INFOS ET ACTUALITES

EDITO - Démographie infirmière : ça va surtout changer en volume !

L’exercice proposé par la Drees sur la « démographie infirmière à l’horizon 2030 » ne vaut pas tant par ses résultats que par ses présupposés. Ses deux auteures avertissent d’emblée des limites de leur « scénario tendanciel », basé sur l’hypothèse que le comportement infirmier comme la « décision publique » resteront inchangés. Sur le « comportement infirmier », les études manquent tellement qu’il est plus prudent de n’en rien dire ! Quant à la « décision publique », si on admet l’idée répandue qu’il faut réduire les déficits publics donc diminuer les dépenses à la charge de l’État, le scénario se fragilise.

C’est d’ailleurs ce que suggèrent les deux auteures, en pointant la possibilité de « restrictions de postes salariés » et les « éventuelles difficultés de financement et problèmes de solvabilisation de l’offre infirmière ». On notera également l’impasse faite sur les conséquences de la réforme des retraites et l’erreur d’appréciation qui semble exister sur celles du droit d’option : il semble que moins d’infirmières que prévu aient choisi la catégorie A, même celles de moins de 50 ans. Mais cela reste à confirmer et l’impact sur le principal résultat sera assez limité.

C’est en effet l’augmentation considérable du nombre d’infirmières qui frappe d’abord : plus 37 %, bien plus que celle de la population générale (plus 12 %). Si les auteures retiennent malgré tout le « scénario tendanciel », c’est vraisemblablement parce que pour elles, ce résultat ne devrait pas être fondamentalement changé : comme elles l’écrivent en introduction de leur travail, le besoin en infirmières « risque » d’augmenter inéluctablement du fait du vieillissement de la population et de la baisse de la démographie médicale.

Pourtant, les démographes et les économistes s’échinent depuis 30 ans à montrer que le vieillissement n’est qu’un problème à la marge et des résultats récents de la Drees laissent penser que le problème n’est pas tant le nombre de médecins que leur répartition.

Mais admettons ! Il reste alors deux hypothèses implicites, que quasiment personne ne discute en France : le système de soins reste hospitalo-centré (voir par exemple cette quinzaine : Programmes d'éducation thérapeutique autorisés : les trois quarts sont portés par des hôpitaux) et la nature des soins reste inchangée. Les deux sont liées : il suffit de songer à l’augmentation des prises en charge ambulatoires de pathologies chroniques, avec des hospitalisations de plus en plus courtes mais de plus en plus technicisées, que ce soit dans le domaine diagnostique ou thérapeutique (les dispositifs médicaux et chirurgicaux sont actuellement plus innovants que le secteur des médicaments). Il apparaît alors que la véritable question n’est pas de compter les infirmières, mais d’envisager leurs modes d’exercice futurs (voir par exemple : Le transport de patients en état critique pourrait être délégué à des infirmiers spécialisés).

Sur ce point, comment ne pas songer au sarcasme des manifestants de mai 68 : « dorénavant tout sera comme d’habitude » ? Ainsi, est on sûr que l’augmentation prévue du nombre des libérales sera suffisante ? et que la stagnation de la proportion des salariées hors hôpital (infirmières scolaires, de santé au travail, etc, et même en établissements pour personnes âgées !) soit une bonne façon de préparer l’avenir ?

Le développement d’Infirmiers.com nécessite que son rédacteur en chef y travaille désormais à plein temps... Je quitte donc ma fonction actuelle : cet édito est le dernier que je signe. Mais je continue de collaborer avec le site et me réjouis de l’arrivée de Bernadette Fabregas, qui assume désormais le poste.Serge CANNASSE Rédacteur en chef IZEOS serge.cannasse@izeos.com

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

77 commentaires

#3

Chic ! une infirmière !

Bistouquette ! rassurez vous ! Bernadette est infirmière de formation. Mais comme elle ne peut pas à la fois être rédactrice en chef et être sur le terrain, vous aurez de magnifiques raisons pour râler ! ouf ! Au passage, merci de me donner du Docteur, ça faisait longtemps : ça facilite sans doute les coopérations interprofessionnelles dans un esprit constructif au service du patient :-)

en ce qui concerne la copie des autres articles, il me semble vous avoir déjà donné une petite leçon de journalisme, mais il est vrai que vous préférez les donner plutôt que de les recevoir. Je serais quand même curieux de savoir où j'ai pu copier le début d'analyse proposé dans cet édito ...

Et puisque nous parlons de copier, deux n à Cannasse, svp, mon papa y tient beaucoup et je suis un bon fils.

enfin, je vous incite à lire les articles rendant compte du travail des auteures de la Drees, dont je peux contester quelques présupposés politiques, mais certainement pas le sérieux scientifique : une bonne partie de leur document de travail préparatoire à leur publication est consacré à ce problème de recueil de données, dont j'ai d'ailleurs rendu compte sur ce site (merci de me signaler où j'ai copié le compte-rendu de leurs précautions méthodologiques, dont j'ai l'impression d'être le seul à avoir parlé). Mais il est vrai que leur but est de faire avancer la connaissance, ce qui n'est pas simple, et non d'éclairer l'humanité reconnaissante sur le chemin de l'émancipation glorieuse.

Je vous souhaiterais bien "bonne route" moi aussi, mais j'ai le sentiment que vous faites du sur-place : comme je n'ai pas l'intention de vous déranger plus longtemps...

Bistouquette

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#2

Mr Canasse s'en va...

Hé bah bonne route Docteur.

Puisse la nouvelle rédactrice être infirmière et moins recopier les articles pondus par vos confrères des autres sites.
Avis perso, mais partagé.
PS: Infirmiers.com se développe... on peut en savoir plus ?

Enfin, par rapport à votre article, cela a déjà été dit mais redisons-le: ce rapport est basé sur le fichier ADELI. Le même qui a reçu 50% de retours "n'existe plus - n'exerce plus ici" à l'Ordre. Donc bon...

seringuelectrique

Avatar de l'utilisateur

122 commentaires

#1

beaucoup d'incertitudes ...

cet article est basé sur beaucoup d'incertitudes relatives à l'avenir de la profession infirmière et pour résumer mon sentiment : ce n'est pas avec la politique passée - suivie depuis des dizaines d'années et par les gouvernements de droite et de gauche - et celle du présent - avec les "misères infirmières" que nous supportons depuis 2 ou 3 ans que nous pourrons continuer à participer au bien être d'une population toujours plus demandeuse avec toujours moins de moyens ...