INFOS ET ACTUALITES

Grippe A(H1N1): pas de passage au niveau 6 dans l'immédiat malgré un début d'épidémie en France métropolitaine

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant
La ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a annoncé mercredi que le gouvernement n'entendait pas passer dans l'immédiat du niveau 5A actuel de la pandémie de grippe A(H1N1) au niveau 6 maximal, lors d'une audition sur ce sujet devant la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale.
On peut considérer aujourd'hui que l'épidémie de grippe A(H1N1) a débuté en France métropolitaine mais son impact ne justifie pas pour l'instant de passer au niveau 6, a précisé la ministre.
Interrogée en août sur les critères qui feraient basculer la France au niveau 6, Roselyne Bachelot avait évoqué notamment le seuil de 70.000 consultations médicales par semaine pour un syndrome grippal, puis de 70 cas de syndromes grippaux pour 100.000 habitants par semaine, qui semblent actuellement atteints, note-t-on.

"La progression rapide et concordante" des indicateurs du réseau Sentinelles, de SOS Médecins, d'Oscour et des épisodes de cas groupés pour la semaine dernière indique que "l'épidémie a débuté en France métropolitaine", a confirmé mercredi l'Institut de veille sanitaire (InVS) dans son bilan hebdomadaire mis en ligne sur son site internet (www.invs.sante.fr).

Selon les estimations du réseau Sentinelles, il y a eu plus qu'un doublement du nombre de cas de syndromes grippaux, avec 164 cas de syndromes grippaux pour 100.000 habitants (soit 103.000 cas, au-dessus du seuil épidémique de 84 cas pour 100.000 habitants) la semaine dernière en France métropolitaine, contre 73 pour 100.000 habitants la semaine précédente (selon des données consolidées).

Le réseau de surveillance épidémiologique estime cependant qu'une 2ème semaine consécutive au dessus du seuil épidémique sera nécessaire pour confirmer l'arrivée de l'épidémie, le taux d'incidence pour la semaine précédente (semaine 36, du 31 août au 6 septembre) étant revenu en dessous du seuil épidémique après la consolidation des données.

Mais pour l'InVS, l'épidémie a bel et bien débuté en France métropolitaine, parce que les réseaux SOS Médecins et Oscour montrent une "très nette augmentation de l'activité grippale" et parce que le nombre d'épisodes de cas groupés confirmés a fortement augmenté (42 épisodes la semaine dernière contre 10 la semaine précédente), notamment en milieu scolaire (31 épisodes, soit les trois quarts de l'ensemble).

Le nouveau virus grippal A(H1N1) est très largement majoritaire en France métropolitaine.

Sur les cinq décès rapportés en France métropolitaine, l'InVS confirme, sans fournir de détails, qu'un décès concerne un jeune homme qui ne présentait pas de facteur de risque alors que les autres patients étaient atteints de maladies chroniques graves. Le total des décès pour l'ensemble de la France est de 26, avec un décès en Guyane, cinq à La Réunion, neuf en Nouvelle-Calédonie (dont deux chez des personnes sans facteur de risque) et six en Polynésie française (dont un chez une femme enceinte).

Les nouveaux décès à La Réunion concernent deux femmes âgées de 18 ans et 78 ans souffrant de pathologies graves, selon deux communiqués de la préfecture diffusés lundi et mardi, qui font par ailleurs état d'un 4ème et d'un 5ème décès possiblement liés à la grippe, sans confirmation virologique vis-à-vis de A(H1N1).

Dans tous les départements français d'Amérique, l'activité grippale continue d'augmenter, indique l'InVS dans son bilan.

A La Réunion, l'activité grippale semble avoir atteint le pic épidémique en semaine 35 (du 24 au 30 août). Elle est très supérieure à l'activité maximale observée à la même période lors des cinq dernières années.

Les taux d'attaque sont de 16% à 18% en Nouvelle-Calédonie, de 13% en Polynésie française, de 28% à Wallis et de 38% à Futuna, zones dans lesquelles l'épidémie continue de décroître.
PARIS, 17 septembre 2009 (APM)

Retour au sommaire du dossier Grippe

Publicité

Commentaires (0)