INFOS ET ACTUALITES

A lire - Si l’infirmière m’était contée...

Cet article fait partie du dossier :

Livres de la rédaction

Vous aurez plaisir comme moi à découvrir l’hommage vibrant du journaliste Philippe Duley aux infirmières. Son ouvrage en témoigne, au fil des belles pages qu’il leur consacre, « elles le valent bien » ! Messieurs les infirmiers n’en prenez pas ombrage, le propos se veut exclusivement féminin... et pour cause...

la vrai histoire des infirmieres de philippe duley« Elles sont si fascinantes que tous les arts, tous les médias se sont emparés de leur image. Un fantasme, l’infirmière ? Une héroïne romanesque, une silhouette de cinéma, un sourire de télévision... oui, tout cela à la fois. Mais ces professionnelles reconnues et aimées par 90 % des habitants de la planète sont avant tout un modèle pour chacun d’entre nous ». Voici ce que nous explique d’emblée le journaliste Philippe Duley dans « La vraie histoire des infirmières », paru le 15 juin 2012 aux Éditions Chronique, un livre qui retrace la saga des blouses blanches au fil du temps et de l’histoire et qui sonne comme un hommage vibrant à leur égard. La construction de l’ouvrage est originale, notamment par l’utilisation de l’image, véritable fil conducteur des quelques 144 pages proposées, richement illustrées, où le propos lui-même est traité de façon inédite : l’infirmière et le cinéma, l’infirmière et la littérature, l’infirmière glamour, l’infirmière sujet photo...

Servir en se professionnalisant...

Le premier chapitre intitulé « Le travail bien fait » propose un focus très réaliste sur ce qu’est le métier aujourd’hui fait d’humanité, de disponibilité, d’expertise, d’écoute, mais avec une charge de travail et une dégradation des conditions d’exercice qui font peser un risque dangereux sur le métier de soignant.

Le propos de l’ouvrage est cohérent avec toujours la même finalité, magnifier la vraie - et grande histoire - des infirmières. « Il en faudra des siècles pour que la servante dévouée, la dame charitable et pieuse qui consacre sa vie à ceux qui souffrent et gagne ainsi son paradis, fasse place à la professionnelle dûment diplômée, fière à juste titre de son savoir-faire et de ses compétences » écrit Philippe Duley. En effet, soigner a toujours été une préoccupation ancestrale et on réalise le chemin parcouru depuis la préhistoire en passant par l’Égypte ancienne, la Grèce, l’Italie, la France au Moyen-Age et l’évolution observée du soin et de ceux et celles qui le servent... Plus tard, d’autres figures emblématiques marqueront leur temps : Florence Nigthtingale et son apport fondateur pour la profession, Léonie Chaptal qui ouvrira sa propre école en 1905 en défendant l’idée que « la maladie est la science du médecin, la connaissance du malade relève de la compréhension de l’infirmière », Geneviève de Galard, affectée en 1953 en Indochine et qui plongera dans l’enfer de Diên Biên Phu... Autre intérêt à souligner, un chapitre entier est consacré à « La grande guerre des blouses blanches » où « face au déchaînement de brutalité virile, l’infirmière s’affirme, encore et toujours, du côté de la vie ».

Un fantasme, l’infirmière ? Une héroïne romanesque, une silhouette de cinéma, un sourire de télévision...

illustrations la vraie histoire des infirmieres philippe duley

L’infirmière, une « icône »...

L’auteur nous rappelle que « le 7e Art ne dédaigne pas de mettre en scène le quotidien quand il a quelque chose d’exceptionnel. Comment alors ne pas donner aux infirmières une place de premier plan ? La vie, l’amour, la mort... ». Belle et dévouée, sévère et perverse, l’infirmière émeut ou terrifie, fait pleurer et fait rire, « crève l’écran ». Les fictions « M.A.S.H », « Johnny got his gun », « Elephant Man », « Vol au dessus d’un nid de coucou », « Urgences », « La grande vadrouille », « Nurse Jackie », « Grey's Anatomy », nous proposent ainsi autant de figures d’infirmières emblématiques qui marquent les esprits... De la même façon, à la mode, sur papier glacé, sexy en diable, « l’infirmière fantasmée alimentera encore longtemps les délires créatifs de bien des artistes » souligne Philippe Duley qui poursuit son propos en rappelant combien les infirmières sont aussi « des filles très romanesques » puisque « les écrivains ne s’y sont pas trompés, quels que soient le genre ou l’ambition de leurs récit : elles sont magnifiques, attachantes, inoubliables... ». Héroïnes de la « Série Blanche » des éditions Harlequin, extravagantes nurses chez San Antonio, personnages récurrents du journal « Nous Deux »...

Pour se faire plaisir...

Vous l’aurez compris, de la grande à la petite histoire, de la réalité à la fiction, de l’adulation au fantasme, l’infirmière fascine et on ne peut que s’en réjouir. Philippe Duley le rappelle : « pourtant si admirables qu’elles soient, si redevables que nous soyons envers elles, aucun livre ne leur a jamais été consacré ». Voilà chose faite, et de belle manière ! Je ne saurai que trop vous recommander d’abord de vous l’offrir (auto-satisfaction oblige) puis, de le recommander largement autour de vous... Remercions enfin Philippe Dulay pour la rigueur et la fantaisie de son propos qui nous va droit au cœur.

Creative Commons License
Rédactrice en chef Infirmiers.com
bernadette.fabregas@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Livres de la rédaction

Publicité

Commentaires (5)

berlioz07

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#5

très beau livre !!

Ma mamie m'a offert ce livre pr Noël et honnêtement je l'ai trouvé original et sympathique à feuilleter (et à lire !) ;)

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

243 commentaires

#4

Et alors ?

Il s'agit d'histoire... Et les cornettes en font partie, non ? y compris dans la representation cinématographique du cinéma des années 40... Rien de choquant donc que d'avoir cette image en couverture...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

452 commentaires

#3

encore

une cornette ! enfin une coiffe...

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

243 commentaires

#2

Précisions à suivre....

Vous pouvez préciser votre question ? Merci

binoute1

Avatar de l'utilisateur

452 commentaires

#1

...

et la photo de couverture du livre, c'est un hommage aussi ?