INFOS ET ACTUALITES

Élargissement du programme de recherche hospitalière aux paramédicaux

Cet article fait partie du dossier :

Recherche en soins infirmiers

    Précédent Suivant

Au cours d'une table ronde organisée à l'occasion du Salon infirmier (Paris, 3-4-5 novembre), la direction générale de l'offre de soins (DGOS) a apporté des précisions sur les nouvelles modalités du programme hospitalier de recherche infirmière. Il est désormais élargi à presque tous les auxiliaires médicaux, aides-soignants exceptés.

Le ministère de la santé a lancé en septembre 2009 le premier programme hospitalier de recherche infirmière (PHRI) pour promouvoir le développement de la recherche infirmière, encore balbutiante en France, alors que la profession est entrée dans le processus LMD (licence-master-doctorat).

Cette année, le programme, rebaptisé programme hospitalier de recherche infirmière et paramédicale (PHRIP), s'est ouvert aux paramédicaux, c'est-à-dire à l'ensemble des auxiliaires médicaux tels que définis dans le code la santé publique (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicure-podologues, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes, orthoptistes, manipulateurs d'électroradiologie médicale, techniciens de laboratoire médical, audioprothésistes, opticiens, prothésistes et orthésistes, et diététiciens).

Lors de la table ronde, Patrick Gardeur, chargé de mission au sein du bureau de l'innovation et de la recherche clinique à la DGOS, a expliqué que le but de ces programmes était de "fournir aux équipes hospitalières et aux décideurs des connaissances qui contribuent à l'amélioration des soins et des pratiques professionnelles des auxiliaires médicaux dans les établissements de santé".

Il a indiqué que l'appel à projets, détaillé dans une circulaire diffusée en juillet, s'adressait à tous les établissements de santé pouvant bénéficier d'un financement au titre des missions d'intérêt général et d'aide à la contractualisation (Migac). La circulaire est en ligne sur le site du ministère de la santé.

INTER : Sélection des projets : deux collèges (infirmier et paramédicaux)

La sélection des projets sera effectuée par deux collèges (un collège infirmier et un collège de paramédicaux) mais une liste commune de projets sera établie, a-t-il expliqué, précisant qu'il n'y avait pas de quota prévu pour les différentes professions. Les directeurs d'établissement promoteur ont jusqu'au lundi 15 novembre pour soumettre leur pré-projet aux délégations à la recherche clinique et à l'innovation (DRCI), qui devront ensuite rendre un avis.

Les dossiers complets devront ensuite être adressés au ministère de la santé avant le mercredi 15 décembre.

Ljiljana Jovic, conseillère technique régionale à l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France, a présenté la méthodologie pour constituer un dossier pour un programme de recherche. Elle a signalé que les DRCI pouvaient apporter un appui en amont pour constituer les dossiers, tout comme l'Arsi (Association de recherche en soins infirmiers) qui soutient certains travaux.

Anne-Marie Doré, chargée de mission à la Fédération hospitalière de France (FHF) depuis un mois, a rappelé que, pour le PHRI 2010, 84 dossiers avait été reçus et 15 dossiers financés. Cette directrice des soins, qui a travaillé précédemment à la DGOS sur le PHRI, a indiqué qu'un dossier transversal dont le thème était la recherche infirmière avait également été retenu.

Pour le PHRI 2010, six thèmes prioritaires avaient été retenus selon la circulaire diffusée en septembre 2009, mais les projets pouvaient également porter sur d'autres thèmes, a précisé Anne-Marie Doré.

INTER : Un site sur la recherche en cours de création

Sur les 15 dossiers retenus, sept portaient sur le thème de la qualité et de la sécurité des soins, un sur celui de la dépendance des personnes et le maintien de leur autonomie et deux sur les soins à visée palliative. Aucun dossier n'a été retenu sur les thèmes de maladie d'Alzheimer et les troubles associés, ni sur la prévention et le dépistage, ni sur le thème de l'information du patient et de son entourage. Les cinq autres dossiers retenus portaient sur d'autres thèmes.

Anne-Marie Doré a indiqué qu'une rencontre avec l'ensemble des porteurs de projets avait été organisée en mai pour créer un réseau de professionnels. Un site est également en cours de création, a-t-elle ajouté.

Concernant l'évaluation et le suivi des programmes, elle a indiqué que les porteurs de projets devaient remettre chaque année des rapports d'étape, ainsi qu'un rapport final.

Les budgets demandés allaient de moins de 15.000 euros à plus de 350.000 euros.

Le budget du PHRI 2010-13 était de 1 million d'euros sur trois ans, a rappelé Patrick Gardeur. Il a indiqué que le montant global pour le PHRIP 2011 n'était pas encore fixé et dépendrait des projets retenus.

Interrogé par APM sur les thèmes retenus pour le PHRIP 2011, il a précisé qu'aucun thème n'avait été défini, compte tenu de l'élargissement à d'autres professions paramédicales.

Dans la salle, les professionnels ont déploré que ce programme ne soit pas ouvert aux aides-soignants ou aux professionnels libéraux. Patrick Gardeur a indiqué que les aides-soignants ne pouvaient pas être chefs de projet, mais pouvaient être associés au projet, soulignant qu'il s'agissait bien de programmes pluridisciplinaires. Il a aussi ajouté que, si l'établissement de santé promoteur avait des conventions avec des professionnels libéraux, ces derniers pouvaient être intégrés dans ce cadre-là.

Retour au sommaire du dossier Recherche en soins infirmiers

Commentaires (0)