jours. Vos êtes des héros du quotidien, votre profession implique des sacrifices financiers et familiaux trop souvent oubliés! De nombreux français le savent et vous en remercie!

jrge

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

pourquoi nous ne sommes pas pris(es) en compte ?

la réponse est hélas toute simple . c'est d'abord une profession à majorité féminine et puis avez-vous nos effectifs ? si nous faisons grève nous devons garantir un minimum de soins mais surtout être en effectif minimum . nous sommes tout le long de l'année en effectif minimum donc pas possibilité de se mettre en grève : il y aurait autant de personnel les jours de grève que les autres jours. quant à mettre une étiquette "EN GREVE " le travail , les tâches importantes seront effectuées même les autres s'il le faut . Dans les services dits actifs les entrées et les sorties se feront toujours , les visites des médecins aussi . alors se soucier de nous puisque notre ministre sait que nous seront toujours fidèles au poste . une solution ? pour l'instant je n'en vois pas .

FannyThe

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Antilles

Il est intéressant aussi de voir que des belles paroles sont dites sur les grandes chaînes de métropole : apparemment on va faire venir des ide aux Antilles pour gérer l'épidémie de chykungunya... Étant IDE en Martinique à la recherche d'un emploi je peux vous dire que c'est complètement faux. Il n'y a pas d'embauche (en tout cas pas spécifique pour l'épidémie) sauf par la croix rouge française et uniquement pour faire des missions de secrétariat pour faire une analyse épidémiologique (offre pole emploi qui est restée sur le site 24h!)... Sommes toutes de belles paroles politiques pour rassurer la population !

CrisP

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#1

résistons au silence par le bruit des plumes

Oui Aurélien, nous sommes en droit de nous inquiéter, ce silence répond hélas encore une fois au besoin de reconnaissance de notre profession. Je crois au bruit de la plume quand elle interpelle, fustige, bouscule, dérange et trouble de son encre le vide provocant de ceux qui ne veulent pas entendre.

Merci pour cette résistance qui cimente notre appel.

Je veux encore croire que cet appel n'est pas un "message in the bottle" lancé sur l'océan dans l'espoir qu'il le traverse et qu'une ministre concernée puisse le récupérer, le lire, y répondre et soutenir ce combat. Cela ferait évidemment trop d'aléas...

Je veux croire que vous avez reçu ce message Mme Touraine, et que notre empressement précède juste une réponse qui mérite de se construire pour qu'elle soit entendue par tous comme une réponse juste.

faites du bruit !

Christophe Pacific