INFOS ET ACTUALITES

"81% de Français sont favorables à la prise en charge à domicile"

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Le secteur de la santé à domicile est en pleine croissance en raison de l’augmentation des maladies chroniques, du vieillissement de la population et du virage ambulatoire. La Fédération des Prestataires de Santé à Domicile a lancé le 28 novembre dernier, la première Journée Nationale dédiée à la santé à domicile. Le point sur ce secteur.

"81% de Français sont favorables à la prise en charge à domicile"

75% des patients estiment que leur quotidien s’est amélioré grâce à la prestation de santé à domicile.

81% des Français se disent favorables au fait d’être pris en charge à domicile. Fort de ce constat, la Fédération des Prestataires de Santé à Domicile a présenté le rôle et la diversité de ses métiers à l’occasion de la Journée Nationale dédiée à la Santé à Domicile, sous le patronage du Ministère des Solidarités de la Santé. Un temps fort qui sera reconduit chaque année pour saluer l’ensemble des acteurs qui participent au suivi des patients traités à domiciledonner la parole aux patients et aux aidants et apporter un éclairage sur les innovations technologiques et organisationnelles. En France, la santé à domicile concerne 20 000 salariés dont 4 000 professionnels de santé (pharmaciens, infirmiers, diététiciens etc.) Les PSAD permettent le basculement à domicile d’activités hospitalières, la réduction des durées d’hospitalisation et le déploiement de solutions de e-santé.

Reste à nous d’accompagner le virage ambulatoire avec comme objectif premier l’amélioration de la qualité et de l’autonomie des patients

Chaque année, entre 800 et 1000 emplois sont créés pour les deux millions de patients qui recourent au service des professionnels de santé à domicile (PSAD). Pour répondre aux objectifs fixés par le gouvernement au titre de la Stratégie Nationale de Santé, les PSAD annoncent disposer des outils nécessaires afin de lutter contre les inégalités sociales et territoriales dans l’accès aux soins grâce à 300 sites permettant d’intervenir sur tous les lieux d’habitation, même les plus isolés. Les PSAD entendent aussi développer l’innovation en santé, améliorer la pertinence et la qualité des soins en veillant à ce que le patient adhère au traitement qui lui a été prescrit par le médecin, en assurant le retour d’information vers les professionnels de santé et en accompagnant le patient dans la bonne gestion de sa pathologie. Pour Charles-Henri des Villettes, Président de la Fédération des PSAD, le développement de la prestation de santé à domicile est incontournable. C’est une opportunité d’abord pour les patients, mais aussi pour notre système de santé en général Reste à nous, avec l’ensemble des parties prenantes, d’accompagner le virage ambulatoire avec comme objectif premier l’amélioration de la qualité et de l’autonomie des patients.

Encadré

Les pathologies accompagnées par les PSAD

  • Les maladies chroniques (diabète, syndrome d’apnée du sommeil, insuffisance respiratoire : bronchopneumopathie chronique obstructive, asthmes sévères. Cancer, dénutrition, maladies rares : mucoviscidose, hypertension artérielle pulmonaire, déficit immunitaire)
  • La dépendance liée à l’âge (maladie de Parkinson, incontinence, escarres, dénutrition, mobilité réduite)
  • Le handicap (dénutrition, mobilité réduite, escarres)
  • Les maladies aiguës (pathologies infectieuses, dénutrition, mobilité réduite temporaire, douleur…)

Dans le cadre de la première Journée Nationale de la Santé à Domicile, les patients bénéficiant d’un suivi à domicile ont répondu à une enquête 1 de satisfaction sur l’accompagnement délivré par leurs prestataires de santé. Globalement, les patients se disent largement satisfaits de l’accompagnement et du suivi puisque trois patients sur quatre estiment que leur quotidien (vie sociale, vie familiale et professionnelle) s’est amélioré grâce au PSAD, 100% d’entre eux se sentent en sécurité, 95% des patients estiment que leur PSAD leur a permis de mieux comprendre leur traitement et 93 % se considèrent comme plus autonomes dans la gestion de leur traitement ou l’utilisation de leur dispositif médical, grâce aux conseils prodigués par leur PSAD. Les principaux motifs de satisfactions des patients à l’égard de leur PSAD sont la disponibilité, la qualité de l’écoute et l’accompagnement dans le suivi du traitement. J’ai une bonne relation avec mon PSAD car le personnel est à l’écoute. Je n’ai pas besoin de me soucier du renouvellement des consommables pour mes traitements qui sont directement livrés à mon domicile, déclare une patiente atteinte d’insuffisance cardiaque et de diabète.

3 patients sur 4 favorables au télésuivi

Les patients interrogés pour l’enquête sont majoritairement favorables au suivi à distance des données de leur dispositif médical. Le télésuivi permet d’accompagner les malades chroniques dans le bon usage de leur traitement tout en offrant un retour d’information qui permet d’identifier, en temps réel, les difficultés d’adhésion au traitement et, le cas échéant, mettre en œuvre, en lien avec le médecin, les actions nécessaires. En tête des opérations ce type, le télésuivi de l’apnée du sommeil, avec plus de 700 000 patients concernés en 2018, est la plus grande action de télésanté jamais menée en Europe : L’expérience menée dans le cadre du télésuivi de l’apnée du sommeil a permis de démontrer que la technologie ne se substituait pas à l’humain mais qu’elle le guidait plus efficacement, tient à préciser le Président de la Fédération des PSAD, Charles-Henri des Villettes.

Les patients ayant répondu à l’enquête souhaiteraient cependant que certains services existants soient davantage réalisés ou développés et que de nouvelles prestations leur soient proposées (69%) : Développer l’accompagnement psychologique, administratif pour le suivi du traitement, améliorer la flexibilité des visites et développer le télésuivi tout en maintenant des visites régulières.

La Fédération des PSAD rappelle en conclusion que le contexte budgétaire : économies, PLFSS 2019, pourraient remettre en question l’étendue voire la qualité de prise en charge des deux millions de patients suivis à domicile… Convoquée par le Comité économique des produits de santé (CEPS) le 12 décembre dernier, la Fédération des PSAD a quitté la table suite à l’annonce de nouvelles baisses tarifaires dans le domaine de la perfusion pour 40 millions d’économies supplémentaires. Selon la Fédération, 40 millions seraient également attendus sur les lits médicalisés. Ce n’est pas simplement déraisonnable, c’est signer l’arrêt de mort de la prestation de santé à domicile, s’insurge la Fédération qui a cessé toute discussion avec le CEPS et demande à être reçue par la Ministre des Solidarités et de la Santé.

Creative Commons License

Journaliste infirmiers.com ines.kheireddine@infirmiers.com  @Ineskheireddine

Note

  1. Cette enquête a été menée du 30 octobre au 15 novembre inclus sur la plateforme Carenity.com sur un échantillon de 113 patients des services d’un PSAD et résidant en France.

Retour au sommaire du dossier Médecin

Commentaires (0)