INFOS ET ACTUALITES

Cancer du sein : un mois pour sensibiliser au dépistage...

par .

Chaque année, le mois d’octobre est, partout dans le monde, consacré à la sensibilisation au cancer du sein, à la fois le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme en France. De fait, il faut toujours et encore attirer une plus grande attention sur la maladie, favoriser la prise de conscience, accroître le soutien apporté au dépistage précoce et aux traitements… Il faut donc en parler, toujours et encore plus…

octobre rose cancer sein

Octobre rose : 1 femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein

Oui, il faut bien le rappeler, le cancer du sein est, chez la femme, le cancer le plus fréquent mais aussi celui qui cause le plus grand nombre de décès. Pourtant, détecté tôt, le cancer du sein peut être guéri dans 9 cas sur 10. Un programme de dépistage organisé est recommandé, tous les deux ans, aux femmes âgées de 50 à 74 ans. D’autres modalités de suivi peuvent être proposées aux femmes présentant un risque élevé ou très élevé de développer un cancer du sein.

Le cancer du sein est à la fois le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme en France.

Cependant, dix ans après sa généralisation, le dépistage organisé du cancer du sein rencontre aujourd’hui certaines limites : stagnation du taux de participation, difficultés d’accès des femmes éloignées du système de santé, questions sur la balance bénéfices/risques. C’est pourquoi Marisol Touraine, à l'occasion d'octobre rose, a chargé l’Institut national du cancer (Inca) d’organiser, en lien avec les services du ministère, une large concertation citoyenne et scientifique, ouverte à tous, sur la manière de rendre plus efficace la politique de dépistage. La première étape de la concertation a débuté le 29 septembre l’ouverture du site concertation-depistage.fr destiné à recueillir un maximum de contributions sur le dépistage d’ici au 15 mars 2016. Objectif : améliorer la politique de dépistage du cancer du sein en donnant la parole aux citoyennes et aux citoyens, mais aussi aux différents acteurs du dépistage. La ministre, annonce par ailleurs la prise en charge à 100 % des examens de dépistage pour les femmes à risque élevé ou très élevé, à partir du printemps 2016.

concertation dépistage

Améliorer la politique de dépistage du cancer du sein en donnant la parole aux citoyennes et aux citoyens.

« Octobre rose », c'est d'abord l'occasion de répéter à toutes les femmes de 50 ans à 75 ans  qu'il existe pour elles le programme de dépistage organisé et gratuit du cancer du sein.

Plus de 22 millions de dépistages par mammographie réalisés...

Comme le souligne l'Institut national du cancer dans un focus épidémiologique, le risque de développer un cancer du sein a fortement augmenté : près de 9 femmes sur 100 nées en 1950 risquent de développer un cancer du sein avant l’âge de 75 ans, alors que ce n’était le cas que pour moins de 6 femmes sur 100 pour celles nées en 1920. Cependant, un infléchissement de l’augmentation chez les femmes nées après 1945 est observé. Il est lié à une stabilisation des facteurs de risque auxquels sont exposées les jeunes générations (parité, âge de la première grossesses, allaitement), même s’il est difficile de quantifier la part due à l’évolution de ces facteurs de risque environnementaux ou comportementaux. Le risque de décéder d'un cancer du sein jusqu'à l'âge de 74 ans a diminué pour atteindre 1,82% pour les femmes nées en 1950.

Grâce au dépistage, 100 à 300 décès par cancer du sein seraient évités pour 100 000 femmes y participant de manière régulière pendant 10 ans. 

#AuNomDesSeins ! Détectés à temps, 90% des cancers du sein se soignent. Afin d’encourager au dépistage, Carte Noire Soluble et l’association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! ont invité 12 personnalités féminines à révéler les surnoms qu’elles donnent à leurs seins. Partagez votre petit nom et sa photo sur#AuNomDesSeins ! Sur Facebook, Twitter ou instagram.

Regardez ce clip à la fois drôle et utile !

Des chiffres très significatifs…

  • 1er : le cancer du sein est le premier cancer et la première cause de décès par cancer chez la femme.
  • 22 millions : plus de 22 millions de dépistages par mammographie ont été réalisés dans le cadre du dépistage organisé depuis sa généralisation en 2004. La population cible concernée représente 9,5 millions de femmes de 50 à 74 ans invitées tous les deux ans.
  • 90 % : détecté à un stade précoce, le cancer du sein peut être guéri dans plus de 90 % des cas.
  • 86% : le taux de survie nette à 5 ans d’un cancer du sein est de 86 % pour les personnes diagnostiquées entre 1989 et 2004. Ce cancer est considéré comme « de bon pronostic ». À titre de comparaison, le taux de survie nette à 5 ans après un diagnostic de cancer du poumon n’est que de 14 %.
  • 1,5 % : la mortalité par cancer du sein en France a diminué de 1,5 % par an entre 2005 et 2012, ceci étant en partie lié à la précocité des diagnostics et aux progrès de la prise en charge thérapeutique.
  • 30 % : les mastectomies représentent aujourd’hui 30 % des chirurgies du sein en cas de cancer du sein : deux femmes sur trois peuvent conserver leur sein. 
  • 52,1 % : plus d’une femme sur deux a participé au dépistage organisé du cancer du sein en 2014, soit près de 2 520 000 femmes âgées de 50 à 74 ans. À ces chiffres s’ajoutent environ 10 % à 15 % de femmes qui réalisent des mammographies de dépistage à la demande du médecin ou de leur propre initiative. 
  • 150 000 : de l’ordre de 150 000 cancers du sein ont été détectés par le programme de dépistage depuis 10 ans. De 12 500 cancers détectés en 2004, le chiffre n’a cessé de progresser et dépasse désormais les 17 000 cancers détectés dans l’année, soit environ un tiers des cancers du sein diagnostiqués.
  • 7 ‰ : en moyenne, 7 cas de cancer sont observés pour 1 000 femmes dépistées. 
  • 5 à 21 % : selon les études scientifiques récentes, l’impact d’un programme de dépistage organisé est estimé entre 15 et 21 % en termes de réduction de la mortalité par cancer du sein.
  • 17 000 : plus de 15 000 femmes ont été identifiées comme porteuses d’une mutation du gène BRCA entre 2003 et 2014. Cette mutation les prédispose à un risque très élevé de cancer du sein (et/ou de l’ovaire).

Octobre rose c'est aussi l'occasion de rappeler que certaines femmes sont plus à risque que d'autres et doivent donc être suivies de manière adaptée et financièrement soutenable pour elles.

exposition Des seins d'art

Exposition « Des seins d'art » à l'Institut Paoli-Calmettes de Marseille le 2 octobre 2015

Des initiatives menées ici et là…

  • 3 octobre – Zumba géante de 11h à 13h sur l'Esplanade du Château de Vincennes à l'initiative de l'Institut Gustave Roussy.
  • 4 octobre 2015 – Course /marche Odysséa au profit de la recherche sur le cancer  du sein, menée à l'Institut Gustave Roussy; 40 000 personnes attendues pour apporter leur soutien à cette grande cause.
  • Le 28 septembre 2015, à l'occasion du lancement du mois d'Octobre Rose, l’association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! a souhaité mettre en lumière les héroïnes de tous les jours, toutes ces femmes qui luttent ou ont lutté conte le cancer du sein.Ainsi, de 19h à 21h, aux pieds de la Tour Eiffel, 300 femmes ont été invitées à fixer l'empreinte de leur main en signe d'espoir, de courage et de victoire sur la maladie, à la manière des plus grandes stars.
  • Le Ruban de l'Espoir entamera sa 8e édition de sensibilisation avec pour thématiques : le bien-bouger, le bien-manger et le bien-être. Depuis 2008, 30 000 km parcourus, 117 étapes, 66 villes participantes, 130 jours d'événements, plus de 1 200 partenaires et des milliers de participants.
  • Exposition « Des seins d'art » à l'Institut Paoli-Calmettes de Marseille le 2 octobre 2015 à partir de 17h45… ou quand l'art se met au service de la lutte contre le cancer du sein.
  • Une enquête de l'Observatoire cancer Institut Curie-Viavoice 2015 qui permet de décrypter les perceptions des Français sur le cancer.
  • La mairie de Rodez, partenaire d'Octobre rose, a ouvert des parapluies roses devant le CCAS, place Eugène Raynaldy.
  • Le Triathlon des roses, un événement original 100 % dédié à la recherche sur le cancer du sein à l'initiative de la Fondation ARC et réservé aux femmes avec des distances accessibles à toutes a eu lieu le samedi 26 septembre dans le cadre du Stade Français, Parc de Saint-Cloud.

Comme l'a souligné Marisol Touraine lors du lancement d'Octobre rose, « nous ne le dirons jamais assez, détecté à un stade précoce, le cancer du sein se guérit dans plus de 9 cas sur 10. L’efficacité du dépistage est vitale. Elle impose à la société de se mobiliser collectivement, parce que la mobilisation donne des résultats. Mais cette dynamique reste fragile. Il nous faut donc poursuivre, amplifier, innover dans ce travail qui fait intervenir des acteurs divers et des secteurs multiples. C’est tout l’intérêt de l’opération « Octobre rose » renouvelée chaque année. »

Creative Commons License

Bernadette FABREGAS Rédactrice en chef Infirmiers.com bernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Publicité

Commentaires (0)