INFOS ET ACTUALITES

« Les infirmières ne seront pas oubliées... »

par .

Cet article fait partie du dossier :

Salon infirmier

    Précédent Suivant

Un Salon infirmier 2013 qui se termine, une profession toujours en attente d'actions concrètes, des dossiers en négociation, des groupes de travail ministériels qui tardent à rendre leurs conclusions, une ministre de la santé qui tente de « rassurer » les professionnels infirmiers... Bref, l'impression de voir toujours le même film et d'entendre toujours la même bande-son...

Salon infirmier 2013 Marisol Touraine IBODE

Marisol Touraine très enthousiaste sur le stand des IBODE

Les années se suivent et se ressemblent... L'édition 2013 du Salon infirmier, la 26e du nom, se termine aujourd'hui Porte de Versailles à Paris. Trois jours de rencontres (surtout avec les exposants...), de conférences et ateliers multiples, pour des visiteurs certes nombreux, mais qui paraissent sans entrain et sans illusion sur ce qui fait le cœur de leur métier. Ceci dit comment pourrait-il en être autrement ? Les mêmes sujets, récurrents, voire aggravés, d'une année sur l'autre, demeurent : conditions de travail, violence, épuisement professionnel, pénibilité,  universitarisation de la formation initiale, réingénierie des spécialités infirmières, filière doctorale en sciences infirmières, Ordre infirmier... Les étudiants en soins infirmiers ne sont pas en reste, eux qui n'ont de cesse de dénoncer leurs mauvaises conditions d'études : paupérisation, réforme à évaluer, incompréhension des professionnels, souffrance en stage... et qui peinent encore cette année à trouver un premier emploi une fois le DE en poche...

Rappelons également qu'à la veille du Salon, le 15 octobre dernier, 7 syndicats et associations professionnelles interpellaient le gouvernement pour que justice soit rendue à l’ensemble de notre filière dans le but d’obtenir une réelle reconnaissance du rôle et de la place des infirmières dans le système de santé français, d’améliorer les conditions de vie des professionnels de la filière tous grades et spécialités confondus, de défendre leurs droits et leurs intérêts moraux, tant collectifs qu’individuels. A la veille du Salon infirmier 2012, ils avaient mené, dans les mêmes termes, la même initiative... Et depuis ? 

  • Karina Durand, présidente de la FNESI, argumente auprès de Marisol Touraine

    Salon infirmier 2013 Marisol Touraine FNESI
  • Sébastien Colson, président de l'ANPDE, inquiet de la fermeture du centre de formation des Yvelines

    Salon infirmier 2013 Marisol Touraine ANPDE

Une ministre en « déambulation »...

La visite au Salon infirmier de Marisol Touraine, le jeudi 17 octobre, avec sa déambulation (selon ses termes) habituelle à travers les différents stands et la rencontre avec les associations et syndicats professionnels est, toutes les années, un moment très attendu de tous... Chacun y va de son petit argument, remise de documentation à la clé, et de la photo qui immortalisera ce joli moment... Soulignons - et c'est tout de même assez perturbant pour ne pas dire plus - que nombre de professionnels ou d'étudiants croisés dans les allées à ce moment-là levaient à peine la tête, ne sachant pas qui était « cette dame » en visite... certains ne connaissant même pas son nom...

Coordination nationale infirmière, association des puéricultrices, des Ibodes, infirmiers de sapeurs-pompiers, CGT, Fédération des étudiants en soins infirmiers...et d'autres, ont donc bénéficié, l'espace de quelques minutes, de l'attention de leur ministre de  tutelle et ils s'en sont réjouis... Observons tout de même qu'à l'approche du stand de l'Ordre national des infirmiers, Marisol Touraine a tourné la tête, ne saluant même pas les membres de l'ONI présents et notamment son Président...

Un discours qui se veut « rassurant » dans l'Agora

Invitée à la tribune de l'Agora pour un bref discours d'une dizaine de minutes, s'adressant aux infirmiers, la ministre a souligné d'emblée son plaisir d'être là et de constater combien ce Salon Infirmier était une référence professionnelle dans notre pays, saluant toutes celles et ceux qui se sont engagés ou se préparent avec enthousiasme et attentes à ce métier infirmier. Et effectivement les attentes sont nombreuses.

Marisol Touraine a donc souhaiter rassurer la profession sur sa place au sein de la Stratégie nationale de Santé annoncée en septembre dernier Je veux ici réaffirmer que vous êtes des acteurs à part entière dans cette politique de santé, soulignant notamment le rôle tenu par les infirmières en matière de prévention et argumentant sur l'idée du nécessaire travail en coopération autour du patient. Ainsi, la question des protocoles de coopération entre professionnels de santé qui supposent délégation de tâches et transferts de compétences, passera un conseil des financeurs en 2014, chargé d'évaluer les aspects économiques des projets. La ministre souhaite avancer avec pragmatisme sur ce dossier, en lien avec les ARS, pour avoir une vision juste des programmes qui ont fonctionné.

  • Nathalie Depoire, présidente de la CNI, revient sur la question des conditions de travail

    Marisol Touraine salon infirmier 2013 CNI
  • Sur le stand des IBODE, Marisol Touraine signe le livre d'or

    Salon infirmier 2013 Marisol Touraine IBODE livre d'or

Concernant l'évolution - très attendue - des formations d'infirmier de bloc et de puériculture, Marisol Touraine a rappelé brièvement que le processus lancé avec le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche « devrait aboutir dans les prochaines semaines. Elle a également évoqué son souhait de voir se développer de nouveaux métiers infirmiers, notamment celui de clinicien...

C'est cependant sur le registre de la formation, et de sa volonté de poursuivre le processus LMD pour les infirmières que Marisol Touraine a surpris, évoquant le travail mené avec Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, pour mettre en place une licence santé, un socle commun de formation  visant à rapprocher les différents parcours professionnels. Son souhait : que les futurs professionnels puissent s'occuper en toute cohérence des mêmes patients... La ministre n'a cependant pas précisé quelles professions pourraient être concernées... et certains y voient déjà une perte potentielle d'une filière infirmière spécifique revendiquée pourtant comme essentielle... Les 7 signataires 1 de la lettre au Gouvernement précédant le salon infirmier ainsi que l'Académie des Sciences Infirmières, viennent de réagir dans un nouveau communiqué commun disant ceci : "Depuis plusieurs années, la profession infirmière propose et demande la création d’une Licence en Sciences Infirmières adossée à une filière en Sciences Infirmières. Ces propositions s’inscrivent en cohérence avec le protocole européen d’harmonisation des formations et diplômes « LMD ». Les organisations signataires seront attentives aux annonces de la Ministre de la Santé concernant notamment l’évolution des formations IBODE et Puéricultrices ainsi que la création de nouveaux métiers. Elles seront donc très vigilantes aux suites données au très attendu rapport de l’IGAS et IGAENR 2."

La ministre a également reconnu que les conditions de travail pouvaient être parfois délétères et éprouvantes et que les situations de tension et de violence dans les service de soins n'étaient pas acceptables. Elle a rappelé l'importance des dépôts de plainte systématiques en cas d'incident et valorisé le pacte de confiance qui vise à améliorer le dialogue social, dégager des crédits et fonds utiles pour des actions ciblées (choix de matériel, formations...).

La question de la pénibilité dans le cadre de la réforme des retraites en cours de discussion au Parlement a également été évoquée. Marisol Touraine, rappelant avoir été interpellé par les organisations syndicales à ce sujet, a souligné que des adaptations pourraient être discutées pour transcrire chez les fonctionnaires des dispositions contenues dans le projet de loi... Rappelons qu'une pétition lancée par le syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) circule en ce moment activement.

Enfin, et parce que la question de l'Ordre national des infirmiers (ONI) est toujours d'actualité, Marisol Touraine a rappelé qu'elle attendait les conclusions des travaux menés à ce sujet depuis janvier 2013 par le groupe socialiste de l'Assemblée nationale. Nous souhaitons avancer rapidement sur le sujet et, en tout état de cause, faire preuve de vigilance sur la nécessaire continuité des missions de service public qui incombent aujourd'hui à l'ordre a-t-elle conclu...

On le voit, d'une année sur l'autre, les mêmes dossiers demeurent... et la profession infirmière, mise particulièrement cet été à l'épreuve de la violence est toujours à l'épreuve de la patience... Bref, au registre des paroles et des actes, on voudrait un peu moins de paroles et un peu plus d'actes...

Notes

  1. Les associations AIEBO, ANPDE, CEEPAME, UNAIBODE et les syndicats CNI, SNIA et SNICS.
  2. Le gouvernement a chargé fin 2012, les Inspections générales des affaires sociales (Igas) et des Affaires de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) d’une réflexion sur le modèle d’universitarisation des formations paramédicales. Les conclusions sont à ce jour toujours en attente.
Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Salon infirmier

Commentaires (18)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

496 commentaires

#18

Obligation.

Rody 78, tu as eu le choix de ne pas te syndiquer, car cela ne te correspondait pas, cela est respecté ; qu'on laisse donc aux infirmiers la possibilité, ou non, de s’inscrire à l'ordre, au lieu de les y obliger : celui-ci étant essentiel pour la profession, composé d'élites à la pédagogie aiguisée, qui pourrait y résister ?
Quant au discours pro-ordre, même édulcoré, il est toujours aussi insipide...

loulic

Avatar de l'utilisateur

257 commentaires

#17

Valeurs ?

Et c'est quoi donc ces fameuses "valeurs" ? Je ne suis pas "avant tout" un infirmier. Le temps des nonnes est révolu.


Concernant l'ordre, il ne s'agit pas de rancoeur ou je ne sais quoi.

L'ordre de par son fonctionnement est obsolete et inapte à representer les infirmiers auprès de qui que ce soit. D'ailleurs nos tutelles se pssent allegrement des ordres quand ceux ci ne vont pas dans leur sens.

Les six années écoulées nous ont montré que non seulement les dirigeants de cet ordre se contre foutaient des infirmiers et de la profession, mais qu'en plus ils ont verrouillés leurs postes.


Un ordre ne sert non seulement à rien, mais en plus ses chambres disciplinaires sont des nuisances pour les professionnels et la profession.


Tu ne trompe personne avec ton petit jeu du ni-ni alors que tu reprends ad nauseam et mot pour mot la prose ordinale. Si au moins tu assumais ta position ça aurait un peu de panache.

Mais il est clair que même à l'agonie, cet ordre se complait dans l'indignité et l'obscurantisme.

rody78

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#16

réponse à loulic suite

profession sans être syndiqué. Car avec ce type d'ouverture d'esprit que cela vienne des syndicats ou de l'ordre cela ne nous donne aucune envie de participer à une commission ordinale ou s'inscrire à une section syndicale.
N'oublions pas que nous sommes avant tout des infirmiers donc avant de mettre en avant nos intérêts partisans discutons comme des collègues avec les valeurs qui caractérisent notre profession.

rody78

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#15

reponse à loulic

Cher loulic

J'aime beaucoup ton message, je n'ai aucun intérêt à défendre l'un ou l'autre ni l'ordre ni les syndicats n'ont à mon sens aujourd'hui contribué à faire avancer les choses, je ne suis ni pro-ordre ni syndiqué, j'ai failli me syndiquer il y a peu j'ai contacté un syndicat idel je suis libéral, lorsque la personne à commencer à me dire vous faites bien de venir chez nous parce que les autres ils sont moins moins eh bien j'ai pas signé, je ne conçois pas la collaboration de cette façon là. Je suppose que tu dois être syndiqué et que tu défends ta paroisse quoi de plus normal. moi, je ne défends rien comme tu le prétends c'est juste un ras le bol de vos gué guerres entre les pro-odre et ceux qui veulent le voir être anéanti. La question que je me pose c'est qu'est ce que nous y gagnons nous les IDE et les patients. Je disais que je payais ma cotisation par respect de la loi et non pas par conviction, tu sais peut être que les idel sont obligés d'être inscrits à l'ordre et cela est exigé par l'ARS lors de l'installation en Aquitaine.
Ton message me laisse à penser que la rancœur qu'il existe entre les pro et les contre est si grande qu'on arrivera pas à vous faire bosser ensemble, en attendant sur le terrain on attend pas l'ordre ou les syndicats pour réfléchir à nos pratiques et aux bénéfices à apporter à nos patients. En ayant ces comportements membres ordinaux et syndiqués vous nous ne nous donnez pas envie de rejoindre vos mouvements. J'ai juste envie que ma profession avance, que lui soit donné la place qu'elle mérite, de gens professionnels capables de concertation et non pas de chiffonniers qui se battent pour un bout de gras qui semble bien loin de l'intérêt de leurs collègues et des patients. Les soins infirmiers se construisent au quotidien avec des valeurs que sont le dialogue le respect passant par une écoute active de l'autre. Un jour il n'y aura peut être plus d'ordre et alors on continuera à soigner comme nous continuerons à défendre notre

loulic

Avatar de l'utilisateur

257 commentaires

#14

A qui profite l'ordre ?

Cher Rody, quel est l'intérêt CONCRET d'un ordre pour notre profession ?

Question subsidiaire, qu'a fait l'ordre depuis sa création pour les professionnels et la profession ? L'ordre est en place depuis 2007 rappelons le, qu'a t'il produit depuis ?


Par ailleurs, il est douteux de croire que 80 % de la profession soit suffisamment influencé par les syndicats pour être "intoxiqués".

Ne t'en déplaise les infirmiers ne voient simplement aucun intérêt à l'ordre. Ordre qui le leur rend bien puisque l'ordre ne communique pas envers eux et les ignore superbement.



Au final, c'est bien joli à toi de faire comme si tu étais neutre alors que ton discours transpire les inepties ordinales que vous nous répétez à l'envie depuis si longtemps.

rody78

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#13

suite a qui fait peur l'ordre infirmier?

Alors que fait-on de cet ordre, un défouloir de nos frustrations lui reprochant tout ce qu'il fait, le condamnant d'avance donc quoi qu'il fasse il ne fera jamais ce que l'on attend de lui. On lui permet de travailler dans un climat serein? On le restructure et on en fait un ordre des infirmiers libéraux ? On supprime l'instance ordinale départementale pour n'en garder que la régionale? On le met sous tutelle pour une liquidation judiciaire? Et après on fait quoi? On continue à soutenir la pléthore de syndicats infirmiers pour défendre notre profession? Ils n'ont jamais réussi à se mettre d'accord, vont-ils y arriver si l'on supprime l'ordre? Parce que pour peser face à la ministre il faudrait peut être lui montrer notre union et notre détermination à défendre et à faire évoluer notre profession! Nous en sommes loin! Donc, je continue à faire mon job à le promouvoir auprès de mes patients, à le valoriser car c'est un superbe métier. Mais de grâce épargnez nous vos guerres de pouvoir car au bout de la chaîne il y a un patient et plus les infirmiers nous seront compétents et mieux il sera soigné.
Je ne suis ni syndiqué ni pro-ordre et pourtant je paye ma cotisation depuis 2009 parce que je respecte la loi c'est tout!

rody78

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#12

A qui fait peur l'ordre infirmier?

Je suis agacé d'entendre depuis des années cette satanée guéguerre entre les pro-ordre et ceux qui souhaitent sa disparition.
Premièrement: N'en déplaise à tout le monde c'est une loi qui l'a promulgué donc si l'on se dit républicain on respecte la droit, la France est un état de droit me semble t-il!
Depuis le début avant même que l'ordre soit crée j'étais au début de ma carrière en 2005 et un syndicaliste me disait déjà il ne faut pas adhérer à l'ordre parce qu'ils ne défendront pas tes intérêts nous les syndicats oui nous sommes des structures qui existent depuis longtemps nous sommes connus etc et bla bla...
Donc, j'ai remarqué qu'il y a une guerre entre les syndicats et l'ordre. Il me semble que les syndicats défendent les intérêts d'un travailleur, respect du code du travail, des conditions de travail, amélioration de ces mêmes conditions non? Il ne me semble pas qu'un ordre est le même rôle, qui pour moi est plus une instance qui réglemente, qui fait évoluer une profession et qui en même temps sert de garde-fou contre les mauvais professionnels, elle a donc le pouvoir de sanctionner ou pas d'ailleurs. Je me demande pour quoi cette guerre? Il faudra que l'on m'explique de quels jeux de pouvoir il s'agit encore.
Cependant ce qui est néfaste c'est que beaucoup d'infirmiers ne ce sont pas inscrits à l'ordre conseillés par des syndiqués de manière officieuse voire officielle. Il était évident que pour que cet ordre puisse fonctionner il fallait l'adhésion de la grande majorité des IDE. Après c'est sur qu'il est plus que contestable et surtout regrettable de ce que l'ordre a pu produire mais nonobstant lui a t-on laissé la possibilité de travailler correctement? Et pas que d'un point de vue financier, mais sur un terrain de sérénité?
Si l'on part du principe de la mauvaise foi de certains syndicats qui veulent la suppression pure et simple de l'ordre, les autres qui souhaitent qu'il se casse la figure sans jamais le dire que par des bruits de couloir,

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#11

jolie fuite

Pour invectiver une journaliste évoquant le désintérêt ministeriel a propos de son jouet, il y a l'inspecteur et ses photos.
Mais dès qu'on lui demande de justifier l'opacité des élections, la vente des meubles par un croi, ça se victimise pour mieux fuir...
En même temps, même pour le plus fidèle serviteur, difficile de défendre cet ordre.
Ami Emmanuel, je ne suis pas adherent à resilience, je suis syndiqué ailleurs et contrairement à toi, je n'ai aucun benefice personnel dans cette histoire.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

496 commentaires

#10

Il continue ?

Et il se représente M. Boularand ? Ou bien est-ce si honteux de dire qu'on aime ça ? En tout cas, à part venir essayer de dénigrer Résilience, pas grand chose à dire...
Nous sommes dans notre rôle de taper sur l'ordre, mais vous, les représentants de la profession, ne devriez-vous pas prendre un peu de hauteur ? Encore faudrait-il pouvoir s'élever ?

loulic

Avatar de l'utilisateur

257 commentaires

#9

détail :

je ne suis pas résilient, mais si ça peut vous rassurer de le croire ...

loulic

Avatar de l'utilisateur

257 commentaires

#8

Cher inspecteur ...

Plutôt que de vous voir venir pleurer sur les vilains journalistes ou insulter la ministre parce qu'elle ne vous soutient pas (encore une, décidément vous n'avez pas de chance), on aurait préféré vous entendre parler des élections qui verront s'affronter encore une fois des gens aux affaires depuis la création de l'ordre.

Bien que le spectacle d'un combat à mort entre leboeuf, borniche, et amouroux ne soit pas pour me déplaire, on voudrait savoir ce que vous pensez de l'opacité absolue qui regne sur ces éléctions dont vous ne sortirez assurément qu'un peu plus ridicule.

Peut on imaginer vous voir un jour venir à la rencontre de ce que vous prétendez représenter ou avez vous trop peur de voir des patients en vrai (des patients, vous vous rappelez ? je suis sûr que même vous un jour vous en avez vu !) ?


Puisque vous êtes là, peut être pouvez vous nous parler du bilans de l'ordre ?

Aucune mission remplie depuis sa création.
Aucun chiffre fiable sur les inscrits, et encore moins sur les cotisants.

Plus de 80 millions de passif pour 0 production.


Alors inspecteur, serez vous un peu disert sur vos fantastiques résultats que sur vos menaces répétées ?

emmanuel boularand

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#7

toujours aussi.....

seulement 2 résilients cachés derrière de jolis pseudos pour m'invectiver...tout se perd, sauf moi en vains échanges à votre encontre.
je vous souhaite malgré cela un confraternel bonsoir.

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#6

Ah, l'inspecteur Boularand

qui devrait plutôt enquêter sur le CROi Franche Comté qui en est à vendre ses meubles, plutôt que de clamer ici que tout va bien pour son ordre.
Borniche est tout autant en campagne que la ministre, les élections ordinales ayant lieu dans 20 jours. sauf que niveau opacité, l'ordre n'a rien à envier aux républiques bananières. la ministre est peut être aussi agacée de voir l'ordre manipuler les chiffres (cf les propos ministériels), menacer les infirmiers puis venir lui pleurer un décret pour que ses élus continuent de s'auto proclamer.

Et dire que certains osent croire en cet ordre, plus de 80 millions mis en l'air, pour quel résultat?

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

496 commentaires

#5

A propos d'élections ?

A propos d'élections M. Boularand, comment se fait-il que votre sinistre organisation n'en parle plus au point qu'on peut se demander si elles auront lieu un jour ? Et la cotisation, quel en sera le montant, vous devriez le savoir, n'étiez-vous pas à la petite réunion au Conseil d'État ? Quant à la poignée de mains que vous évoquez, véritablement, on s'en contrefout !

emmanuel boularand

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#4

grand écart...en vue des municipales?

dans moins de 4 mois , européennes et municipales....
les politiques de tous bords deviennent subitement attentistes aux problèmes de la profession...pour nous oublier par la suite..
elle s'est certes arrêtée aux stands syndicaux (à tous , toutes tendances)mais dès que le sujet de la pénibilité a été avancé, la fin de la visite s'est déclarée...attentive mais pas trop.depuis que je suis infirmier, les promesses envers la profession , promesses de tous bords , n'ont jamais tant fleuries qu'en période électorale, pour faner plus vite qu'au cimetière dès le lendemain des urnes..si vous préferez y voir un signe...nous en reparlerons peut-être un jour...ou pas.

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

259 commentaires

#3

Le grand écart ou l'impolitesse ministérielle...

Pour moi, il s'agissait juste de souligner une attitude qui relevait de l'impolitesse... Marisol Touraine s'est tout de même arrêtée plusieurs minutes sur le stand de la CGT ...juste avant ! C'est un peu le grand écart, non ?

emmanuel boularand

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#2

ah la politique

la Ministre ne s'est pas arrêtée au stand ordinal..
celà aurait été pour elle un geste politique non correct..
mais elle a adressé un grand sourire au président de l'ordre , Didier BORNICHE, quand ils ont échangé une solide poignée de mains...
photos sur demande...
comme quoi même les journalistes devraient vérifier leurs sources..
et de plus, si elle avait détourné la tête en passant devant le stand, elle se serait pris le mur d'en face...elle s'est contentée de la garder droite , ni a gauche , ni a droite....
la présence et le constat en direct évite de sortir des âneries..

cordiales salutations aux nombreux visiteurs qui ont honorés l'ordre de leur visite.

furiousnurse

Avatar de l'utilisateur

32 commentaires

#1

oni non grata

Même notre ministre de tutelle detourne la tête en voyant l ordre.
L'ordre valorise bien notre profession et nous représente bien. ....normal ils sont en train de se réélire entre eux en mode démocratie inversée.
Collègues réveillez vous ! Faisons cesser cette mascarade, sus à l'ordre !