INFOS ET ACTUALITES

Coronavirus : gare au relâchement cet été !

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

La circulation du coronavirus augmente en France. Vendredi 10 juillet, un nouveau bulletin de Santé publique France (SPF) fait état d'une accélération de la circulation du Covid-19. Si l'agence précise toutefois que cette circulation virale reste à un niveau bas, un indicateur doit nous rappeler à la vigilance : le taux de reproduction du virus est repassé au-dessus de 1 en France métropolitaine.  

La France devrait rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics clos à partir du 1er août, face aux signes de redémarrage de l'épidémie dans le pays.

Y aura-t-il ou non une deuxième vague ? Alors que certains experts traquent les signes d'un rebond redouté de l'épidémie, le bulletin épidémiologique du 9 juillet de Santé Publique France relève en tout cas une "nouvelle tendance à l'augmentation de la circulation du virus SARS-COV-2", tout en soulignant heureusement un maintien, pour l'heure, "de la circulation virale à un niveau bas" sur le territoire (à l'exception de la Mayenne, où l'apparition de plusieurs clusters a entraîné la mise en place d'un dépistage massif, de la Guyane et de Mayotte où l'épidémie continue de flamber). 

Il n'y a pas pour l'heure de deuxième vague, mais il y a des signes qui la font craindre, assurait l'ancien ministre de la Santé Jean-François Mattéi sur France Info le 13 juillet, estimant que les chiffres remontaient. Il faut que 80% des Français portent le masque pour que le taux de contamination, le fameux R0, descende au-dessous de 1 et nous sommes passés au-dessus depuis quelques temps, depuis quelques jours, s'alarmait-il, relayant ainsi une le dernier bilan de Santé Publique France. S'il n'est pas un indicateur suffisant pour évaluer à lui seul l'évolution d'une épidémie, ce R0, prononcé R zéro,  donne tout de même une tendance. Ce nombre de reproduction de base indique en effet le nombre moyen de nouveaux cas d’une maladie qu’une seule personne infectée et contagieuse va générer en moyenne dans une population sans aucune immunité. C'est donc une valeur particulièrement surveillée en France et à l'étranger. Du 29 juin au 5 juillet, le nombre de cas confirmés, le taux d'incidence et le nombre d'actes SOS médecins pour suspicion de Covid-19 sont en augmentation en comparaison à la semaine précédente, révèle Santé Publique France qui évoque une augmentation de 14% du nombre hebdomadaire de cas confirmés en France métropolitaine par rapport à la semaine qui a précédé. Des indicateurs plus tardifs, à savoir : les nombres de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19, les nombres d'hospitalisations et nombres d'admissions en réanimation, continuent eux de montrer des tendances à la baisse

Santé publique France relève par ailleurs l'augmentation des actes SOS médecins qui concernent notamment les moins de 15 ans, ce qui pourrait en partie s'expliquer par la reprise des activités scolaires.

La prévention, meilleure arme contre le virus 

Ces chiffres doivent nous rappeler malgré tout que la plus grande méfiance est de mise si nous voulons échapper à une seconde vague. Plusieurs médecins ont d'ailleurs signé une tribune appelant au port du masque obligatoire dans tous les lieux publics clos. Intitulée #MasquésMaisEnLiberté, cette tribune, publiée dans Le Parisien, met en garde contre un possible redémarrage massif des transmissions. Elle est signée par le Pr Antoine Pelissolo et le Dr Jimmy Mohamed, et cosignée par plusieurs infectiologues. Le président Emmanuel Macron a depuis accédé à leur demande puisque la France devrait rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics clos à partir du 1er août. 

 Les Français ont envie de vacances, envie d'oublier tout ce qu'ils ont vécu au cours de ces mois. (...) Il y a une chose qu'ils ne doivent pas oublier, ce sont les gestes barrières, a déclaré le ministre de la Santé sur BFMTV/RMC. Cet été, que l'on soit au bord d'une piscine, au bord de la mer ou dans un camping, la prudence doit pousser chacun à respecter les mesures barrières. C'est le message qu'a voulu porter le gouvernement à travers une nouvelle campagne de prévention.  

Des reconfinements locaux en Europe et dans le monde

En Europe et dans le monde, les reconfinements concernent de nombreux pays. En Europe, le gouvernement régional de Catalogne (dans le nord-est) a ordonné le 12 juillet le confinement à leur domicile de 200 000 habitants de Lérida et des communes alentours, suscitant un bras de fer avec la justice qui a jugé cette décision "contraire au droit". Au Portugal, dans la région de Lisbonne, un nouveau confinement à domicile est en cours depuis le 1er juillet pour 700 000 habitants d'une vingtaine de quartiers, pour au moins deux semaines. En Grand-Bretagne, le 29 juin, le gouvernement britannique a reconfiné la ville de Leicester (centre de l'Angleterre), avec fermeture des magasins non essentiels. Le port du masque sera obligatoire dans tous les magasins en Angleterre à compter du 24 juillet. Dans le monde, de nombreux pays connaissent aussi un regain ou une flambée de l'épidémie. En Australie, cinq millions de personnes sont à nouveau confinées chez elle depuis le 9 juillet et pour six semaines à Melbourne, la deuxième plus grande ville du pays. Aux Etats-Unis, l'état de Californie a durci lundi les restrictions pour les commerces, généralisant notamment la fermeture des bars, salles de restaurants, cinémas et zoos à tout le territoire. A Bogota, principal foyer de la pandémie en Colombie, le confinement a été renforcé lundi, avec des "quarantaines strictes" par zones. 2,5 millions de personnes resteront chez elles à tour de rôle... 

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)