AU COEUR DU METIER

« Notre avenir nous appartient » : 2'37 de bonheur !

Cet article fait partie du dossier :

Histoire de la profession

    Précédent Suivant

Par les temps qui courent et à l'heure où la profession infirmière reste en quête d'identité, en proie au doute et au découragement, ce travail très virtuose de Clémence Durand, jeune étudiante en soins infirmiers - elle l'était en 2012 lorsqu'elle a réalisé cette vidéo - éclate comme une vérité qu'il est bon de rappeler avec toujours plus de fermeté et d'enthousiasme - oui osons l'enthousiasme ! - : la profession n'a cessé d'avancer avec toujours le même désir d'affirmer une identité forte... ; un désir à perpétuer coûte que coûte car il en va de son avenir ! A partager sans aucune modération, toutes générations d'infirmier(e)s confondues...

La jeune étudiante en soins infirmiers pose la question suivante : « Prêt à continuer de construire notre identité professionnelle ? » La réponse s'inscrit en conclusion : « Notre avenir nous appartient ».

Cela commence par une citation du Code la Santé publique : Est considérée comme exerçant la profession d'infirmière ou d'infirmier toute personne qui donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. L'infirmière ou l'infirmier participe à différentes actions, notamment en matière de prévention, d'éducation de la santé et de formation ou d'encadrement. C'est ensuite le visage de la « Nurse Jackie », excellente série américaine sur le quotidien d'une infirmière au sein des Urgences d'un hôpital new-yorkais, qui apparaît en distillant quelques mots clés : contact humain, compétences, formation, empathie...

Un message interrompt les quelques scènes proposées : Mais cette reconnaissance n'a pas toujours été acquise et les soins pas toujours aussi évolués... Où sommes-nous ? L'intitulé de la vidéo disponible sur youtube « L'identité infirmière » nous guide et on a envie d'aller au bout des 2 minutes 37 qui s'inscrivent sur l'écran. On poursuit le voyage avec un retour aux sources, le temps des premières guérisseuses, sorcières brûlées sur le bûcher...

Il ne faut jamais oublier d'où l'on vient et que cette cohérence du passé construit notre engagement quotidien et celui des générations à venir.

Les extraits cinématographiques se succèdent et les images, toujours bien choisies, nous emportent... Nous voici maintenant au Moyen-Age où le christianisme permet de prendre en soins les plus faibles, les sœurs sont des soignantes bénévoles... 1789, l'heure de la Révolution sonne, la laïcité est loi dans les hôpitaux, les sœurs ne sont plus que « gardes-malades » aux côtés de premières infirmières... Et voilà qu'à l'occasion de la guerre de Crimée, en 1853, la figure emblématique de Florence Nightingale donne aux hôpitaux « mouroirs » un regain d'humanité au travers d'une organisation des soins exemplaires... elle s'affrontera au médecin-chef : « ici, dans mon hôpital, vous n'êtes responsable de rien si ce n'est de votre linge personnel »... Elle ne faillira pas et l'histoire continuera avec, dans son sillage, la première école d'infirmière ouverte pas la Croix Rouge en 1878, puis celles de la Pitié et de Bicêtre...

Et toujours les images de films qui donnent à cette fiction une couleur bien réaliste. Les étudiantes sont des jeunes filles de bonnes familles mais l'arrivée de Léonie Chaptal va donner à l'identité infirmière ses premières lettres de noblesse... et les compétences reconnues qui vont avec : 1922 : Brevet de capacités professionnelles, 1942 : Diplôme d'Etat infirmier, 1978 : autonomie par la reconnaissance du rôle propre...

La profession n'a cessé d'avancer avec toujours le même désir d'affirmer une identité forte...

Le grand mouvement infirmier de 1988 jette les infirmières dans la rue, elles donnent enfin à voir leur volonté de reconnaissance et de valorisation... Retour à la réalité par des images bien actuelles d'exercice infirmier. La vidéo s'arrête sur la question suivante Prêt à continuer de construire notre identité professionnelle ? La réponse s'inscrit en conclusion : Notre avenir nous appartient.

Par les temps qui courent, cette vidéo virtuose qui dit l'essentiel d'un métier malmené, nous offre un retour vers le passé bien salutaire qui souligne que la profession infirmière est en perpétuel devenir... Je salue l'auteur mystérieux « Miden Prod » de ce « travail de mémoire » qui n'est autre, après enquête, qu'une étudiante en soins infirmiers de 2e année à l'Ifsi de la Pitié-Salpêtrière*, Clémence Durand1, qui en 2'37 de bonheur – on peut le dire – rappelle qu'il ne faut jamais oublier d'où l'on vient et que cette cohérence du passé construit notre engagement quotidien et celui des générations à venir.

Chapeau et merci ! Ce travail a d'ailleurs été mis à l'honneur lors du 13e Congrès européen francophone des infirmier(e)s clinicien(ne)s, consultant(e)s et de pratique avancée organisé par l’Anfiide les 1 et 2 octobre 2015 en Avignon pour rappeler que c'est à la profession infirmière d'écrire son histoire !

Découvrez maintenant la vidéo « L'identité infirmière »

Note

  1. Clémence Durand a réalisé cette vidéo fin février 2012 en illustration d'un exposé sur l'Identité Infirmière et son historique, dans l'UE 3.3 : Rôles Infirmiers, Organisation du Travail et Interprofessionnalité.
Creative Commons License

Rédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Histoire de la profession

Publicité

Commentaires (5)

catou81

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

Reportage Bluffant

Félicitations pour ce magnifique reportage ! Merci de l' avoir partagé avec la communauté infirmière

melsch

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

Ouahhh !

Tout simplement bravo ...
Beau montage et belles références !

ok123456

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

bravo!!

Juste "bravo", très beau montage...

batonderéglisse

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#2

Superbe Vidéo

Bluffant..

Bravo à la jeune réalisatrice ..

il ne manque plus que l'exposé.. qui à cout sur devrait être intéressant.