INFOS ET ACTUALITES

"Détente pendant l’attente" : des photos "zen" pour patienter dans les hôpitaux

Pierre-Emmanuel Guiberteau, 38 ans, est un photographe amateur. Après des problèmes de santé qui l’obligent à consulter, il a l’idée de proposer ses clichés pour égayer les salles d’attente des hôpitaux. Le projet Détente pendant l’attente rencontre, depuis, un grand succès, tant parmi le public que parmi les professionnels.

Des photos "zen" pour patienter dans les hôpitaux

Pour l’heure, quinze établissements ont ainsi adopté "Détente pendant l’attente".

Pierre-Emmanuel Guiberteau, parisien, travaillait jusque-là dans la communication et la publicité. Mais le photographe amateur a décidé de se consacrer entièrement à sa passion. Depuis deux ans, il ne quitte plus son appareil photo. Je vois tout flou de l’œil droit, explique-t-il. J’ai subi des traitements qui n’ont pas résolu le problème. Pour faire travailler mon œil, je me suis lancé dans la photo avec un objectif : me concentrer sur des points de détail. C’est à l’occasion de ses visites de contrôle dans un cabinet ophtalmologique que l’idée de son projet lui vient.  Je voyais autour de moi des enfants assez stressés, apeurés. Comme moi-même, je suis assez phobique (du milieu médical), je me suis dit qu’il faudrait des images qui n’auraient rien à voir avec l’hôpital pour aider les gens à patienter sereinement. J’ai pensé qu’il faudrait des clichés qui permettent de s’évader. Pierre-Emmanuel Guiberteau sélectionne alors des photos qu’il avait réalisés sur 5 thèmes différents (montagne, coucher de soleil, pêcheurs en Inde, méduse, feu d’artifice), des images susceptibles de toucher le plus grand nombre et contacte les hôpitaux pour les leur proposer. Un projet qu’il a appelé Détente pendant l’attente.

C’est pour égayer les salles d’attente, de repos, de détente ou encore toute salle accueillant du public au sein d’un hôpital qu’est né le projet "détente pendant l’attente".

"Je suis assez surpris des retours si positifs"

Ça a été d’une facilité déconcertante, se réjouit le photographe qui a eu énormément de retours de la part des directions des établissements contactés. Pour l’heure, quinze établissements ont ainsi adopté Détente pendant l’attente. A Ambroise Paré, Raymond Poincaré-Garches, Avicenne, Versailles, Port-Royal, Tenon, Armand Trousseau, Saint-Antoine, Cochin, Saint-Joseph ou encore Saint-Louis & Fernand Widal, des expositions sont soit en cours, soit en devenir. Les équipes aussi se sont révélées particulièrement réceptives. Tous ceux que j’ai rencontrés ont trouvé les photos et le projet excellents. Parfois, des médecins et des infirmiers ont aussi fait part de leur envie de voir accrochés ces clichés dans leurs salles de pause.

Pourquoi ce ne serait que pour le public ? Nous aussi on aimerait des clichés dans nos salles pour s’évader pendant la pause-café. (Une équipe soignante)

Les hôpitaux de Tenon et de Saint-Antoine cherchent à avoir le label Hospitalité de l’APHP, sur des critères de qualité de l’accueil et de relation avec les patients et leurs proches. Dans ces établissements, le projet de Pierre-Emmanuel Guiberteau a donc été accueilli avec enthousiasme : On m’a dit : vous tombez très bien puisque les salles d’attente sont glauques et que votre projet répond vraiment à un besoin. Ça permet d’avoir une première conversation avec les patients avant de rentrer dans le vif du sujet me confiaient médecins et infirmières.

détente pendant l'attente

L’objectif à long terme sera de proposer le projet à des hôpitaux sur l’ensemble du territoire, mais avant cela, Pierre-Emmanuel Guiberteau souhaite développer son projet dans les établissements où il est exposé, à Paris et en région parisienne. L’idée pour l’heure c’est de rassembler des fonds pour pouvoir éditer ces photos pour répondre à la demande. Le photographe a d’ailleurs mis en ligne une cagnotte pour financer l’édition de ses photos pour les hôpitaux intéressés. 

détente pendant l'attente

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Commentaires (0)