INFOS ET ACTUALITES

Edito - Les « héros » méprisés par leurs propres tutelles !

par .

Cet article fait partie du dossier:

Fonction Publique

    Suivant

Tristement, les attentats se multiplient en France et avec eux le même scénario se répète inlassablement. Les soignants font leur devoir avec un courage et une conscience professionnelle inouïs. Les politiques saluent leur dévouement avant de les oublier à nouveau, faisant délibérément l'autruche face aux conditions de travail qui les poussent eux aussi vers la mort. Des conditions qui mettent en danger la population en situation d'urgence et de menace terroriste. Jusqu'où l’hypocrisie gouvernementale ira-t-elle donc ? Qui soignera nos « blessés de guerre » (puisque c'est véritablement de cela qu'il s'agit) lorsque l’État aura épuisé les forces et les ressources des soignants ? Coups de gueule, pétitions, suicides… Comment réagissent-ils à ce dédain ? Méprisés par leurs propres tutelles, les professionnels de santé s'expriment, s'insurgent mais restent néanmoins ignorés.

infirmier prisonnier

Pieds et poings liés par les restrictions budgétaires et des conditions de travail de plus en plus délétères, nos « héros » ont besoin du secours des Français.

Parce que l'impact d'une grève menée par les soignants n'a aucune conséquence, comme le rappelle Sylvain dans sa lettre au Président François Hollande, les professionnels de santé sont (dés)abusés par ceux-là mêmes qui vantent leurs mérites, lorsqu'une tragédie à l'échelle humaine se produit, tout en se montrant indifférents à leurs souffrances, plaintes et revendications. Les taxis bloquent les routes et les aéroports, et revendiquent la fin d'UBER : cela leur est accordé. Les cheminots se mettent en grève, bloquent les trains : on leur accorde leurs revendications. Les instituteurs, en grève, paralysent les parents en refusant les enfants à l’école : on augmente leur salaire. Les infirmiers/aides-soignants se mettent en colère : on les réquisitionne, on les oblige à aller travailler. Le silence est fait sur leurs revendications. Mais, nul besoin de faire Sciences po pour deviner qu'une brèche s'agrandit peu à peu dans nos services de soins et ne tardera pas à jouer en faveur des ennemis de la République, ces « soldats » de Daesh qui s'en prennent sans scrupule aux civils.

Nos politiques ont trouvé le moyen de nous neutraliser en mobilisant un [service] minimum en temps de grève, mais comme nous sommes toujours en sous effectif tout le monde est réquisitionné !
Sylvie

Plus de moyens, est-ce vraiment la mer à boire ?Ce que réclament les soignants, en priorité, c'est de quoi faire leur travail correctement ainsi qu'une organisation leur permettant d'optimiser leur efficacité. Car il n'y a pas de miracles ! Comment les « héros » peuvent-ils sauver des vies s'ils sont éreintés et sans ressources ? Nous sommes en sous-effectifs en temps normal et c'est très dur. Aujourd'hui, nous sommes en état d'urgence et avec ça, [il y a] encore plus de travail. Les...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

Ultreïa

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#4

Parce que l'impact d'une grève menée par les soignants n'a aucune conséquence ?

OUPS ! Parce que l'impact d'une grève par les soignants n'a aucune conséquence, comme le rappelle Sylvain dans sa lettre au Président François Hollande ??????

C'est une question de point de vue. Je vais me permettre d'exposer le mien.

> Vision 1 : Pourquoi ne pas poser un ULTIMATUM de DEMISSION comme l'on fait les IDE finlandaise en 2007 ?
Sachant qu'une grève ne changerait rien, elles ont été 12 800 à accepter de poser leurs démissions si rien ne changeait ...
Résultats : Elles ont immédiatement obtenu 22 à 28% d'augmentation sur quatre ans + 270€ de prime de Noel annuelle

POUR EN SAVOIR PLUS : http://www.actusoins.com/3885/infirmieres-finlandaises-larme-de-la-demission-collective.html

> Vision 2 : Pourquoi ne pas nous UNIR ?
TOUS les SOIGNANTS : médecins, professeurs, IDE, IDEL, IBODE, IADE, AS, Kiné, Sage-femmes,.... sans exeption
Toutes ces professions vivent et subissent chaque jour un peu plus des manques de moyens.
Nous vivons des pressions énormes qui mettent en danger PATIENTS et SOIGNANTS... Ces pressions sont imposées par des personnes qui ne savent même pas ce qu'est le SOIN...
Je ne parle pas de créer un syndicat. En France, seules 5% des IDE sont syndiquées. On connait aussi l'efficacité et les bonnes intentions des syndicats existants : impossible de leur faire confiance.
Nous n'avons pas besoin d'eux si nous, nous unissons TOUS !
Une chose qui parait simple, mais qui est d'un compliqué ici en France. Le français reste vraiment une exception à ce sujet. Pourquoi ne pas changer ?

GARDARIST

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#2

Non Madame la ministre nous ne sommes pas des héros !

Novembre 2015, juillet 2016 ! La Ministre n'évolue pas comme en témoigne cet article du blog FO-santé: http://fo-sante.org/2016/07/medecins-non-madame-la-ministre-nous-ne-sommes-pas-des-heros/
Cet article publié en novembre 2015 à la suite des attentats de Paris du 13 novembre 2015, démontre que l’histoire se répète comme la ministre de la santé. La tragédie de Nice donne une nouvelle fois l’occasion à Marisol Tourraine de saluer « l’extraordinaire réactivité » des professionnels de santé » ! Pourtant elle n’a de cesse avec ce gouvernement de priver la santé et l’hôpital public des moyens nécessaires à son activité quotidienne. Oui c’est vrai, la réactivité des professionnels de santé est naturelle mais, dans la situation actuelle des hôpitaux qui n’arrivent plus à payer leur personnel, la réactivité prend effectivement un caractère extraordinaire !

coe2

Avatar de l'utilisateur

36 commentaires

#1

Combat pour une cause commune

Face à nos dirigeants qui excellent dans l'art de la manipulation, ils ne vous restent qu'un moyen : Faites bloc tous ensemble, médecins, infirmiers, aides soignants,...., que vous travailliez dans le public, le privé, le libéral ou autre, et ce, sur tout le territoire national. Je sais, c'est grandiose, mais vous n'avez plus d'autres moyens. Rapprochez-vous, serrez-vous les coudes, au lieu de ruminer seuls dans votre coin.
Mes paroles sont dures, mais vous n'avez plus d'autre moyens, à moins de regarder les collègues s'éteindre, en déprimant chacun de votre côté. Ne comptez que sur vous, toutes corporations médicales et paramédicales confondues.
Faites bloc ! car ni les syndicats, ni l'ONI ne viendront défendre la (les) professions, trop d'intérêts en jeu. Ca, c'est la politique, rien à voir avec nos professions de soins.
Et arrêtez de serrer les mains de nos dirigeants lorsqu'ils viennent faire leurs visites de "courtoisie" sur vos lieux de travail à l'appui des chaines de TV. Cà, c'est pour leur vernis via les médias.
Vous exercez une profession, vous n'êtes pas rentrés dans les ordres. A vous de la faire respecter, de vous faire respecter, tous ensembles.
Je croyais avoir tout vécu en 40 ans de métier, mais là, cela dépasse l'imaginable.