INFOS ET ACTUALITES

Grippe A(H1N1) : plus de 1,5 million de personnes en France atteintes depuis le début de l'épidémie

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

Plus de 1,5 million de personnes ont déjà été atteintes et ont consulté pour une grippe A(H1N1), a indiqué mardi la directrice générale de l'Institut de veille sanitaire (InVS), Françoise Weber.

"Nous avons dépassé la semaine dernière les 400.000 consultations pour infection respiratoire aiguë liée à la grippe A", a-t-elle déclaré

lors de son audition par la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, en compagnie de la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, et du directeur général de la santé Didier Houssin.

"Nous assistons à une intensification franche de l'épidémie", notamment dans le sud, en Paca et Rhône-Alpes", qui est également constatée au vu du nombre de cas chez les enfants en âge scolaire, après "deux paliers", lors de la deuxième quinzaine de septembre et lors des vacances de la Toussaint.

Mais, a ajouté Didier Houssin, ces 1,5 million de personnes sont "une petite partie de ce qui peut survenir" puisque le "taux d'attaque du virus" est estimé "entre 10% à 20% selon les estimations faites dans l'hémisphère Sud". "Il faut s'attendre à une épidémie touchant plus largement la population".

Françoise Weber a mentionné "une augmentation du nombre d'hospitalisations pour cas graves", avec 25 cas en réanimation ou soins intensifs la semaine dernière. Au total, 245 personnes ont été placées en réanimation ou en soins intensifs depuis le début de l'épidémie.

Elle a précisé que 21% des cas graves concernaient des moins de 15 ans, 33% des personnes souffrant de maladies respiratoires, 12% de diabète et 10% d'obésité.

François Weber a communiqué un nouveau bilan des décès par rapport à celui diffusé lundi : 46 décès en France métropolitaine, dont neuf la semaine dernière. Sur ces 46 personnes, 43 présentaient un facteur de risque et trois aucun facteur de risque, soit deux adolescents de 15 et 16 ans et une femme de 27 ans. Parmi les décès, six avaient moins de 15 ans.

Elle a également indiqué le virus A(H1N1) avait "pris toute la place" et "éliminé" les autres virus grippaux, puisque, sur 994 virus testés la semaine dernière, 932 étaient du A(H1N1).

160.000 personnes vaccinées

Roselyne Bachelot a annoncé une estimation de "160.000 personnes vaccinées en centres ou en établissements de santé" à la date de lundi soir.

Répondant à des députés mentionnant des centres de vaccination "vides" ou fermés aux horaires d'ouverture indiqués, la ministre a estimé que les difficultés au démarrage n'étaient pas étonnantes vu l'ampleur du dispositif mais qu'elles seraient résolues rapidement.

Revenant sur le choix d'une vaccination en centres, contesté par des syndicats de médecins libéraux, Roselyne Bachelot a rappelé que ces syndicats avaient approuvé ce choix en juillet, quand il avait été discuté avec eux. Cette demande montre que "les médecins expriment leur confiance dans la vaccination", a-t-elle remarqué.

La ministre a indiqué que le sujet serait rediscuté jeudi avec les syndicats et a confirmé, comme plus tôt devant les députés, qu'elle n'excluait pas la pratique de vaccinations en cabinet libéral de groupe dans certains cas si les conditions de sécurité suffisantes pouvaient être garanties.

Prenant un ton enjoué, elle n'a pas exclu que "la perspective des élections représentatives l'année prochaine ait perturbé le débat", avant de feindre d'écarter cette éventualité. "On ne l'imagine même pas, une folle hypothèse a traversé mon esprit", a-t-elle immédiatement déclaré, provoquant les rires des députés présents.

Didier Houssin a souligné que le choix de vaccins en flacons multidoses avait été fait parce que les laboratoires pharmaceutiques avaient indiqué que la livraison prendrait "deux mois de plus" en flacons unidoses.

Il a indiqué que la France disposait d'"une petite quantité de vaccins en monodoses, aux alentours d'un million". Elles sont destinées à des collectivités où la vaccination est difficile à organiser, notamment dans les établissements médico-sociaux, pour des "personnes isolées" et dans certains postes diplomatiques à l'étranger.

La ministre doit faire un troisième bilan de l'épidémie avec les députés le 15 décembre.

 

Paris, 19 novembre 2009 (APM)

Retour au sommaire du dossier Grippe

Commentaires (0)