INFOS ET ACTUALITES

Les Français et l'automédication : quel constat ?

Les conclusions d'un sondage sur l'automédication publié le 1er février dernier, réalisé par Ipsos pour Pierre Fabre, montrent que si les Français y ont largement recours, cela ne se fait pas au détriment du rôle des professionnels de santé.

médicaments pillules mains

Les médicaments pris par les Français en automédication sont à 50 % issus d'achats avec une ordonnance, à 34% sans ordonnance et ils ont été à 16% achetés en prévention d'un problème de santé bénin sans ordonnance

Cette étude a été réalisée début mai 2016 sur internet auprès d'un échantillon national représentatif d'environ 3000 Français. Il a été indiqué que les notions d'automédication et de problèmes de santé bénins n'avaient pas été définies par les sondeurs, ce qui laissait une marge d'interprétation aux répondants. Ils sont 97% à se dire à l'aise avec l'automédication concernant des problèmes de santé bénins et y ont eu recours en moyenne trois fois sur les 12 mois précédents. 20% disent ne jamais s'automédiquer et, parmi les autres, 28% le font plus de trois fois par an. L'automédication est choisie majoritairement pour soigner les maux de tête (77%), les maux de gorge (69%), les rhumes ou rhinites (63%), les toux (62%), les affections buccales (61%) ou les problèmes digestifs (58%). Concernant les états grippaux, l'automédication est choisie dans 49% des cas, mais 42% vont consulter un médecin - ces chiffres sont respectivement de 39% et 40% pour les gastro-entérites. Concernant la fatigue, les troubles du sommeil ou l'anxiété, la majorité attend que les symptômes s'en aillent (57% à 59%). Ces médicaments sont à 50% issus d'achats avec une ordonnance, à 34% sans ordonnance et ils ont été à 16% achetés en prévention d'un problème de santé bénin sans ordonnance.

Moins de 20% des Français accordent leur confiance aux informations fournies par internet en cas de problème de santé bénin.

Les personnes interrogées ont majoritairement eu recours à l'automédication car elles ont estimé que le problème était bénin et ne nécessitait pas de consultation (41%) ou parce qu'elles savaient quoi prendre (24%). Malgré une pratique répandue de l'automédication, le professionnel de santé reste important. 56% ont indiqué avoir demandé conseil au pharmacien avant d'acheter un médicament sans ordonnance car il ou elle ne savait pas quel médicament lui conviendrait le mieux, alors que les achats sur internet restent encore très marginaux (5% à 10%). Les Français (hors ceux ayant des pathologies chroniques) ont aussi consulté leur médecin généraliste 2,8 fois en moyenne sur les 12 derniers mois, mais 59% estiment que certaines consultations auraient pu être remplacées par un passage direct en pharmacie (pour 52%). Le tiers des répondants a dit avoir déjà été orienté par leur médecin sur les médicaments à prendre lors de la prochaine survenue des symptômes pour un problème de santé bénin. Les répondants ont aussi mis en avant la consultation d'un professionnel de santé en cas de persistance des symptômes (27%). 24% ont consulté parce que leur confiance dans le médecin était plus forte que pour le pharmacien et 22% parce qu'ils ignoraient comment se soigner.

Les Français pratiquent l'automédication lorsqu'ils identifient les signes que leurs troubles sont bénins ou lorsqu'ils savent ce qu'ils doivent prendre.

On a ressenti que les Français sont à l'aise avec les pratiques d'automédication, tout en ayant une confiance dans les professionnels de santé qui s'observe notamment lorsqu'il n'y a pas de recul rapide des symptômes, a expliqué Lionel Déchelette, pharmacien à Pierre Fabre, à l'occasion de la présentation du sondage.

Publicité

Commentaires (0)