INFOS ET ACTUALITES

Les établissements de santé doivent se préparer à vacciner leur personnel soignant

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

La Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (Dhos) appelle les directeurs d'établissement de santé et les présidents de commission médicale d'établissement (CME) à continuer leur préparation pour faire face à la pandémie de grippe A(H1N1), notamment en matière de vaccination de leurs personnels mais également d'organisation en réanimation et pédiatrie.

A la suite de la note concernant les moyens humains et techniques des Samu/centres 15, la directrice de la Dhos, Annie Podeur, a envoyé un courrier jeudi 6 août pour faire un point plus général sur la préparation des établissements de santé.

"L'état de préparation à la pandémie grippale de vos établissements doit être inscrit à l'ordre du jour de vos instances dès septembre (...) afin que chacun mesure, dans son établissement, l'état de préparation pour faire à la pandémie et les modalités d'actions à anticiper", préconise Annie Podeur.

Parmi les instances à réunir, elle évoque le conseil d'administration, la conférence ou commission médicale, le comité technique ou comité d'entreprise, la commission de soins et le comité d'hygiène et de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Elle rappelle aux établissements qu'ils doivent désigner un "référent grippe".

S'agissant de la vaccination, elle souligne que l'ensemble des personnels des établissements de santé seront vaccinés "en priorité". Elle ajoute que la vaccination doit également concerner les étudiants en stage, les internes et les libéraux intervenant dans l'établissement.

Sans rendre la vaccination obligatoire, elle invite les établissements à sensibiliser leur personnel sur son importance, à la fois contre la grippe A(H1N1) et la grippe saisonnière.

"Compte tenu du conditionnement [flacon multi-doses] et du besoin de traçabilité, je vous invite à ne pas trop multiplier les lieux d'injection tout en soulignant que la médecine du travail, seule, ne pourra faire face", remarque la directrice de la Dhos.

Elle demande aux établissements de préparer dès maintenant leur plan de vaccination en lien avec la médecine du travail et la communauté médicale, même si des instructions sont actuellement en préparation et des avis d'experts sont attendus sur l'intervalle minimal entre les vaccins contre la grippe A(H1N1) et la grippe saisonnière.

Dans une annexe au courrier, il est précisé que trois "niveaux de priorisation" ont été définis en fonction de l'intensité de l'exposition du professionnel, du "caractère exposant du professionnel en particulier vis-à-vis de populations à risque" et de "la cohérence de l'approche par branche professionnelle quand cela est possible".

Cette priorisation "très sommaire" ne doit pas préjuger des mesures décidées en fonction des spécificités du terrain. "Vous pourrez être amenés par exemple à décider de commencer par vacciner tout le personnel d'un secteur qui sera à haute densité virale en phase épidémique sans tenir compte des priorisations par profession".

A titre d'exemple, elle suggère de vacciner tout d'abord les personnels des services de soins puis ceux des pharmacies, des laboratoires et des services de radiologie et enfin les personnels administratifs, médico-techniques, éducatifs, sociaux, techniques et ouvriers.

"Nous vous demandons de faire remonter aux 'référents grippe' des ARH [agences régionales de l'hospitalisation], d'ici le 1er septembre, le nombre de professionnels exerçant dans votre établissement pour pouvoir organiser votre dotation en vaccins", poursuit Annie Podeur.

Le "référent grippe" de l'établissement devra également transmettre les "capacités de stockage en froid dirigé (+2°C à +8°C)" pour les établissements sièges de Samu. Ce sera en effet probablement à leurs pharmacies à usage intérieur (PUI) que les stocks de vaccins pour les personnels des établissements de santé du département seront livrés.

Annie Podeur précise que le préfet pourra réquisitionner certains personnels des établissements de santé pour la vaccination de la population générale, en priorité les étudiants et en "dernier ressort" les titulaires.

RECENSER LES RESSOURCES EN REANIMATION ET PEDIATRIE


Annie Podeur demande aussi aux établissements de vérifier le caractère opérationnel de l'annexe "pandémie grippale" de leur plan blanc, notamment la sécurisation du site, la zone de tri, la sectorisation de l'établissement voire de services, le plan de déprogrammation, la cellule d'aide à la décision médicale, l'augmentation des capacités de prise en charge des différents services-clés en situation de pandémie et les adaptations nécessaires concernant l'organisation (logistique).

S'agissant de la réanimation, elle préconise aux établissements de prévoir des augmentations de capacité "en s'appuyant sur les ressources des unités de surveillance continue, des unités de soins intensifs et des salles de surveillance post-interventionnelles".

"Vous recenserez les ressources en personnels (soignants et médecins) ayant une compétence en soins de réanimation non utilisée du fait de leur mobilité récente et vous engagerez la formation des personnes qui pourraient être affectées à nouveau dans ce type d'unité", ajoute-t-elle.

Elle demande aux établissements de s'assurer de leur approvisionnement en gaz médicaux.

En pédiatrie, Annie Podeur recommande aussi d'identifier les ressources humaines et matérielles mobilisables et d'assurer la formation nécessaire.

Elle suggère de recenser les retraités médecins, infirmiers et secrétaires médicales qui pourraient aider dans les secteurs devant faire face à une suractivité.


Annie Podeur insiste sur la "nécessité d'appropriation par l'ensemble de la communauté hospitalière" des mesures de préparation. "Les choix qui auront été faits en termes d'aménagement des capacités d'hospitalisation (en faveur de la pédiatrie par exemple) ou de déprogrammations doivent être transparents et acceptés par les professionnels".

Enfin, la directrice de la Dhos indique que les ARH organiseront des réunions de concertations régionales avec les professionnels la dernière semaine d'août ou au plus tard la première semaine de septembre sur la réanimation, la pédiatrie et les urgences/Samu/centres 15.

ORGANISATION DE LA CAMPAGNE DE VACCINATION

La circulaire sur l'organisation d'une campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1) a été diffusée aux préfets de département, de région et de zone de défense ainsi que, pour information, aux directeurs des agences régionales de l'hospitalisation (ARH).

APM 26 août 2009

Dossier Grippe A

Retour au sommaire du dossier Grippe

Commentaires (1)

caroline2009

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#1

REQUISITION VACCIN H1N1

Bonjour, je suis d'accord, le virus H1N1 est bénin, mais le vaccin, si l'on en croit le professeur Bernard Debré, le docteur Vercoutere, Girard, et bien d'autres, ne serait pas utile, voire nocif, car porteur du fameux syndrome de Guillain Barré. Avez vous lu la notice des vaccins ?

http://atousante.blogspot.com/2009/10/c ... faire.html

http://www.emea.europa.eu/humandocs/PDF ... h832fr.pdf

Si comme moi, vous ne souhaitez pas être réquisitionnés pour la vaccination H1N1,
je vous conseille de lire les arguments du Docteur Marc Girard

http://diablogtime.free.fr/?p=1375