INFOS ET ACTUALITES

Edito - Cancer du sein : "rire est un puissant antalgique"

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

L’association SKIN aide à la reconstruction des femmes touchées par le cancer du sein, au moyen de défis artistiques et sportifs. Dans le cadre d’Octobre Rose, SKIN a investi l’Apollo Théâtre, le 15 octobre dernier. La troupe composée de patientes, de comédien(ne)s et d’humoristes, a proposé un spectacle mêlant chant, danse et humour pour nous faire rire ou guérir du cancer. Nous y étions, en voici la preuve !

Edito-Cancer du sein : "Rire est un puissant antalgique"

En vacances sous le « tropique du cancer », une vendeuse ambulante propose, en hélant, des prothèses et des perruques plutôt que des chichis et des beignets.

Mon cancer de la rate me donne droit à un transat (…) Pour un cancer de la peau, tu peux avoir un pédalo (…) Les rayons, c’est terminé, il y a le soleil pour nous griller, ça y est les poils sont tombés, plus besoin de s’épiler ! En maillot, tu seras canon, même si t’as plus qu’un nichon !. Le metteur en scène Cyril Garnier (acteur dans la série Demain nous appartient sur TF1) en duo avec l’extravagante Frédérique Bel, actrice et marraine de l’évènement, donnent le ton de la soirée, en chanson, en énumérant les avantages du cancer. Un spectacle de deux heures, haut en couleur et en vacances sous le tropique du cancer. Treize femmes et une pléiade de comédien(nes) et d’humoristes tels que Olivier de Benoist, Booder ou encore Gil Alma, ont orchestré la deuxième édition de Skin Sketch. Des sketchs co-écrits et interprétés par des binômes patients-artistes. SKIN a été créée pour dépasser le cancer blues, ce moment fatal où quand vous avez dépassé les traitements, vous rentrez chez vous. C’est le moment où vous vous retrouvez toute seule, explique sur scène Cécile Reboul, fondatrice de l’association.

Un verre de Chimio Colada ?

Dans la salle, avant le début du spectacle, au deuxième rang, Naima, cancérologue et sénologue, accompagnée d’une amie est venue encourager ces femmes : Je suis curieuse de voir comment elles vont parler du cancer, comment elles vont tourner à la dérision ce type de pathologie qui n’est pas anodine et qui chamboule la vie d’une femme et de son entourage. En tant que médecin et tante d’une nièce qui est décédée du cancer du sein à 50 ans, je m’interroge sur le fait que l’on puisse en rire mais de monter sur scène, de penser à autre chose, peut être une thérapie et c’est tant mieux.

Épaulées par des comédien(nes) aguérri(e)s, les femmes, toutes en rémission, à l’exception d’une, novices en comédie pour la plupart, abordent à travers des saynètes, la maladie, les relations avec l’entourage et les traitements, tantôt de manière subtile, tantôt avec de gros sabots. Laurence joue le rôle d’un médecin peu scrupuleux et maladroit : Un cancer, ça donne trop de boulot, ce n’est pas rentable, on n’est pas chez Médecins sans frontières ici ! On vous fait une double mastectomie, on vous refait les seins ? Ça paye plus et je suis en train de construire une piscine dans ma maison !

En vacances sous le tropique du cancer, une vendeuse ambulante propose en hélant des prothèses et des perruques plutôt que des chichis et des beignets. Dans son catalogue, l’agence de voyage présente sa croisière MST quelque part en Grèce, entre Mycose et Syphilis. Au programme de la destination : des séances de relaxation avec la douce musique des vibrations de l’IRM et pour l’apéro, on sirotera un petit verre de Chimio Colada !

J’ai besoin que mon corps abîmé puisse exprimer une certaine forme de beauté

Si le spectacle fait la part belle à l’humour, il laisse aussi une place à la danse avec notamment un ballet émouvant durant lequel les femmes sortent un ruban rose de leurs poitrines pour le déposer sur scène et s’en éloigner. J’ai besoin que mon corps abîmé, mon corps marqué dans sa chair, mon corps qui a souffert et souffre encore, puisse exprimer, grâce à la danse, une certaine forme de beauté, témoigne Dorothée. Marie quant à elle, aimerait être une source d’espoir pour celles qui perdent courage et que ses deux filles soient fières d’elle, qu’elles apprennent qu’il ne faut jamais rien lâcher même si un jour elles sont, à leur tour, touchées par la maladie.

À la fin du show, Naima, qui émettait des réserves quant à sa capacité à rire d’un sujet si sérieux, est conquise. Tout au long du spectacle, la troupe a prouvé qu’il était possible de rire du cancer et que c’était même un puissant antalgique. Patientes, comédien(nes) et humoristes ont réussi un exercice de légèreté empreint de réalisme mais aussi d’optimisme. Les bénéfices de la soirée sont intégralement reversés à l’association SKIN. Le cancer du sein tue chaque année en France, près de 12.000 femmes. Aujourd’hui, 1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein. C’est le cancer féminin le plus fréquent.

J’aimerais être une source d’espoir pour celles qui perdent courage

Quelques initiatives pour Octobre Rose

Des grues en origami pour symboliser l’espoir

20 000 petits oiseaux roses et blancs en origami habilleront les halls des deux hôpitaux de l’Institut Curie durant le mois d’octobre. Le but de cette opération est de sensibiliser les Français aux cancers du sein héréditaires. Dans la tradition japonaise, la grue en origami est un symbole de longévité et d’espoir.

L’Institut National du Cancer fait de la pédagogie

Pour toutes les femmes qui souhaitent disposer de plus d’éléments sur le dépistage, un dépliant, un livre téléchargeable et une plateforme web incluant vidéos, animation, chiffres clés ont été développés par l’Institut National du Cancer.

Ma p’tite culotte donne la parole aux hommes

Partant du constat que 35% de sa clientèle était masculine, la marque Ma p’tite culotte s’est notamment entourée de l’humoriste Maxime Gasteuil, des comédien Gilles Alma (Nos chers voisins) et Jérôme Bertin (Plus belle la vie) pour soutenir la lutte contre le cancer du sein en faisant. Dans cette, campagne, les célébrités prennent la pause avec humour.

Comment maman a tué le chef des pamplemousses de Pascale Bougeault, d’après le récit de Camille Génié

Cet album est le récit d’un enfant dont la maman est atteinte d’un cancer. Avec ses mots, ce petit garçon raconte le traumatisme de la première hospitalisation, les visites à l’hôpital, les rencontres avec les soignants et partage ses peurs, ses doutes et ses incertitudes. À la fin de ce livre qui s’adresse aux enfants à partir de 4 ans, un glossaire pour comprendre les mots utilisés par les médecins.

Une soirée cabaret spectacle au Théâtre du Casino d’Aix-les-Bains

L’institut du Sein de Savoie organise une soirée Cabaret spectacle intitulée Sur un fil le 23 octobre prochain au Casino d’Aix-les-Bains. Des patientes qui se sont préparées avec l’aide d’une chorégraphe, se produiront sur scène pour évoquer des évènements vécus au long du parcours de soin.

Prendre soin de ses seins

Pour aborder la problématique de la maladie, l’association Pink Ribbon a quant à elle réalisé un film de campagne sous l’angle de l’adolescence. La vidéo met en scène huit jeunes adolescentes qui songent à leurs seins en devenir, sur l’air de Tous les garçons et les filles de Françoise Hardy.

Creative Commons License

Ines Kheireddine
Journaliste infirmiers.com
ines.kheireddine@infirmiers.com  @Ineskheireddine

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)