PSYCHIATRIE

Enfin des moyens humains et financiers pour la psychiatrie

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Au congrès de l’Encéphale 2019, le 24 janvier, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, rend compte aux professionnels de ses engagements tenus concernant la santé mentale et la psychiatrie et annonce le renforcement des moyens alloués, humains et financiers, au secteur en 2019.

psychiatrie

Agnès Buzyn engage des moyens humains et financiers pour que le secteur de la psychiatrie cesse, en 2019, d'être le parent pauvre de notre système de santé.

Agnès Buzyn l'a souligné en préambule de son discours, J’ai dit, dès ma prise de fonction, que la psychiatrie était le parent pauvre de notre système de santé. La lucidité n’étant pas une fin en soi, nous avons agi, avec méthode et détermination. Pour crédibiliser ma feuille de route, je souhaite aujourd’hui prendre formellement des engagements. Sur le plan financier, les 50 millions d’euros supplémentaires dédiés à la psychiatrie annoncés fin 2018 sont sanctuarisés, et permettront désormais chaque année de consolider les moyens des établissements et services de psychiatrie. Ils s’ajoutent en 2019 aux 64 millions d’euros issus des crédits dégelés exceptionnellement dans leur intégralité en décembre 2018. 40 millions seront également mobilisés cette année pour mener à bien les 37 actions de la feuille de route psychiatrie et santé mentale décidées en juin 2018. Enfin, 10 millions d’euros supplémentaires permettront la création d’un fonds d’innovation organisationnelle en psychiatrie.

Je sais les attentes, je sais aussi les impatiences légitimes que suscitent la place, les missions et les moyens de la psychiatrie. Cette attente et ces impatiences, je les ai entendues et c’est pourquoi des actions de fond, tant sur l’organisation que sur le financement, ont été mises en œuvre en 2018 et vont se poursuivre en 2019 de manière substantielle.

La ministre des Solidarités et de la santé a également insisté sur la nécessité de développer et améliorer la formation des professionnels de santé, ainsi que l’offre de soins en psychiatrie sur l’ensemble du territoire :

  • renforcement de la filière de pédopsychiatrie ;
  • capacités d’accueil en termes de lits et de places en hôpital de jour dédiés à la pédopsychiatrie augmentées ;
  • création d’une formation d’infirmiers de pratique avancée en psychiatrie qui débutera en septembre 2019 ;
  • 6 praticiens hospitalo-universitaires titulaires en pédopsychiatrie seront nommés en 2019, portant le nombre d’universitaire de 36 en 2016 à 47 en 2019.

Agnès Buzyn a également annoncé qu’elle nommera à ses côtés un délégué ministériel à la psychiatrie et la santé mentale chargé de piloter au plus près des acteurs le déploiement de la feuille de route de la psychiatrie et de la santé mentale dans les territoires. Enfin, le lancement prochain d’une mission sur l’évolution des Centres Médico-Psychologiques (CMP) devra permettre d’aboutir en psychiatrie à une meilleure coopération indispensable entre l’hôpital et les professionnels de soins primaires, en consolidant la place du médecin généraliste et des professionnels de santé de proximité.

En fin de discours, Agnès Buzyn a souligné ceci : Je forme aussi aujourd’hui le vœu collectif que nous réalisions l’ambition portée par notre feuille de route, c’est-à-dire l’ambition d’un changement de regard sur la santé mentale et la psychiatrie. Mais plus qu’affaire de vœux, je sais que cela est affaire de volonté. Je connais votre engagement ; soyez assurés du mien.

Creative Commons License

Rédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Médecin

Commentaires (0)