INFOS ET ACTUALITES

"Grande conférence" : des avancées pour les infirmiers mais des attentes demeurent

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Des syndicats de kinésithérapeutes, d'infirmiers libéraux et d'étudiants se sont félicités le 12 février 2016, dans des communiqués, d'avoir été "entendus" par le gouvernement lors de la "grande conférence de la santé", tout en prévenant qu'ils surveilleraient l'application des mesures promises. Les infirmiers de bloc opératoire demeurent quant à eux dans l'expectative...

hôpital couloir soignants

Les infirmiers sont globalement satisfaits des mesures annoncées par Manuel Valls à l'issue de la grande conférence de la santé mais des attentes demeurent.

A l'issue de la conférence, le jeudi 11 février 2016, le Premier ministre, Manuel Valls, a présenté 22 mesures concernant la formation et l'exercice des professionnel de santé.

L'ordre des kinésithérapeutes et la Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) ont salué l'annonce d'engagements demandés par la profession. La FFMKR relève une avancée importante, estimant que ces mesures vont conduire à l'universitarisation totale de la formation en masso-kinésithérapie pour obtenir l'intégration dans le processus licence-master-doctorat (LMD). Outre l'alignement des bourses sur celles des étudiants de droit commun et le déploiement d'une offre publique de formation au niveau régional, c'est aussi le renforcement des passerelles entrantes en deuxième ou troisième année [de médecine] pour les professions de santé qui doit être mis en place, se réjouit le syndicat. Une étape a également été franchie dans le sens d'un meilleur exercice professionnel tout au long de la vie, la prévention des risques bio-psycho-sociaux est prévue, au même titre que le développement des pratiques avancées et le décloisonnement hôpital-ville avec la promotion de l'exercice mixte, observe la FFMKR. Elle s'interroge cependant sur la mise en application dans les faits.

L'ordre des masseurs-kinésithérapeutes se réjouit des mêmes mesures. Il considère que le Premier ministre a tracé une feuille de route qui va dans le sens des engagements de l'ordre pour faire de la kinésithérapie une science médicale à part entière.

Du côté des infirmiers

Bilan des 22 mesures de la feuille de route de la Grande Conférence de Santé du 11 février 2016 : deux étaient très attendues, deux autres sont à surveiller de près, et deux gros manques sur l’exercice au quotidien (les ratios de patients par infirmières, et la réactualisation du décret d’actes infirmiers).

Pour préparer l’avenir, et former des professionnels infirmiers à répondre aux besoins de santé de la population (vieillissement, maladies chroniques), deux mesures sont effectivement importantes :

  • concourir à l’émergence d’un corps d’enseignants chercheurs pour les formations paramédicales (mesure 15) : pour le SNPI, il faut que ces enseignants chercheurs soient des infirmiers avec une formation universitaire, et non des universitaires non-infirmiers
  • développer les pratiques avancées (mesure 20) : le SNPI demande à participer au groupe chargé de définir le cadre statutaire de ce nouveau métier (référentiels d’activités, de compétences et de formation, débouchant sur un master et une grille salariale spécifique, comme pour les infirmiers anesthésistes).

Cependant, lors de son entretien avec le Premier Ministre Manuel Valls, Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI CFE-CGC, l’a alerté sur le fait que la pratique avancée ne va concerner que 3% des infirmières, le vrai manque de cette Conférence, c’est l’impasse sur le décret d’acte infirmier qui n’a pas été réactualisé depuis 2004 malgré nos demandes.

Pour en savoir plus : syndicat-infirmier.com

Infirmiers libéraux : le Sniil se sent conforté

Le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil), seul syndicat infirmier libéral à avoir participé aux travaux de la conférence et à y avoir apporté une contribution (les autres ayant choisi de la boycotter), se félicite d'avoir été entendu sur de nombreux points par le gouvernement et le Premier ministre. Les engagements faits devraient permettre à des équipes de soins de proximité réunies ponctuellement autour du patient (à l'occasion d'un épisode de soin ou d'une sortie d'hospitalisation) de percevoir une rémunération sous forme de forfait, notamment pour la coordination. Et ce, en supplément, pour les infirmières, de la majoration de coordination infirmière (MCI) et du paiement à l'acte, souligne le syndicat. Saluant également les mesures décidées en faveur de la protection sociale des étudiants-infirmiers et se tenant prêt à travailler à la prévention des risques, le Sniil demande d'ores et déjà à être intégré dans le groupe de travail annoncé pour le développement des pratiques avancées.

Les étudiants ne sont plus « à l'écart » (FAGE)

La Fédération des associations générales étudiantes (Fage) - dont la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnesi) fait partie - note, elle aussi, une victoire majeure [...] pour l'ensemble des étudiants , qui depuis plus d'une décennie étaient mis à l'écart, non seulement de l'université, mais aussi du droit commun. Avec ses fédérations de santé adhérentes, elle appelle à mettre en place sans délai les groupes de travail visant à appliquer ces mesures et restera attentive quant à leur effectivité.

Les Ibode restent dans l'expectative

Dans un communiqué de presse daté du 15 février 2016, l'Union Nationale des Associations d'Infirmiers de Bloc Opératoire Diplômés d'État (Unaibode) rappelle que les Ibode sont en attente de reconnaissance du grade Master et demande ainsi à Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, d'être "enfin" entendus. Et d'ajouter que reconnu il y a un an par le 1er ministre avec la publication du décret relatif aux actes exclusifs Ibode, il parait aujourd’hui inconcevable de ne pas reconnaitre le niveau de Master pour les compétences et la technicité exigées par ce métier. Les pouvoirs publics ne peuvent ignorer plus longtemps le rôle clef de l’Ibode dans le parcours patient et le système sanitaire. Les Ibode attendent également des réponses sur une finalisation cohérente du dispositif de VAE et la publication du nouveau référentiel de formation.

Rédaction Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (1)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

637 commentaires

#1

qui pourra me renseigner ?

donc pour les ide qui en font plus de soins, quelle évolution sera possible car les pratiques avancées, si je ne m'abuse, ne seront que dans les soins ?