INFOS ET ACTUALITES

Grève IDE : on prend les mêmes et on recommence… jusqu'à quand ?

Cet article fait partie du dossier:

Exercer dans le privé

    Précédent Suivant

Un jeudi noir était annoncé pour la profession infirmière avec des mobilisations sur tous les fronts : infirmiers anesthésistes, infirmiers hospitaliers des secteurs public et privé, infirmiers libéraux… Reconnaissance de grade master pour les uns, non à la réforme du temps de travail ou à la déliquescence des conditions de travail pour les autres, non à la loi de Santé et révolte contre le rapport de la Cour des comptes qui stigmatise le secteur libéral… Les revendications sont nombreuses mais spécifiques selon les secteurs d'exercice, de fait les cortèges sont dispersés, à Paris, comme en province et leurs destinations variées : ministère de la Santé, Sénat, Agence régionale de santé… Les manifestants étaient attendus par milliers mais finalement la mobilisation n'a pas été si massive que ça : près de 1500 IADE, plusieurs centaines pour le personnel de l'AP-HP, des dizaines d'infirmiers libéraux disséminés dans les cortèges et quelques opérations escargot en province, notamment menées par les IDEL.

Voici quelques témoignages recueillis ici ou là, à Paris, auprès des infirmiers anesthésistes venus des quatre coins de France - Lille, Caen, Béziers, Perpignan, Antibes, Grasse, Nîmes, Amiens, Laon... de quelques infirmiers libéraux mais aussi d'une poignées d'étudiants en soins infirmiers... solidarité oblige !

manifestation IADE Paris

Près de 1500 IADE venus en petites délégation de leur hôpital ont manifesté à Paris

Du côté des IADE…Une infirmière anesthésiste le rappelle, il est grand temps que le ministère nous entende. Sur 9 000 IADE en France, nous sommes 1 500 à nous être déplacés aujourd'hui et nous voulons porter un message : "Nous en avons assez de venir sous les fenêtres du ministère !" La dernière fois on nous a promis des groupes de travail et rien n'a été fait. Nous nous étions engagés à revenir et nous revoilà aujourd'hui. On demande des moyens pour faire...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (4)

Corwyng

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#4

Et pendant ce temps...

Et chez les IBO et IBODE ? Combien de grévistes ? Combien dans le cortège ?
C'est à croire que nous sommes satisfaits de notre statut, de nos conditions de travail ou de rémunération...

Cela devient assez désespérant pour la profession. Surtout pas de vagues ou de remous semble être le mot d'ordre actuel de la profession. Pourquoi ? :(

Fanny1408

Avatar de l'utilisateur

83 commentaires

#3

Lu sur (Lesinfirmières Encolère) :

Eh ben ! Lu par plus de 10000 personnes, commenté/répondu plus de 100 fois, il est clair que ce post aura eu le mérite de faire parler quand, ailleurs, les articles diffusés sur les sites de la presse infirmière traditionnelle sont restés silencieux ou presque ! Vos remarques et commentaires doivent nous faire réfléchir, puisque le constat semble fait de nos divisions infirmières (qui ne datent pas d’hier !) sur le minimum qui pourrait faire que la prochaine fois nous puissions nous mettre d’accord sur un socle commun de revendications. Si tant est que des prochaines mobilisations soient organisées, vu le bide du 01 octobre 2015 annoncé comme “un jeudi noir de la profession” (on peut dire maintenant que ce fut un enterrement VIP). Mention spéciale au barbu ordino-syndicaliste multicarte qui a du passer plus de temps au téléphone a essayer (et parfois à réussir) de faire censurer les commentaires désobligeants ou réalistes (au choix) ici et là que d’écouter ses collègues infirmiers.

la fouaise

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#2

"participer à des groupes de travail afin de justifier de nos compétences "

Pauvres IADES, c'est inadmissible....
Comment peut-on oser demander à des gens qui qui protègent la santé (dans l'ombre) de justifier leurs compétences ?
Ils viennent d'arriver de la planète Mars?
Leur diplôme n'est pas assez détaillé?
La ministre ne l'est-t-elle pas de la Santé?
Elle ne sait pas ce que fait un IADE depuis que l'IADE existe?
Foutage de gueule , ils gagnent du temps comme ils peuvent dans les ministères....

zeb24

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#1

Grève IADE

J'ai marché avec 1400 IADE ! Sur les 9000 que comptent la profession. Avec 95% de grévistes partout en France et des actions dans toutes les régions. Avec les assignations abusives et autres, je suis fier de nous.

J'ai vu 20 IDE incrustées en fin de cortège IADE, sans rien nous avoir demandé, alors que c'est l'un des notres qui a pris toutes les responsabilités légales de cette manif. Cela ne se fait pas. 20 IDE sur les 500 000 en France ...