INFOS ET ACTUALITES

Grippe A(H1N1): le taux de mortalité comparable à celui d'une épidémie modérée de grippe saisonnière

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

Le taux de létalité de la grippe A(H1N1) est probablement inférieur aux estimations antérieures et comparable à celui d'une épidémie modérée de grippe saisonnière, a estimé mercredi un expert américain sur les maladies infectieuses.
Au cours d'une réunion d'experts sur la grippe organisée par l'Institut américain de médecine, le Dr Marc Lipsitch, de l'université d'Harvard, a avancé une fourchette de 0,007% à 0,045%, sur la base de données de différents pays dans le monde, le taux de létalité pour la grippe saisonnière étant inférieur à 0,1%.

Selon l'indice de sévérité pandémique mis en place par le gouvernement américain, la grippe A(H1N1) peut être classée au niveau 1, sachant que la pandémie de 1918, avec un taux de létalité d'environ 2%, atteint le niveau 5 maximal.

A la mi-août, une analyse de la mortalité dans le monde de l'Institut de veille sanitaire (InVS) a estimé ce taux de létalité à 0,4%, un taux qualifié de supérieur par rapport à la moyenne pour la grippe saisonnière mais restant dans le même ordre de grandeur, rappelle-t-on.

Fin août, la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, avait souligné le fait qu'il y avait encore beaucoup d'inconnues sur ce taux de létalité suite à la publication d'estimations de l'épidémiologiste français, Antoine Flahault, selon lesquelles la létalité directement liée à la grippe A(H1N1) serait 100 fois supérieure à celle de la grippe saisonnière.

Lors de la réunion d'experts sur la grippe mercredi aux Etats-Unis, le Dr Jeffrey Duchin, du Seattle & King County Public Health et de l'université de Washington, a confirmé qu'il ne s'agissait "pas d'une pandémie sévère".

Mais cela ne signifie pas pour autant qu'elle n'aura pas des effets sévères, dans la mesure où il y aura un plus grand nombre de personnes infectées que lors d'une épidémie de grippe saisonnière. "Nous allons voir probablement deux fois plus de décès de la grippe que lors d'une épidémie de grippe saisonnière classique, c'est-à-dire des dizaines de milliers de personnes. Et beaucoup de ces personnes vont être plus jeunes", indique le spécialiste.

WASHINGTON, 18 septembre 2009 (APM)

Retour au sommaire du dossier Grippe

Publicité

Commentaires (0)