INFOS ET ACTUALITES

Des bilans uro-dynamiques désormais réalisés par des infirmières

Mesures du débit de la vessie et des pressions urétrales, recherche d'une incontinence d'effort à la toux, ce bilan uro-dynamique jusqu’alors exclusivement réalisé par des urologues peut désormais être assuré par des infirmières « expertes d’urologie ». L'élargissement des compétences soignantes vient d'être acté dans un protocole de coopérations entériné par Claude d’Harcourt, directeur général de l’Agence régionale de santé de Haute-Normandie ; une région pionnière en matière d’exercices collaboratifs innovants. Cet article a été relayé par le réseau CHU.org le 7 décembre 2011. Merci pour cet échange productif.

Bilans uro-dynamiques désormais réalisés par des infirmièresL’initiative portée par les professionnels de santé du CHU-Hôpitaux de Rouen a reçu un avis favorable de la Haute Autorité de Santé qui a tout particulièrement apprécié son influence positive sur l’activité du service.

Tout le monde est gagnant : d’abord les patients car cette nouvelle disposition va réduire les files d’attente et leur permettre d’accéder plus vite aux examens et au traitement de leurs troubles vesico-sphincteriens. Les urologues ensuite, qui grâce cette délégation d’acte vont pouvoir consacrer davantage de temps au suivi et à la relation médicale avec leurs patients. Enfin les infirmières qui vont développer de nouveaux savoirs et de nouvelles expertises.

Des infirmières spécialement formées

Le protocole permet une réalisation de l’examen dans des conditions de sécurité et de qualité de prise en charge équivalentes à celui fait par un urologue. Les infirmières
« expertes » ont en effet bénéficié d’une formation de niveau universitaire avec une validation de leur expérience par le Pr Grise, chef du service d'urologie du CHU-Hôpitaux de Rouen. L’analyse des bilans uro-dynamiques est toujours effectuée par les médecins urologues.

Un outil innovantL’article 51 de la loi HPST stipule que les protocoles de coopération professionnelle autorisent la délégation d’un acte ou d’une activité, exercée dans des circonstances précises à condition notamment de garantir la sécurité des usagers. L’ARS Haute-Normandie soutient ces modes d’exercices collaboratifs innovants qui améliorent l’accès aux soins en région.Un premier protocole de coopération encadrant la réalisation d’échographies...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#2

Carrément ...

Pour ce qui est des aspects médico-légaux, cette question est réglé, car l'article 51 de la loi HSPT permet aux professionnels de santé d'accomplir tous actes ou compétences, du moment, que celui-ci y est était formé, évalué et validé par un professionnel compétent dans le domaine en question, et ce au cours d'une formation, dont le contenu a était validé par l'HAS.
(La formation ainsi que le protocole de coopération est validé par l'HAS)

Pour ce qui est de la revalorisation salariale de nos actes mais surtout de l'augmentation de nos compétences et donc de nos responsabilités, la question reste entière... (Faire un acte sans réfléchir est a la porté de 90% de la population)

Il me semble qu'il faut prouver notre réel plus values, dans un premier temps... (Ca arrive doucement mais surement... Reforme du cursus initiale, Masterisation des spécialités existantes et réflexion sur les futures..., Protocole de coopération, Etude sur le nombre d'infirmier possédant des DU est lien avec la profession, ...).

La plus values de infirmier et des infirmiers spécialisés est réel pour le patient et la société dans nombre de domaine et je pense que nous tous d'accord pour le dire.
Maintenant et dans le future, nous devons le démontrer par A+B et avec des preuves et des "études" réel et irréfutable.

Nous n'obtiendrons rien a dire sans relâche payé nous plus, sans rien démontré... Prouvons le... et mobilisons nous...

legnome67

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

oui mais ?

(plus que) d'accord pour les formations qualifiantes, l'élargissement des compétences, les protocoles de soins, les nouveaux savoirs et nouvelles expertises... mais, ceci dit cela nous apportera également plus de "responsabilités". Et pour rester très terre à terre, ces responsabilités seront elles rémunérées autrement qu'avec notre dévotion et notre conscience professionnelle ? et quid des aspects médico-légaux ?