INFOS ET ACTUALITES

Edito – Les soignants à l'épreuve des violences

par .

Depuis la mi-août 2013, les violences hospitalières – mais aussi en secteur libéral – se sont succédées à un rythme soutenu, voire infernal, dans l'hexagone. Marseille, Valenciennes, Bourgoin-Jallieu, Vénissieux, Rangueil, Saint-Denis...  une bien triste énumération qui met la communauté soignante en émoi et surtout en attente de solutions face à un climat d'insécurité croissant qui fait désormais partie de leur quotidien.

urgences

2013 : l'été de toutes les violences hospitalières

Ces violences sont inacceptables. On n’est pas là pour recevoir des coups !, dit une infirmière suite à l'agression d'une de ses consoeurs dans le service d'urgences de l'hôpital Rangueil, à Toulouse.

La violence fait désormais partie du quotidien des hôpitaux et ce de plus en plus... Depuis quelques semaines, chaque jour amène son lot de « faits » en la matière : dans les établissements de soins de Marseille, Valenciennes, Bourgoin-Jallieu, Vénissieux, Rangueil, Saint-Denis... Dernière information en date du 5 septembre une hypothétique « prise d'otage » avec séquestration d'infirmières à l'hôpital Nord de Marseille dans la nuit du 12 au 13 août 2013, passée sous silence...  L'AP-HM temporise, affirmant que dans cette affaire, les soignants n’ayant pas souhaité déposer plainte par crainte de représailles et en l’absence de flagrant délit (l’arme n’ayant pas été retrouvée sur le patient), il n’a pas été possible de saisir le procureur de la République. Aujourd'hui dans Libération, Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille déplore que les faits aient été volontairement exagérés pour créer un nouveau coup médiatique sur la violence à Marseille. Comprenne qui pourra...

Coups de poing, armes blanches et parfois pistolets (!) ont donc remplacé les « simples » agressions verbales et la communauté soignante, notamment dans les services d'urgences, travaille dans un climat d'insécurité angoissant qui vient bousculer ses valeurs professionnelles portées vers l'attention et le soin à l'autre.Gérald, l'infirmier marseillais agressé à l'arme blanche le 18 août 2013 l'affirmait sur notre page facebook : J'avoue que parfois, je ne suis pas le soignant parfait à...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

elhombredelamancha

Avatar de l'utilisateur

64 commentaires

#3

hum

"Depuis la mi-août 2013, les violences hospitalières – mais aussi en secteur libéral – se sont succédées à un rythme soutenu"

Alors qu en Juillet tout allait si bien...typiquement le genre d accroche qui fait décrocher dès la première ligne .

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

264 commentaires

#2

Un internaute algérien apporte son témoignage...

Le témoignage de Mohammed Bouklikha, cadre de santé en Algérie, reçu à la rédaction...
"Bonsoir, je vous remercie pour cet édito. Je vous donne mon point de vue sur la violence dans les hôpitaux et surtout aux urgences. Nous vivons en Algérie dans nos hôpitaux le même phénomène, surtout aux urgences, infirmiers et médecins agressés et violentés au quotidien. C'est bizarre mais c'est récent. Je suis cadre de santé et responsable des activités médicales et paramédicales au C H U de Tlemcen et je suis très souvent interpellé sur la violence aux urgences.
Alors, la présence policière aux niveau de ces services ne va pas dissuader ce phénomène, elle risque même de l'accentuer... Ce qu'on a fait chez nous : nous avons d'abord mis sous surveillance vidéo tous les accès internes et externes de ce service et nous surveillons à partir de nos bureaux tous les comportements des usagers et du personnel. Il faut dire que les infirmières et les autres acteurs dans ce service sont aussi parfois source de cet agression par leur réponse vis-à-vis des malades et accompagnateurs, mais cela ne justifie en aucun cas ces agressions.
Nous avons aussi engagé le service de médecine du travail à enquêter sur les conditions de travail, la surcharge la fatigue....
Ce que je vous propose aussi, c'est de faire une réflexion sur la responsabilité sociale des écoles de formations d'infirmières dans la qualité de la formation et des programmes enseignés, . Nous avons, il y a quelques mois, organisé un colloque international sur la responsabilité sociale des facultés de médecine alors pourquoi pas avec les écoles paramédicales, cela serait intéressant... .
Je vous remercie encore une fois, je suis un fidèle lecteur de votre site et j'ai participé en tant que communicant dans plusieurs entretiens de BICHAT, à Paris . Confraternellement."

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#1

Enquête ???

"L'Observatoire des violences envers les infirmières et infirmiers vient de réaliser une enquête sur le mal-être de la profession entre le 25 août et le 4 septembre 2013."

Alors là, trop fort l'ordre de Borniche : ne voilà-t-il pas qu'il a fait une enquête ? On aimerait donc savoir dans quelles conditions (@ ? téléphone ? Pigeons voyageurs ?), auprès de qui (les inscrits ? Les potes ?), avec quelle rigueur scientifique (des chiffres sont pondus, invérifiables, bien entendu) ?

Alors donc, on peut considérer que cela est, au mieux, de la communication, ou, plus probablement, de la propagande.

Dans une dépêche AFP, le même Borniche, décidément très bavard actuellement, préconise de mettre des vigiles formés près des soignants : quelle audace !! Mais, on peut aller plus loin, et créer un ordre pour ces vigiles (avec chef, sous-chef, trésorier, barman et cuisinier) et un DPC pour vigiles protecteurs d'infirmiers ordinnés (ou pas...).

Les mauvaises langues diront que l'ordre de Borniche a trouvé là un créneau pour faire parler de lui, mais ce ne sont que des mauvaises langues car l'ordre est au cœur de l'action, et sauvera la profession : bravo !!