INFOS ET ACTUALITES

Blouses d'hôpital impudiques : Marisol Touraine réagit

La ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, a annoncé le 9 août 2012 qu'elle se saisissait de la question des blouses d'hôpital impudiques que doivent porter les patients, dans un courrier électronique envoyé jeudi à la l'initiatrice de la pétition "Pour des chemises d'hôpital respectant la pudeur et la dignité des patients", lancée le 31 juillet.

Blouses d'hôpital impudiques : Marisol Touraine réagitLa ministre indique que la pétition signée le 9 août en fin d'après-midi par plus de 6.500 personnes, un billet publié dans l'édition du quotidien Le Monde datée du 3 août et le témoignage d'une jeune kinésithérapeute blogueuse ont attiré son attention sur le problème lié aux blouses d'hôpital.

"Si cette question est perçue comme secondaire par certains, elle ne l'est pas à mes yeux", affirme Marisol Touraine, dans cet e-mail envoyé le jeudi 9 août peu avant 17 heures, rendu public par l'initiatrice de la pétition ("médecin généraliste installée dans une petite ville de campagne") et dont la véracité a été confirmée à l'APM par le cabinet de la ministre. Pour Marisol Touraine, les situations "très concrètes" évoquées sur les blogs "décrivent parfaitement la gêne, pouvant parfois aller jusqu'à l'humiliation, qui peut être celle des patients, âgés ou non, dans de telles circonstances".

"Il y va tout simplement de la dignité de la personne". Elle indique partager le sentiment que "l'intimité de la personne doit être respectée dans l'ensemble du processus de soins, sans toutefois que ce respect ne perturbe la pratique des personnels soignants". Elle annonce qu'elle a saisi les services de son ministère "afin qu'ils [lui] fassent des propositions au retour des congés d'été".

Le texte de la pétition déplore que "dans la plupart des établissements hospitaliers, les patients sont affublés de la même chemise", "taille unique, ouverte dans le dos, quelques boutons pression à l'arrière et le plus souvent, découvrant leurs fesses au moindre mouvement". Le respect de la dignité des patients est pourtant un principe inscrit dans la charte de la personne hospitalisée, dans le code de santé publique et dans le code de déontologie des médecins, rappelle-t-elle. "Nous refusons de considérer comme normal le fait de devoir renoncer à sa pudeur, simplement parce qu'on est hospitalisé" car "des alternatives existent" comme les chemises de patient "se nouant sur le côté, façon cache-coeur, ou ayant simplement une fermeture plus adaptée".

La pétition incite les patients hospitalisés à "signaler systématiquement ce problème sur les questionnaires de sortie qui leur sont souvent remis à la fin de leur séjour". Elle demande aux directeurs d'hôpital "de prendre en compte le respect de la pudeur et de la dignité des patients lors des prochaines commandes de chemises d'hôpital".

"La mise en application de ces principes passe par un changement de modèle ou quelques boutons en plus en bas des chemises des patients", conclut-elle.

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

spot2001

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#2

"brassage du vent"

ces chemises ouvertes sont réservées normalement à certains moments de l'hospitalisation :
aux personnes allant au bloc opératoire ( donc dans leur lit, couché, ne marchant pas et dont on ne voit donc pas le postérieur )
aux personnes dont l'état nécessite des drains, sondes, cathéters et autres tuyauteries et dont l'enfilage de vêtements "de ville" n'est pas compatible avec les soins.

on encourage les patients dès que possible à mettre leur habits personnels : s'il ne le font pas, qu'ils ne se plaignent pas de non respect de la dignité de cette blouse d'hopital

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#1

Faux problème.

Il est intéressant de noter que :

- ce problème est soulevé, à la base, par un soignant qui n'est pas directement concerné par la manipulation des patients, en l'occurence un médecin qui, trop rarement, met ou enlève la fameuse blouse ouverte derrière aux patients dont il a la charge,

- pendant qu'on parle des blouses ouvertes sur les fesses des patients, ce qui est malheureusement le cas depuis des décennies (et qui ne date donc pas d'hier), on ne parle pas d'autres sujets plus importants,

- quand on connaît (ce qui ne semble pas être le cas de tout le monde) la pénurie réccurente de soignants directement concernés par la manipulation des blouses ouvertes sur les fesses, en l'occurence des infirmières et surtout des aides soignantes, on peut raisonnablement se dire que ce problème daugmentera avec les soignants concernés et de moins en moins remplacés,

bref, quand il y aura assez d'infirmières et d'aides soignantes dans les services pour fermer correctement les blouses, quand les médecins refermeront - eux mêmes - les blouses et autres pansements ouverts, parfois abusivement, pendant la visite, quand tous les acteurs des soins se sentiront concernés par ce (faux) problème, les fesses des patients ne se verront plus et les personnes outrées pourront de nouveau dormir tranquille !

Moi je voudrai, par exemple, qu'on se penche - aussi - sur l'hygiène des toubibs qui ne se lavent pas ou peu les mains pendant la visite de 20 ou 30 patients et qui contribuent notoirement à disséminer les infections de tous genres à l'hôpital.