INFOS ET ACTUALITES

Campagne de vaccination 2011 contre la grippe : une population cible élargie

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

La secrétaire d'Etat chargée de la santé, Nora Berra, a présenté le 23 septembre 2011 la nouvelle campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, en mettant l'accent d'une part, sur l'élargissement de la population cible et d'autre part, sur la volonté d'impliquer plus les professionnels de santé.

campagne vaccination 2011Le vaccin sera disponible dans les pharmacies à partir du jeudi 29 septembre et jusqu'au 31 janvier 2012.La ministre, qui était assistée du directeur général de la santé (DGS), Jean-Yves Grall, de la directrice générale de l'Institut de veille sanitaire (InVS), Françoise Weber, et de la directrice des assurés à la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), Catherine Bismuth, a insisté sur la nécessité de se remobiliser pour cette vaccination.

En effet, en 2010, seulement 52% des personnes qui peuvent être vaccinées gratuitement se sont fait vacciner. C'est un recul important par rapport à 2009 et 2008 où les taux de couverture de la population cible étaient de respectivement 60% et 58%. On a "régressé de cinq ans" en revenant au taux observé en 2006, a déploré la ministre.

Interrogé sur l'impact négatif qu'a pu avoir l'épisode de la pandémie de 2009 et la réticence à se faire vacciner d'une partie de la population, Nora Berra a refusé de faire un lien direct. Elle a plutôt évoqué une tendance plus générale à un "relâchement" des vaccinations, citant en exemple la vaccination contre la rougeole qui a diminué, conduisant à la réapparition de la maladie.

Mais elle a voulu être optimiste en indiquant que depuis quelques mois, la vaccination contre la rougeole tendait à remonter... de façon toutefois modeste: à +3%

Le vaccin 2011 contient une souche de type H1N1 comme le virus qui a causé la pandémie de fin 2009, une souche de type H3N2 et une souche de type B.
Elle est totalement adaptée aux virus grippaux qui circulent actuellement dans l'hémisphère Sud, a souligné le Pr Bruno Lina, directeur du Centre national de référence des virus de la grippe pour le Sud de la France.

Femmes enceintes et personnes obèses

La principale nouveauté cette année est l'inclusion dans la population éligible à la vaccination gratuite des femmes enceintes à partir du deuxième trimestre de grossesse et des personnes obèses, conformément à la recommandation du Haut conseil de la santé publique (HCSP) du 13 juillet 2011

C'est lié à la circulation persistante du virus H1N1. Il a été constaté l'année dernière que, bien que l'épidémie ait globalement ressemblé à une grippe saisonnière classique touchant particulièrement les personnes âgées, il y a eu aussi un nombre important de cas graves admis en réanimation (789 cas) chez des personnes jeunes, comme lors de la pandémie. Et ces cas étaient à 84% liés au virus H1N1, a expliqué Françoise Weber.
Parmi ces cas graves, 64% faisaient partie des deux nouvelles populations à risque définies durant la pandémie que sont les femmes enceintes et les obèses.

Cet ajout des femmes enceintes et des obèses à la liste des populations cibles de la vaccination antigrippale n'est pas forcément définitif, a noté le Pr Christian Perronne de l'hôpital Raymond Poincaré de Garches (AP-HP, Hauts-de-Seine), membre du HSCP. Tout dépendra de la persistance de la souche H1N1 et de la persistance d'un risque spécifique avec cette souche dans les prochaines années.
Par ailleurs, parmi les catégories de patients en affection de longue durée (ALD) qui ont droit à la vaccination, sont ajoutés les patients souffrant de maladie coronaire ou ayant un antécédent d'accident vasculaire cérébral.

Ce sont au total près de 12 millions de personnes qui sont appelées à se faire vacciner et qui recevront soit un bon pour aller directement chercher leur vaccin et ensuite se le faire injecter par une infirmière, soit un courrier les incitant à aller voir leur médecin traitant pour avoir une prescription du vaccin.

La secrétaire d'Etat à la santé a également rappelé qu'il était recommandé aux professionnels de santé de se faire vacciner. C'est notamment le cas des médecins traitants, des infirmières et des sages-femmes, le but de la vaccination étant à la fois de se protéger eux-mêmes et d'éviter qu'ils transmettent le virus à leurs patients. Cette année, les pédiatres, les pharmaciens et les kinésithérapeutes seront également incités à se faire vacciner.
Françoise Weber a indiqué que seuls 25% à 40% des professionnels de santé se font vacciner, alors qu'"il faudrait atteindre 75%".
Les médecins auront également un rôle dans l'incitation des personnes à risque à se faire vacciner.

La convention médicale signée cet été par les syndicats de médecins valorise leur action en matière de prévention en instaurant une nouvelle rémunération sur des objectifs de santé publique généralisée à l'ensemble des médecins libéraux. Parmi les huit indicateurs de santé publique sur le volet prévention, deux concernent la vaccination antigrippale, qui doit atteindre 75% des personnes âgées et 75% des patients en ALD, rappelle-t-on.

Retour au sommaire du dossier Grippe

Commentaires (0)