INFOS ET ACTUALITES

Humeur – Un appel à l’humanitude !

Lise Martin Martinez, étudiante en soins infirmiers de deuxième année, a des états d’âme et souhaite les partager. C’est ainsi qu’elle a adressé à Infirmiers.com un poème intitulé Humanitude1, écrit un soir de retour de stage où quelques questions sur son futur métier de soin sont venues la tarauder... Merci à elle et n’hésitez pas à réagir à votre tour...

Lise Martin Martinez a des états d’âme et souhaite les partagerHumanitude !

Tous ces patients, ces gens qui viennent consulter
Et que l’on accueille bien souvent sans même les regarder
Parfois le bonjour est facultatif
Mais personne n’est fautif
Moi je n’en peux plus de me taire
Je n’en peux plus de ne rien faire
Toute cette souffrance morale ou physique
Comme si c’était logique
Que personne ne perçoit
Que personne ne voit

L’hôpital est devenu une usine.
Les médecins voient le corps humain comme une machine
Défilé des patients où il faut être efficace et sans pitié,
Allez vite, faire le soin vite, ne pas prendre le temps de parler
Ni au revoir, ni merci, surtout pas d’informations
On fait son soin parfois sans raison
Se concentrant sur le pansement
On oublie qu’une personne a des sentiments
Que son entourage aussi,
Les épouses, les mères, les pères, les maris se font du souci
Restant avec leurs questions sans réponses
Comme des piqûres de ronces.

Le patient, on lui enlève la parole, il doit se plier à la science du médecinOn donne notre avis sans écouter le sien.Il a peur, il a mal, on le voit dans ses yeux, dans ses paroles et dans ses gestesOn s’en fout, nous on veut pas que trop longtemps il reste.On lui enlève sa personnalité, il peut crier de douleur, on reste froidJe dénonce l’inhumanité totale, le manque d’hygiène, je fais quoi moi ?Je leur souris, je compatis, je ne peux faire que cela….Je rassure comme je peux, mais je ne peux faire que...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (8)

Rudy1609

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#8

TIR

Bonjour Lise,
Tout d'abord, merci et félicitation pour ce poème.
Je souhaiterai savoir s'il serait possible d'utiliser ce poème dans mon Travail d'Initiation à la Recherche. En effet, le thème concerne la place des soins techniques et celle des soins relationnels au sein de la profession d'infirmier.

Bonne continuation.

Cordialement

F. Rudy

Heartofblackangel

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#7

Merci

Merci Lise pour ce coup de gueule! C'est important de dire ce que l'on pense car nous ne sommes pas des machines à rentabilité mais des êtres humains désireux de prendre soin des autres.
Le problème que tu soulignes vient de notre société: la rentabilité, le travail à la chaîne, la déshumanisation, l'argent,... On nous oblige à rentrer dans un moule..
Nous avons choisis un très beau métier qui, selon moi, mérite qu'on se batte pour qu'il corresponde à notre vision des choses.
Pour revenir au commentaire de Sia0410, et bien si, justement on a le choix. On a le choix de dire NON et de ne pas se plier et obéir comme des moutons.

cocci de bretagne

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

que choisir raison ou obligation !

perso c'est ma raison qui l'emporte
AS depuis un certain temps
je ne suis pas une machine à laver
mais une machine à comprendre la personne à parler ou à aider
même si dans un premier temps le patient reste sourd
il faut bien comprendre qu' en écoutant le patient et l'entourage
c'est déjà le premier soin et traitement que le corps médical donne

maladie signifie bien * mal à dit*

merci pour ce poème car beaucoup de soignant se retrouve dans ce malaise enfin j'espère !
être un soignant est d'abord être à l'écoute de l'autre et si l'écoute n'est pas là c'est là que le problème et le malaise commence .

nucleus

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

La réalité poétique

Infirmiére depuis 11 ans en milieu hospitalier, je ne peux qu'affirmer les dires de ce poéme ; même si je suis positive ! la force de continuer je la puise dans la personne que je soigne ! qui pour moi n'est pas un client mais un être humain.
Le milieu est parasité par un nombre incalculable de crabe de personne avide d'argent et là je fais référence au personne qui gouverne la santé, et au cadre à ces personnes à qui l'on donne du pouvoir et qui en use et en abuse.Il faut être fort moralement pour ne pas plier sous le poids de tout cela ! mais je terminerais en disant que nous sommes là pour la personne qui souffre et qui nous le rend bien grâce a cela nous avançons et c'est un métier passionnant dans lequel je garde mes plus belle valeur. merci pour le poéme !

Sia0410

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

Mouai ...

Je suis étudiante également, et je comprend ce qu'elle veut dire.
Mais il ne faut pas trop non plus en faire une généralité.
Ce n'est pas partout comme ca, et quand bien même tous les soignants ne sont pas comme ça, ou parfois il n'en ont pas le choix.
Et puis, quand nous sommes stagiaires nous ne sommes pas à la place des infirmiers, nous ne sommes pas dans leurs quotidien, nous ne pouvons juger. Enfin...c'est mon point de vue. Parfois certains abusent oui! mais là, c'est un autre problème.
Et oui, on ne peut pas savoir quel professionnel nous serons !! Pour la pause café...ben! il le faut bien parfois !! et pour tous les stages que j'ai effectué, j'ai rarement vu des infirmiers ayant le temps de se poser pour un café .... :-/

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#3

HUM...

Entre l'idéalisation et la réalité des services, on ne peut pas savoir quel genre de soignante elle fera malgré toutes ses certitudes, clichés, argumentation exclusivement à charge (sur combien de stages ?) contre le personnel soignant.

Breathe

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

.

Et bien heureusement que des personnes ont encore ce genre de certitudes ...

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

HUM...

C'est (pas) beau les certitudes, même poétiques.

Je ne ferai pas ceci, je ne serai pas cela...

Il faut faire comme ci ou comme ça ou changer de métier...

Pas de temps pour les patients, juste pour la pause café...

.../...