INFOS ET ACTUALITES

Des "bed managers" au secours des urgences

La ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, a annoncé le 26 avril 2013 que 150 hôpitaux seraient accompagnés par l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) pour mettre en place un dispositif de gestion des lits d'aval.

ambulance urgencesLa ministre s'exprimait à l'occasion d'un déplacement au Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph à Paris où elle s'est fait présenter le dispositif de gestion prévisionnelle des entrées et des sorties mis en place par l'hôpital. Elle a également participé à une table ronde au cours de laquelle elle a détaillé son programme national d'amélioration de la gestion des lits.

Cette visite intervenait un mois après que Samu-Urgences de France a appelé les urgentistes à cesser de chercher des lits d'aval pour les patients présents dans leur service à compter du 15 octobre prochain. "La situation dans les services d'urgences n'est pas satisfaisante", a indiqué la ministre lors d'un point presse à l'issue de la visite. "J'ai pris donc un certain nombre de décisions", a-t-elle poursuivi. Elle a rappelé qu'elle avait confié au Pr Pierre Carli, président du Conseil national de l'urgence hospitalière (CNUH), une mission pour "identifier les services les plus en difficulté et auxquels il faut apporter des réponses rapides".

Lors des journées annuelles d'études de l'Association française des utilisateurs d'hélicoptères sanitaires fin mars, Pierre Carli avait indiqué à l'APM que son instance avait été saisie par la ministre de la santé pour préparer des recommandations sur l'aval des urgences et l'organisation des services hospitaliers, rappelle-t-on.

La ministre a estimé que le problème des urgences, c'était "parfois des moyens mais surtout des questions d'organisation". "Il faut faire en sorte que les patients qui sont aux urgences n'y restent pas", a-t-elle expliqué lors du point presse. Elle a proposé la création de postes de gestionnaires de lits d'aval, "c'est-à-dire des gens qui trouvent des services qui vont accueillir des malades des urgences". La ministre a estimé que le système mis en place à l'hôpital Saint-Joseph fonctionnait bien et donnait "des...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#3

Interdiction.

La prochaine idée : interdire la maladie...

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#2

Sans rire ...

Mais quelle idée à la con !

C'est du pur jus de crane de rond de cuir dans toute sa splendeur !

Faut au moins avoir un bac +5 pour venir nous dire "ah, ben y a plus de lit ..."

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#1

Enfin une bonne nouvelle...

...nous vivons une époque formidable ; il n'y a plus de lits disponibles, on invente les bed-managers. Et voili et voilou.
Et quand les gens se mettront (encore plus) sur la tronche, on créera les baston-managers. Elle est pas belle, la vie ?