PSYCHIATRIE

Handicap psychique : l'accompagnement psycho-social indispensable !

L'Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Ansem) publie ses toutes nouvelles recommandations de bonnes pratiques professionnelles (RBPP) destinées aux personnes handicapées psychique. Un seul mot d'ordre : l'accompagnement dans la vie quotidienne...

personne handicapée psychique

L'Ansem soutient la nécessité d’accompagnement des personnes handicapées psychiques dans leur vie quotidienne

Les personnes handicapées psychiques subissent des restrictions d’activités ou de participation sociale dans leur environnement en raison de leur maladie psychique. Pour compenser ce handicap, l'Ansem a élaboré des recommandations qui mettent l’accent sur la coordination entre l’accompagnement social et les soins. Publiées le 13 mai dernier, elles s’inscrivent dans l’approche sociale du handicap retenue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Elles identifient les pratiques professionnelles à mettre en œuvre dans les Établissements ou Services Sociaux ou Médico-Sociaux (ESSMS) en vue de favoriser la valorisation des potentialités des personnes et de leur citoyenneté :

  • leur inclusion sociale et l’amélioration de leur qualité de vie
  • la prise en compte de leurs besoins spécifiques dans les différents domaines de la vie
  • la prévention des ruptures de soin et/ou d’accompagnement et la personnalisation de leur parcours.

Six chapitres spécifiques

Ces recommandations de bonnes pratiques professionnelles se déclinent en six chapitres

La place de la personne : actrice et citoyenne

Ce chapitre est le fondement de l’accompagnement. Il souligne l'importance de la co-construction et une co-évaluation du projet d’accompagnement entre le patient et le soignant en fonction de ses capacités et ses besoins. Le soignant doit inciter ce dernier à participer à la vie collective de l'établissement ainsi qu'à la co-contruction de son projet de vie.

La vie relationnelle, affective et familiale prendre en compte

L'Ansem pointe du doigt l'isolement relationnel parfois présent chez les adultes handicapés psychiques. Il incite donc les professionnels de santé à les aider au développement de leurs habiletés sociales, notamment familiales et affectives.

L’accompagnement vers et dans l’habitat

Une attention particulière est portée sur la collaboration avec différents acteurs sociaux. Les soignants sont donc invités à renforcer leurs interactions avec les acteurs du logement pour en garantir l'accessibilité et/ou le maintien aux patients handicapés psychiques.

L’accompagnement dans la vie quotidienne et courante

De la même façon, les soignants sont incités à collaborer avec les aidants naturels et les professionnels à domicile pour prendre en compte les besoins des patients dans leur vie quotidienne (entretien du logements, alimentation, mobilité…).

L’accompagnement à l’emploi, à la formation et aux activités

L'Ansem souligne la nécessité d'accompagner les patients dans leur recherche d'emploi et de formation en s'appuyant sur des partenaires du domaine. Elle appuie également l'importance de faire participer les patients à des activités citoyennes, culturelles ou de loisirs pour pallier leur manque de confiance en eux et leur apporter une reconnaissance sociale.

La santé : prendre soin et accompagner vers les soins médicaux

Pour améliorer leur qualité de vie, les adultes handicapés psychiques doivent être accompagnés dans leur santé, tant dans son aspect psychiatrique que somatique. Ils doivent ainsi avoir accès aux soins et à leur continuité. Une coordination entre les ESSMS et les professionnels extra-hospitaliers  comme les médecins de ville est indispensable pour gérer les éventuelles crises des patients et les hospitaliser en cas de besoin.

Enfin, il est recommandé aux professionnels tout au long de l’accompagnement de tenir compte du caractère variable, intermittent et évolutif des troubles psychiques et de la difficulté pour les personnes à demander de l’aide. Ces recommandations s’adressent donc aux professionnels des établissements et services du secteur du handicap quel que soit le mode d’accompagnement proposé, mais également à ceux qui accueillent des publics diversifiés.

Pour en savoir plus, retrouvez les recommandations et leur synthèse sur le site de l’Anesm.

Creative Commons License

Rédaction Infirmiers.comophelie.perrot@infirmiers.com@OliePrt

Retour au sommaire du dossier Psychiatrie

Publicité

Commentaires (0)