INFOS ET ACTUALITES

Grippe A(H1N1) : fermeture des centres de vaccination le 30 janvier

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

Le ministère de la santé a annoncé vendredi dans un communiqué que les centres de vaccination contre la grippe A(H1N1) seraient tous fermés à compter du samedi 30 janvier.

Le ministère explique que "la campagne de vaccination entre dans une troisième phase à compter du lundi 25 janvier jusqu'au mois de septembre, avec une nouvelle configuration de l'offre de vaccination dans les établissements de santé et chez les médecins libéraux. Les centres de vaccination collective vont être progressivement fermés et cesseront leur activité le 30 janvier".

Dès la fermeture des centres de vaccination, c'est-à-dire à partir du lundi 1er février, les médecins libéraux pourront se fournir en doses de vaccin dans les 23.000 officines françaises.

"Les pharmaciens d'officine peuvent dès aujourd'hui commander auprès des grossistes-répartiteurs les vaccins pour répondre aux demande des médecins libéraux", ajoute le ministère.

Ils leur fourniront un lot de 20 doses en seringue préremplie de Focetria* (Novartis) et deux flacons multidoses de Panenza* (Sanofi Pasteur, groupe Sanofi-Aventis), soit 20 doses, ainsi que les seringues nécessaires à l'injection. Les médecins libéraux pourront renouveler ce stock en fonction de leurs besoins.

Le ministère de la santé explique que l'ensemble des bons de vaccination ont désormais été envoyés aux assurés sociaux. En cas de perte du bon, il est possible d'en obtenir un autre auprès de la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM), chez son médecin à condition qu'il dispose d'un compte professionnel à l'assurance maladie (sur Ameli.fr) ou auprès d'un pharmacien.

Parallèlement à la vaccination en ville, des centres de vaccination vont être ouverts dans les 100 établissements hospitaliers sièges de Samu jusqu'en septembre.

Le ministère souligne que "la poursuite de la vaccination est un bon moyen d'augmenter le degré d'immunité de la population vis-à-vis du nouveau virus et donc d'atténuer une éventuelle seconde vague" épidémique.

Retour au sommaire du dossier Grippe

Commentaires (0)