INFOS ET ACTUALITES

Expo « Sans Rendez-vous » : une immersion au coeur du Samu 87

par .

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

« Sans Rendez-vous » : c'est ainsi que Xavier Bourdereau, jeune photographe charentais, a vécu son immersion plusieurs mois durant au coeur du Samu du CHU de Limoges. Son travail aujourd'hui exposé en atteste, il a su capter l'intensité des situations avec authenticité et respect. Une belle restitution pour les professionnels de santé qui lui on fait confiance et pour lui, une sorte de « révélation »…

sans rendez vous logo

Sans rendez-vous… une situation pour un titre qui s'impose, comme une évidence…

Pour Xavier Bourdereau, l'expérience - ou l'aventure - commence ainsi un soir, au Samu du CHU de Limoges : Bonsoir, je suis le photographe, je viens pour trois jours mais aussi pendant quelques mois. Votre chef de service vous en a parlé ? Oui, ça me dit quelque chose. Va te changer, sinon tu ne pourras pas nous suivre sur les interventions. Il y a des pantalons et des vestes là haut. Moment d'immersion. Moment choisi par ce photographe qui souhaitait ainsi candidater pour un festival de photo reportage en Charente (il sera en effet sélectionné et son reportage au Samu y sera visible pour la première fois). Il n'en dira guère plus, mais le Samu et lui ont une histoire personnelle à poursuivre… et sans doute aussi - et surtout - à terminer.  Un jour, l'un des urgentistes lui posera cette question : si on a besoin d'aide, t'es prêt à nous aider ? Tu sais faire un massage cardiaque ? Il répondra alors : oui, ça m'est arrivé une fois, pendant près d'une heure....

Comme tout photographe, tout artiste en processus créatif, Xavier souhaite cerner au plus près, et de l'intérieur, ce monde à part des urgences qui l'attire, ce milieu de travail particulier où la vie est souvent entre parenthèses, en souffrance, en alerte, suspendue au temps et aux minutes qui comptent mais aussi à la précision et à la compétence d'une équipe soignante d'urgence pour qui l'exercice du pire constitue la banalité de son métier.

Ça va faire 3 mois que je viens 3 ou 4 jours par semaine. Plus le temps passe, plus je reste longtemps, maintenant, c'est plus une semaine sur deux chez vous en fait… Sept mois durant, Xavier est avec eux, souvent et le plus souvent possible pour percevoir tous les aspects de leur exercice, du plus banal au plus intime, pour en cerner les rouages, pour en comprendre les motivations, jusqu'à faire partie de la famille. Ce n'est pas toujours facile, d'emblée, d'être accepté, de partager de façon immédiate les petites histoires...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)