INFOS ET ACTUALITES

Edito - Cancer du sein : "rire est un puissant antalgique"

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

L’association SKIN aide à la reconstruction des femmes touchées par le cancer du sein, au moyen de défis artistiques et sportifs. Dans le cadre d’Octobre Rose, SKIN a investi l’Apollo Théâtre, le 15 octobre dernier. La troupe composée de patientes, de comédien(ne)s et d’humoristes, a proposé un spectacle mêlant chant, danse et humour pour nous faire rire ou guérir du cancer. Nous y étions, en voici la preuve !

Edito-Cancer du sein : "Rire est un puissant antalgique"

En vacances sous le « tropique du cancer », une vendeuse ambulante propose, en hélant, des prothèses et des perruques plutôt que des chichis et des beignets.

Mon cancer de la rate me donne droit à un transat (…) Pour un cancer de la peau, tu peux avoir un pédalo (…) Les rayons, c’est terminé, il y a le soleil pour nous griller, ça y est les poils sont tombés, plus besoin de s’épiler ! En maillot, tu seras canon, même si t’as plus qu’un nichon !. Le metteur en scène Cyril Garnier (acteur dans la série Demain nous appartient sur TF1) en duo avec l’extravagante Frédérique Bel, actrice et marraine de l’évènement, donnent le ton de la soirée, en chanson, en énumérant les avantages du cancer. Un spectacle de deux heures, haut en couleur et en vacances sous le tropique du cancer. Treize femmes et une pléiade de comédien(nes) et d’humoristes tels que Olivier de Benoist, Booder ou encore Gil Alma, ont orchestré la deuxième édition de Skin Sketch. Des sketchs co-écrits et interprétés par des binômes patients-artistes. SKIN a été créée pour dépasser le cancer blues, ce moment fatal où quand vous avez dépassé les traitements, vous rentrez chez vous. C’est le moment où vous vous retrouvez toute seule, explique sur scène Cécile Reboul, fondatrice de l’association.

Un verre de Chimio Colada ?

Dans la salle, avant le début du spectacle, au deuxième rang, Naima, cancérologue et sénologue, accompagnée d’une amie est venue encourager ces femmes : Je suis curieuse de voir comment elles vont parler du cancer, comment elles vont tourner à la dérision ce type de pathologie qui n’est pas anodine et qui chamboule la vie d’une femme et de son entourage. En tant que médecin et tante d’une nièce qui est décédée du cancer du sein à 50 ans, je m’interroge sur le fait que...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)