INFOS ET ACTUALITES

« Adieux, mort prochaine », une pièce inspirée...


Edito – « Adieux, mort prochaine », une pièce inspirée à aller voirMarie, une jeune femme, souffre d’un cancer du sein. « Assise sur le lit, je m’écoute respirer timidement. Une main sur la table de chevet et je tiens sur mes jambes. (...) Je suis debout et tout le monde s’en fout ». Ainsi débute cette pièce intitulée « Adieux, mort prochaine » écrite et mise en scène par Alain Tronchot, auteur, journaliste1. Jouée à Paris jusqu'au 24 mars 2013, cette pièce très intimiste est une traversée en eaux troubles et glacées... mais, à l’horizon, une plage accueillante n’est jamais très loin... Courez-y !

« Rappel : jusqu'au 24 mars 2013 - Tarif préférentiel : 10 € aux soignants sur présentation d’un justificatif »

Mutilée, rasée, Marie se révolte contre son corps qui l’a trahie, se bat pour préserver ce que la tumeur n’a pas encore détruit. Elle est debout et espère : bientôt, peut-être, elle ira mieux... La pièce, sensible et douloureuse, nous livre les échanges que Marie entretient avec Claire, son médecin, âgée de 35 ans comme elle. Entre empathie et juste distance professionnelle, la frontière est ténue. « Profitez-en pour échapper aux corvées, exploitez l’alibi. Surtout, ne vous cachez plus. Quand la situation devient pénible, relevez l’écharpe, laissez voir votre cicatrice, rappelez-leur que vous êtes malade. Rappelez-vous que vous êtes malade. » lui dit Claire.

Marie se confronte aussi avec « une autre femme », allégorie des représentations liées à la maladie cancéreuse qui revient la hanter par un écho lancinant des craintes et des fantasmes associés au cancer. Ses propos en témoignent : « Le lit est contaminé, difficile de le partager » ; « Les cheveux tombent, les cils, les poils tombent, Marie » ; « Le stade 4 désigne une maladie propagée dans le corps ».

« La maladie aussi a pris des coups. Et vous êtes debout »

Alors oui, Marie se bat, se révolte, parfois se résigne, s’effondre, doute, espère... Elle cherche à travers ses monologues et ses dialogues une vérité, la sienne, la seule qui va lui permettre de garder sa dignité, d’être debout avec et malgré son cancer. « Naufragée dans l’eau glacée », son quotidien lui appartient et nous fait comprendre un peu plus - et un peu mieux encore – la réalité « vraie » de la maladie cancéreuse. Les mots choisis par Alain Tronchot pour le titre de la pièce « Adieux, mort prochaine », sont d’ailleurs ambigus, exprimant tout et son contraire : le définitif, l’attendu, l’évité, l’espoir... On peut en effet considérer que Marie va réussir à dire adieu à sa maladie, à s’en relever et s’échouer enfin, rincée, mais vivante... « Bientôt, la mort prochaine et moi nous ferons nos adieux... »

Découvrez un extrait de la pièce en vidéo en cliquant sur l'image ci-dessous

Adieux, mort prochaine

En pratique

  • « Adieux, mort prochaine », une pièce écrite et mise en scène par Alain Tronchot. Avec Marie-Émilie Michel (Marie), Céline Spang (Dr Claire Bazaine) et Lisbeth Wagner (Une autre femme).
  • Scénographie conçue par Eugénie Vaquier, assistée de Maryline Lateur.
  • À 20 h 30 au Théâtre du Temps, 9, rue du Morvan, 75011 Paris. Les samedi 9, dimanche 10, mercredi 13, jeudi 14, samedi 16, dimanche 17, jeudi 21, vendredi 22, samedi 23 et dimanche 24 mars. Location : 01 43 55 10 88 ; Tarif : 16 € - Tarif préférentiel de 10 € aux soignants sur présentation d’un justificatif.

Note

  1. Rédacteur en chef, dix ans durant, de « L’Infirmière Magazine », expérience qui l’a nourri de témoignages de patients et de soignants.

Creative Commons License
Rédactrice en chef Infirmiers.com
bernadette.fabregas@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)