INFOS ET ACTUALITES

En direct du Salon infirmier 2011 : 2e jour...

Cet article fait partie du dossier :

Salon infirmier

    Précédent Suivant

Les jours se suivent et se ressemblent, le stand d'infirmiers.com, en D35, connaît une forte fréquentation et c'est tant mieux ! Ambiance et temps forts, sur et autour du stand...

Du côté de l'ambiance générale...

salon infirmier 2011 stand infirmiers.com jour 2Étudiants, professionnels de terrain, candidats au concours, chacun vient échanger sur la vocation du site infirmiers.com mais aussi s'informer sur l'ensemble des services qui se déploient autour de lui : MEDI Formation, EMPLOI Soignant, IDE Collection, Aide-Soignant.com. Aujourd'hui encore, les visiteurs ont répondu favorablement au questionnaire qui leur était proposé autour de leur connaissance d'infirmiers.com et chacun a pu, de plus, participer au tirage au sort du soir avec l'espoir de remporter une clé USB spécialement imaginée par infirmiers.com (une exclusivité !)

Les demandes sont variées : une infirmière libérale qui cherche comment trouver une remplaçante, une étudiante en soins infirmiers de 3e année qui souligne l'indispensable rubrique « cours » pour le déroulé de ses études ; une infirmière « alertée » par Google actus sur le fait qu'infirmiers.com était au salon infirmier en D35 et qui ne connaissait pas le site ; un aide-soignant qui veut passer le concours d'entrée en IFSI ; une infirmière territoriale qui nous informe des spécificités de son métier ; un cadre de santé qui cherche un nouveau poste... et même une « grand-mère » venue représenter ses deux petites-filles infirmières... Bref, un échantillon assez représentatif de la communauté soignante d'infirmiers.com

stand infirmiers.com D35

Les trois gagnants du jour

Pour eux, au choix, une montre silicone ou une clé USB siglée « infirmiers.com »

  • Sylvie Preney, étudiante en soins infirmiers, La chapelle Saint-Luc.
  • Marion Viat, étudiante en soins infirmiers, Troyes.
  • Annabelle Louveau, étudiante en soins infirmiers, Coulommiers.

reponse enquete infirmiers.com stand D35 salon infirmier 2011

Quelques rencontres significatives...

Nous avons rencontré quelques responsables d'associations professionnelles et leurs propos méritent également d'être rapportés. Ils feront l'objet prochainement de « minis interviews » que nous publieront en début de semaine sur infirmiers.com :

Un entretien avec Charline Depooter, présidente de l'Unaibode (Union nationale des associations d'infirmiers de bloc opératoire diplômées d'Etat) http://www.unaibode.fr/ qui nous a rappelé les attentes des Ibodes, quelques 6500 sur le territoire, notamment sur la question de la réforme LMD qui suppose la rénovation de leur formation par le ministère de la santé, en lien avec le ministère de l'enseignement supérieur ; une question d'importance qui, pour l'instant, n'est toujours pas finalisée et à laquelle, Xavier Bertrand, ministre de la santé, en visite hier après-midi au salon infirmier, a été interpellé... « Le dossier sera-t-il réglé avant les élections présidentielles en 2012 », s'interroge Charline Depooter. Nul ne le sait...

visite internautes stand infirmiers.com salon infirmier 2011


Un entretien avec Kévin Malacarne, infirmier libéral et infirmier de sapeurs-pompiers volontaires, membre de l'Anisp (association nationale des infirmiers de sapeurs-pompiers) www.infirmiersapeurpompier.com
Il nous a dressé un « portrait-robot » de son activité où civisme et engagement sont les maîtres-mots, a rappelé la tenue du prochain congrès national les 18 et 19 novembre prochains à Lyon où, « bien loin du contexte politique tendu avec une nouvelle charge des syndicats de médecins urgentistes d'arrière garde, nous parlerons sereinement du cœur de l'exercice de notre profession au sein des SSSM (Service de Santé et de Secours Médical) des SDIS (Service départemental d'incendie et de secours).»

interview infirmiers.com stand D35 salon infirmier 2011


Un entretien avec Florence Lamaurt, présidente de la Fnesi (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers). Alors que la réforme des études infirmières est effective depuis deux ans avec la reconnaissance de la formation et de la profession (grade licence), l'heure est au premier bilan. Les plus : une approche par « compétences », une évaluation continue, une vision plus globale de l'hospitalisation, de nouvelles modalités pédagogiques. Quant aux axes de progression soulevés : l'encadrement (cf. formation des tuteurs), la collaboration Ifsi/université à optimiser, la mobilité étudiante avec l'accès au programme ERASMUS...

Du côté des conférences...

Parmi les 32 conférences du jour, nous avons choisi de vous livrer quelques synthèses sur des sujets qui nous paraissent particulièrement attrayants car riches de perspectives pour la profession infirmière.

- Quid des coopérations entre professionnels de santé...

Les coopérations entre professionnels de santé, généralisées par la loi « Hôpital, patients, santé, territoires » (HPST), consistent à déléguer des activités ou des actes de soins voire à réorganiser le mode d’intervention auprès des patients. La démarche de coopération concerne tous les professionnels de santé, quel que soit le mode d’exercice : en établissement de santé ou en cabinet libéral, en maison ou en centre de santé… Pour Xavier Bertrand, ministre du travail, de l’emploi et de la santé et Nora Berra, secrétaire d’Etat à la santé, « ces questions sont d’autant plus cruciales que la loi HPST permet dorénavant à certains professionnels, spécialement formés, d’exercer au-delà de leurs actes traditionnels, dans une discipline ou auprès de certains patients ciblés.» Concrètement, les coopérations doivent s’inscrire dans le cadre de protocoles soumis aux agences régionales de santé (ARS) qui instruisent les dossiers et vérifient notamment la réponse aux besoins de santé des territoires. Ainsi, les compétences des professionnels sont renforcées et concourent pleinement à l’amélioration de la prise en charge du patient. Cinq protocoles sont en cours d’examen et deux protocoles de coopération ont été signés à ce jour : Le premier protocole, signé en juillet dernier, offre la possibilité à des infirmières formées de pratiquer des myélogrammes, au même titre que les oncologues jusque-là seuls habilités autour de la pratique. L'apport est triple : les infirmières développent leurs compétences, les oncologues se consacrent davantage au suivi et à la relation médicale avec leurs patients, ceux-ci ne viennent qu'une seule fois en consultation. Le deuxième protocole, conclu en septembre dernier, porte sur la réalisation d'échographies par des manipulateurs radio, au même titre que les radiologues. Cette démarche permettra notamment de réduire les délais d'accès à ces examens pour les patients et d'optimiser le temps médical des radiologues.
Conférence du Ministère du travail, de l'emploi et de la santé « Coopération entre professionnels de santé : vers de nouvelles pratiques ».

- L'éducation thérapeutique : un "plus" pour l'exercice libéral

Avec l'importance de plus en plus grande des maladies chroniques, l'éducation thérapeutique (ET) est un des atouts que peuvent apporter les infirmières libérales à leurs patients, leurs proches et sans doute aussi au budget du système de santé (en évitant complications et hospitalisations). A condition qu'elle soit faite de manière rigoureuse en suivant la démarche diagnostics infirmiers, actions à mener, évaluation du patient comme du soignant ! Il n'y a pas de problème de territoire avec le médecin traitant ou les associations de patients, il suffit que la communication soit transparente et effective. In fine, il s'agit de passer d'une démarche centrée sur la maladie à une démarche centrée sur la personne.
Communication de Brigitte Lecointre et A. Boissel, infirmières libérales à Nice : "La consultation infirmière en exercice libéral : éducation thérapeutique du patient"

- L'infirmière au service des morts et des vivants

L’infirmière joue un rôle clé dans l'hommage au défunt que constitue la toilette funéraire et dans l'accompagnement des proches de celui-ci (pour accepter l'inévitable "connaître ce que l'on savait sans vraiment y croire"). Mais bien souvent, il manque à l’infirmière la formation qui assure la multitude des gestes qui apprêteront le cadavre au mieux : le corps mort évolue, mais pas le corps vivant ! Il arrive aussi que cette toilette ne puisse pas du tout suffire à elle seule pour une présentation acceptable du corps. Il faut alors faire appel à un thanatopracteur. Quelques conseils : préparer tout ce qui est administratif avant le décès, prévoir un kit pour la toilette, et pour finir ne pas hésiter à mobiliser les parties rigides du corps et les assouplir afin de les mettre dans la position souhaitée.
Conférence de Karine Pesquera, infirmière formée à la thanatopraxie, et Mélanie Lemonnier, ethnologue et formatrice (à "Formation passage")

- Conseils aux porteurs de recherche en soins infirmiers...

Établir une veille afin de repérer les appels à projet et offres de financement, notamment la promulgation du texte relatif au programme hospitalier de recherche en soins infirmiers et paramédicaux 2012 (PHRIP).
Une règle de base : lire efficacement un appel à projet, intégrer les éléments clés de la « commande », repérer le calendrier à respecter.
Il faut anticiper et ne pas attendre les derniers mois pour engager le processus ! La recherche s'effectue en plusieurs phases. Les compétences du chercheur doivent l'aider à : cerner le problème, la question ou l’idée ; Réaliser un état des savoirs le plus exhaustif sur le sujet ; Justifier la pertinence de la recherche ; La recherche doit permettre l’émergence de savoirs originaux. Manipuler les variables, mettre en relation les concepts, identifier les concepts, décrire, expliquer, prédire, contrôler... sont tout aussi indispensables pour avancer sereinement dans le projet.
Il faut aussi savoir articuler plusieurs approches pour aborder un objet de recherche et envisager, dès la rédaction du projet, la valorisation des résultats de la recherche par la publication. De plus, on ne fait pas de la recherche seul, l’investigateur principal doit constituer son équipe et s’entourer des compétences requises : les métiers de la recherche, les experts et les organismes ressources. Il faut également établir un budget prévisionnel optimisé et, bien sûr, respecter la législation française en matière d’éthique de la recherche. Où conduire un projet de recherche : en établissements de santé, au sein de structures gérées par les établissements de santé (incluant les structures extra-hospitalières)...
Conférence de Christophe Debout, IADE, cadre de santé, PhD Professeur, Département des sciences infirmières et paramédicales, Ecole des hautes « Quelques conseils à l'usage de porteurs de projets de recherche en soins infirmiers ».

 

Le salon infirmier se poursuit jusqu'au vendredi 14 octobre.
Nous vous rencontrerons avec plaisir sur le stand d'infirmiers.com, en D35,
et si vous ne pouvez pas venir, quelques nouvelles seront publiées sur le site, alors, quoi qu'il en soit, à très bientôt !

conference salon infirmier 2011

 

Creative Commons License
Rédactrice en chef IZEOS
bernadette.fabregas@izeos.com

Retour au sommaire du dossier Salon infirmier

Publicité

Commentaires (0)