INFOS ET ACTUALITES

Hôpitaux - Faible mobilisation pour la journée d'action du 21 mars

La journée d'action organisée mardi par la CFDT santé-sociaux et la CGT santé-action sociale sur les conditions de travail dans le secteur de la santé et du médico-social semble avoir donné lieu à une faible mobilisation dans les hôpitaux.

Les deux fédérations appelaient les professionnels des établissements publics et privés à se mobiliser dans le cadre d'une journée d'action et d'initiatives locales sur l'emploi, les conditions de travail, la pénibilité et la reconnaissance professionnelle, en vue d'obtenir l'ouverture de négociations nationales. À 17 heures le 21 mars, selon le ministère de la santé, joint par l'APM, le taux de mobilisation nationale était de 2,14%.

A l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), le taux de participation s'est élevé à 0,39% et le taux de mobilisation à 1,46%, a indiqué sa direction à l'APM.

Au CHU de Toulouse, le taux de participation atteignait 9,33% et le taux de mobilisation 10,52% en milieu d'après-midi.

Le taux de participation s'élevait à 2,74%, tous personnels soignants confondus, au CHU de Strasbourg.

A l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), le taux de participation était de 0,54% et le taux mobilisation de 5,58%. Une délégation CGT de 45 personnes a été reçue par le directeur général adjoint et le directeur des ressources humaines au sujet d'une hausse salariale généralisée et de revendications locales notamment sur les effectifs, a-t-on appris auprès de l'AP-HM.

Aux Hospices civils de Lyon (HCL), le taux de grévistes a été de 2,03%.

Au CHU de Nantes, le taux de participation a été de 3,41% et le taux de mobilisation de 4,74%.

Dans certaines villes, comme à Nantes, la journée s'est traduite par une manifestation dans les rues de la ville, parfois jusqu'au siège de l'Agence régionale de santé (ARS) Pays-de-la-Loire.

A Mulhouse, la CFDT et la CGT de l'hôpital ont organisé une action spécifique visant à recueillir sur plusieurs jours des témoignages de membres du personnel sur leur "vécu professionnel quotidien". Ces témoignages ont été accrochés mardi à une cinquantaine de ballons qui ont été ensuite lâchés au-dessus de Mulhouse. Le personnel a témoigné de la "dégradation de ses conditions de travail" et aussi, dans certains cas, des "atteintes à la qualité et à la sécurité des soins" en raison du nombre insuffisant de personnel, a précisé à l'APM Pierre Baumgartner de la CFDT du CH de Mulhouse.

Le personnel a notamment évoqué le problème de l'insuffisance des effectifs qui l'oblige à accumuler des heures supplémentaires. "En plus des heures supplémentaires rémunérées (dont le volume de 2010 n'a pas encore été communiqué aux partenaires sociaux) le personnel cumulait en décembre 2010 plus de 240.000 heures qui n'ont pas été rémunérées et qui n'ont pas pu être récupérées", souligne la CFDT. Les agents ont également regretté le non-remplacement des agents absents, l'accélération de l'usure professionnelle liée aux troubles musculo-squelettiques et une augmentation des risques psycho-sociaux.

Sabine NEULAT-ISARD
Marion HENRY

Publicité

Commentaires (1)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#1

Et oui ...

Encore un exemple de forte représentation syndicale de notre profession... Qui pourtant, il me semble est touché violemment par la dégradation des conditions de travail.
Oui d'accord l'appel était de seulement 2 Fédérations mais qu'en même, je m'interroge...