INFOS ET ACTUALITES

e-santé : entre inquiétude et émerveillement

par .

La e-santé est un secteur en plein développement mais les Français restent méfiants à son égard. Explications.

e-santé informatique technologie

e-santé : un intérêt grandissant, mais une méfiance persistante

L'université d'été de la e-santé, qui s'est déroulée à Castres du 2 au 4 juillet 2014, l'a prouvé : la santé connectée, tantôt intrigante, tantôt effrayante, est au cœur des débats. Ainsi, selon l'enquête « Parler de santé sur le web, quelle(s) conséquence(s) ? »1, 39 % des malades communiquant des données de santé sur la toile craignent qu'elles ne soient utilisées à leur encontre par un assureur, 36 % par un employeur et 27 % par l'Assurance maladie. De plus, 43 % des personnes interrogées pensent que leurs informations sont analysées en permanence par des logiciels. Autre chiffre révélateur : 70 % des sondés souhaitent que leurs données soient totalement anonymisées. Uwe Diegel, président de iHealth, souligne qu' aux États-Unis, la technologie est mieux acceptée qu'en France, les patients sont plus réceptifs et même demandeurs de solutions permettant de connaître, transmettre et analyser les données relatives à leur corps et à leur santé. En France, il y a une méfiance instinctive sur qui a accès aux données, ce qu'on va en faire... Il faut dépasser ce frein et comprendre que l'impact des objets connectés sur la santé publique est colossal !.

Malgré ces inquiétudes, 76 % des Français estiment qu'il est intéressant d'utiliser ces données pour la recherche médicale. Pour 78 % des personnes interrogées, l'utilisation des informations de santé permet d'améliorer la tolérance des médicaments, pour 84 % la qualité des soins, pour 62 % la sécurité sanitaire et pour 79 % elle offre également la possibilité de mieux comprendre les comportements en santé. Geoff Appelboom, neurochirurgien au Centre médical de l'université Columbia à New York et co-fondateur de la plateforme de suivi patients FolUp abonde dans ce sens et explique notamment que les objets connectés permettent à chacun de devenir acteur de sa santé. Ils ont également un grand intérêt pour les études à grande échelle et pour la recherche en épidémiologie.

Télémédecine : la délicate question de la téléobservanceL'e-santé, et plus particulièrement la télémédecine, tend à se développer et gagne peu à peu les foyers français. Concrètement, ceci se traduit notamment par l'introduction de la téléobservance de l'apnée du sommeil. Ainsi en France, sur les 3 à 4 millions de personnes atteintes de cette pathologie, 500 000 sont appareillées avec un système PPC (ventilation en Pression Positive...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

NurseBetty124

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Mon avis

Personnellement (ainsi que la majorité de mes collègues), je suis pour à titre perso et pro pour la téléobservance. Des économies, un plus pour le patient, que demandait de plus !