INFOS ET ACTUALITES

Grippe, rougeole, méningite : trois mauvaises nouvelles

Alors que l’automne dernier a été marqué par la campagne de vaccination contre la grippe A/H1N1, celui-ci pourrait bien l’être par la résurgence de maladies infectieuses due à l’insuffisance de la couverture vaccinale contre elles.

Et la mise en veilleuse des craintes à l’égard des vaccins.

L’actualité de cette fin d’octobre donne l’occasion de vérifier une donnée bien établie, mais ignorée de la plupart des gens : dans l’immense majorité des cas, l’élément déterminant pour décider quelqu’un à se faire vacciner contre une maladie n’est pas ce qu’il pense du vaccin, mais ce qu’il pense de la maladie. « Est-elle dangereuse ou pas ? si oui, ai-je une chance de l’attraper ou pas ? »

Ça n’est qu’ensuite que ce quelqu’un se demande : « Le risque lié à la maladie est il plus ou moins important que celui lié au vaccin ? » Autrement dit, qu’il évalue le fameux rapport bénéfice/risque vaccinal.

Ce mois-ci (octobre 2010), il y a eu un semblant de début de polémique sur le vaccin contre la grippe saisonnière, parce que cette année, il inclut aussi celui contre la grippe A/H1N1. On a failli voir ressurgir les vieux démons de l’aluminium vaccinal, les savantes dissertations sur la réticence de la population à se faire immuniser et les indignations contre la nullité de la communication gouvernementale. Et puis non ! la ministre n’a pas été aussi mauvaise que ça : les grenades ont...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (9)

jjland83

Avatar de l'utilisateur

262 commentaires

#9

Réflexion et non agressivité

Diable... il ne faut pas confondre agressivité avec avis discordant. Bien sur que l'on a le "droit" et la "liberté" de penser. Et justement, comme personnel soignant, après avoir lu en détail les liens présentés dans les précédents commentaires (des références un peu obsolètes parfois), mieux que des droits, je pense avoir quelques "devoirs" de prudence réfléchie. Et c'est avec un esprit critique, éclairé par une pratique professionnelle, beaucoup de séjours à l'étranger dans des pays où la vaccination est un luxe, que je me permet d'apporter mon point de vue. Vous confondez peut-être "réfléchir" avec "refus du vaccin obligatoire et systématique". Acceptez qu'il y ait des personnes qui acceptent les vaccins obligatoires et systématiques et qui y ont réfléchi. Rien d'agressif là dedans. Mais perdre un proche alors qu'une protection est disponible, ça oui c'est très agressif. Jérôme

corinne34

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#8

Dommage!

Quelle agressivité dans vos messages!
Ainsi, tous ceux qui ne pensent pas exactement comme vous et qui se posent des questions sont de dangereux suicidaires ou criminels. Il me semble impossible d'avoir des échanges constructifs et je le regrette. Dommage!

jjland83

Avatar de l'utilisateur

262 commentaires

#7

Vaccin ?

Le lendemain de mon rappel de vaccination contre l'hépatite B, j'ai fait une chute à vélo. Lien de cause à effet ? Soyons sérieux ! En cherchant toujours à mettre le doute dans la tête des gens on leur donne l'occasion de croire en une liberté individuelle contre une industrie pharmaceutique malfaisante. En attendant, le virus du VIH n'attend pas un vaccin pour évoluer. Ceux qui meurent du tétanos, de la rougeole, de la grippe, d'une méningite, ... apprécieront le prix de leur liberté à titre posthume. En refusant le vaccin on accepte le risque d'être malade, soit. Choix individuel, mais qui coûte très cher à notre système de santé solidaire et curatif. La prévention vaccinale est un concept bien malmené. Encore un coup des labos qui préféreraient vendre leurs traitements curatifs. Jérôme

corinne34

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#6

précisions sur vaccin contre la polio

Pour Serge Canasse

"Les docteurs Anderson et Skaar, qui ont étudié 2709 cas de poliomyélite, ont constaté une augmentation significative des cas dans les quelques semaines suivant une autre vaccination qui a rendu virulent le virus de la polio....C'est également arrivé en Inde en 2001, dans l'état de Bihar, où 19 enfants de de 7 à 49 mois ont été atteints par la maladie bien qu'ils aient reçu de une à 10 doses de vaccin anti-polio...En résumé,en 2008, il y a eu 1655 cas de virus sauvage contre 1315 en 2007, et 79 cas de polivirus dérivés de souches vaccinales contre 72 en 2007....Les plus récentes données scientifiques montrent que l'éradication de la poliomyélite nécessite également l'arrêt de l'utilisation systématique du vaccin, sinon la réintroduction continue des polivirus, même atténués par la vaccination, aboutira à des épidémies de polimyélite générées par l'existence de polivirus circulants dérivés d'une souche vaccinale( source: Courrier International, n° 536 du 8 février 2001)

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

77 commentaires

#5

pour aider à réfléchir

pour compléter la "réflexion" voici un article (en pdf) de Mme Siegrist (vendue aux labos, disent ses détracteurs, comme d'hab) : http://www.infovac.ch/doc.php?Item=1&id=630

l'insuffisance de vaccination vient de faire plus de 100 morts dues à la polio au Congo : il faut faire très attention aux conséquences de ce qu'on dit ; l'ignorance tue. à titre d'exemple, la même "interrogation" sur la science a fait plus de 300 000 morts en Afrique du sud, dont la ministre de la santé de l'époque prétendait qu'il n'était pas "prouvé scientifiquement" que le Sida était dû au virus VIH.

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

77 commentaires

#2

s'assurer

grippe et rougeole peuvent engager le pronostic vital, mais il est vrai que la première tue surtout des personnes âgées et la seconde des enfants. L'OMS indique que la mortalité rougeoleuse a diminué de 78% entre 2000 et 2008 au niveau mondial.
Pour une personne d'âge mûr, il y a un côté altruiste dans la vaccination contre ces deux maladies, mais pas seulement. après tout, pourquoi s'assurer contre un accident de circulation ou un incendie d'appartement alors que la probabilité de leur survenue est relativement faible ? précisément parce que c'est le principe de l'assurance : se protéger contre un risque qui ne se réalisera peut-être jamais mais qui, s'il se réalise, peut être une catastrophe.

ecureuils21

Avatar de l'utilisateur

93 commentaires

#1

Contracter

la grippe ou la rougeole engage t'elle le diagnostic vital. J'ai 43 ans, et j'ai contracté la rougeole et deux fois la grippe durant ma jeunesse comme bon nombre de francais nés avant 1970, y avait il une mortalite infantile plus importante? et bien non. le cas de la meningite est different, c'est un vaccin recommandé qui n'est pas obligatoire.