INFOS ET ACTUALITES

Grippe A(H1N1): l'OMS veut limiter l'usage des antiviraux à certains patients

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent
actualité santéL'Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné mardi que l'oseltamivir (Tamiflu*, Roche) et le zanamivir (Relenza*, GSK) devaient être utilisés prudemment et leur usage réservé aux malades gravement atteints, aux femmes enceintes et autres patients vulnérables. La grippe A(H1N1) semble un peu plus contagieuse et un peu plus sévère que la grippe saisonnière. Au total, 10% des patients infectés au Mexique et aux Etats-Unis ont besoin d'être hospitalisés, une proportion supérieure à celle qu'on a habituellement avec la grippe saisonnière, a indiqué le Dr Nikki Shindo, spécialiste de la grippe à l'OMS, au cours d'une conférence de presse.

Mais seuls les patients ayant le plus besoin des traitements devraient les obtenir, notamment pour conserver l'effet des médicaments si la grippe porcine devenait plus dangereuse. "Nous allons recommander d'envisager l'utilisation des antiviraux pour les groupes à haut risque ou les groupes de gens à risque accru, en fonction de la disponibilité", souligne-t-elle.

Les personnes visées sont les femmes enceintes ou des patients atteints de diabète ou de maladies cardiovasculaires par exemple, précise-t-elle.

De son côté, le Dr Anne Schuchat, des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains a indiqué à la presse que les Etats-Unis n'avaient que 116 cas hospitalisés, mais que les femmes enceintes sont apparues particulièrement vulnérables à H1N1, comme elles le sont aussi vis-à-vis de la grippe saisonnière, et qu'elles devaient être rapidement traitées.

"Nous avons une vingtaine de cas qui font actuellement l'objet d'une investigation où le virus H1N1 a été découvert en association avec une grossesse." Les femmes enceintes atteintes de grippe risquent de se déshydrater et d'accoucher prématurément, a-t-elle expliqué.

Lundi, le Comité des médicaments à usage humain (CMUH) de l'Agence européenne du médicament (EMEA) a jugé positif le rapport bénéfices/risques de Tamiflu* et de Relenza* chez la femme enceinte ou allaitante, en cas d'épidémie déclarée par l'OMS, rappelle-t-on.

Nikki Shindo, de l'OMS, indique qu'en dehors des personnes et patients à risque, la plupart des malades peuvent guérir du H1N1 avec des traitements simples, en s'hydratant par exemple, et sans médicament.

Selon le dernier bilan de l'OMS, 5.251 cas ont été confirmés dans 30 pays. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché en nombre de cas avec 2.600 confirmés, dont trois décès. Le Mexique compte 2.059 cas, dont 56 mortels. Le Canada a rapporté 330 cas, dont un décès, et le Costa Rica huit cas, dont un décès. Il n'y a pas de décès rapportés dans les autres pays touchés. En France, le bilan est toujours de 13 cas confirmés.

Des experts craignent que le virus A(H1N1) puisse devenir plus virulent à terme, au cours de vagues ultérieures, notamment en se combinant à d'autres souches telles que le virus de la grippe aviaire A(H5N1), qui a tué 258 personnes sur 423 infectées dans le monde depuis 2003.

Le Dr Schuchat, des CDC, souligne également que des souches de grippe saisonnière circulent toujours et qu'on craint également une potentielle combinaison de ces souches avec le virus A(H1N1) soit chez l'homme soit chez le cochon.

L'OMS estime que le virus A(H1N1) pourrait à terme infecter un tiers de la population mondiale. La grippe saisonnière tue jusqu'à 500.000 personnes par an dans le monde.

Retour au sommaire du dossier Grippe

Commentaires (0)