INFOS ET ACTUALITES

Coopérations entre professionnels de santé

Cet article fait partie du dossier:

Coopérations interprofessionnelles

    Précédent Suivant

actualité santéLe président de la République, Nicolas Sarkozy, a indiqué jeudi qu'il souhaitait renforcer la coopération entre les professionnels de santé en développant notamment les maisons médicales, lors d'un déplacement à Bletterans (Jura).

Le chef de l'Etat a visité jeudi midi la maison de médicale de cette commune de 1.300 habitants et a prononcé un discours sur la réforme du système de soins et la politique de santé.

Devant quelque 600 personnes réunies dans le marché couvert de Bletterans, le chef de l'Etat a déclaré que la coopération entre les professionnels de santé était "indispensable" et "un gage de qualité pour tous".

Le chef de l'Etat veut sortir du cadre expérimental des coopérations entre professionnels pour les généraliser.

"Les maisons de santé, à l'image de celle que je viens de visiter à Bletterans, sont le lieu idéal de la coopération entre professionnels de santé", a déclaré le président de la République, devant un auditoire composé d'élus et d'acteurs de santé (conférence nationale de santé, représentants de médecins...).

"Elles sont l'ossature du système de santé de demain", a-t-il estimé, ajoutant qu'elles permettaient aussi "d'offrir une réponse de proximité, d'améliorer la qualité des soins grâce à la collégialité et d'offrir aux professionnels des conditions de travail satisfaisantes".

Le président a assuré que "les ressources de l'assurance maladie seront orientées prioritairement vers ces structures".

Lors de sa visite à la maison médicale de Bletterans, qui a duré environ une demi-heure, le président a fait le tour au pas de course plusieurs de ses salles (salle d'urgence, salle d'attente, salle de soins en kinésithérapie, en podologie, boxes infirmiers, salle d'éducation thérapeutique...).

Accompagné par Roselyne Bachelot, le président a principalement écouté les propos du gérant de la maison médicale, le Dr Jean-Michel Mazué, expliquant le fonctionnement de la structure.

Le président a seulement fait remarquer que ce type de structure pouvait "remplacer les hôpitaux de proximité".

En présence du Pr Guy Vallancien, responsable du service d'urologie de l'Institut mutualiste Montsouris de Paris, le président a assisté à une démonstration de visio-conférence reliant l'Ecole nationale de chirurgie et les stagiaires de la maison médicale dans le cadre de leur formation médicale.

Il a également pu échanger des propos, via une web-cam, avec un des médecins du CHU de Besançon, qui est consulté régulièrement par l'équipe de la maison médicale pour discuter des dossiers médicaux.

Le directeur de l'agence régionale d'hospitalisation (ARH) Franche-Comté, Patrice Blémont, a présenté au chef de l'Etat un modèle de dossier personnel informatisé. Le gérant de la maison médicale a insisté sur le fait qu'"il n'y a[vait"> aucune redondance et aucun support papier".

UNE ORGANISATION ATTRACTIVE POUR LES PROFESSIONNELS

Lors de la visite de la maison médicale, le gérant de la structure, Jean-Michel Mazué, a souligné le caractère attractif de sa structure pour les professionnels de santé, en raison notamment des conditions de travail et du dynamisme de l'équipe.

"Les professionnels de santé, qui partagent leurs honoraires, travaillent avec des plannings hebdomadaires de 37,5 heures, et nous travaillons sur quatre jours", a expliqué Jean-Michel Mazué, qui a déclaré qu'il ne rencontrait aucun problème de recrutement.

La maison médicale, qui a un statut de SCI (société civile immobilière), réalise un chiffre d'affaires de 2,5 millions d'euros par an et les médecins ont un salaire annuel environ 30% plus élevé que la moyenne nationale.

La ministre de la santé a indiqué à l'APM que cette maison médicale "était exactement ce qu['elle"> veu[t"> faire" pour l'organisation des soins primaires.

Elle souhaite "encourager la création de ce type de maison médicale", en raison notamment de leur caractère pluridisciplinaire et de leur pouvoir attractif sur les jeunes professionnels de santé qui "ne souhaitent pas travailler de manière isolée".

Créée en 2001, la maison médicale de Bletterans fonctionne avec 22 professionnels de santé et est ouverte tous les jours entre 8 heures et 20 heures.

Retour au sommaire du dossier Coopérations interprofessionnelles

Publicité

Commentaires (0)